Curriculum vitae

Colasse Bernard

Professeur émérite
DRM

bernard.colasseping@dauphinepong.fr
Bureau : D.104

Publications

Articles

Colasse B. (2012), Droit social et normalisation comptable, Samuel Jubé, Comptabilité contrôle audit, 18, 2, p. 189-190

Colasse B. (2011), La crise de la normalisation comptable internationale, une crise intellectuelle, Comptabilité Contrôle Audit, 17, 1, p. 155-172

La crise de la normalisation internationale n'est pas une crise strictement technique qui serait liée à une mauvaise application du critère de la juste valeur mais une crise intellectuelle qui tient au cadre conceptuel et à l'épistémè qui la sous-tendent. Ce cadre dont les normes internationales procèdent est en lui-même un facteur d'instabilité des marchés et, plus encore, des entreprises. Focaliser sur les seuls besoins d'information des investisseurs, il véhicule une représentation et une gestion boursières de l'entreprise qui nient et déstabilisent celle-ci en tant qu'entité économique et sociale. Le normalisateur international se trouve confrontéer à une véritable crise intellectuelle qui exige qu'il re-pense son cadre conceptuel par référence à une vision enrichie de l'entreprise. Ce qui ouvre pour les chercheurs en comptabilité de nouvelles opportunités de recherche théorique sur les concepts et les principes comptables.

The international accounting standardisation crisis is not a strictly technical crisis linked to a bad application of the fair value criteria, but an intellectual crisis related to the conceptual framework and its underlying episteme. This framework, from which international standards issue, is in itself a factor of market instability, and to an even greater extent, of corporate instability. Centering solely on the information needs of investors, it transmits a representation and stock management of the company that negates and destabilises it as an economic and social entity. The international standards-setter finds itself faced with a real intellectual crisis that calls for a complete re-think of its conceptual framework through reference to an enhanced vision of the company, thus opening up new opportunities for theoretical research on accounting concepts and principles for researchers in accounting.

Colasse B. (2011), Cinq questions à propos de la recherche comptable francophone, Revue française de comptabilité, 441, p. 31-34

Existe-t-il une offre de recherches comptables francophone? Quels types de recherches comptables fait-on en France et dans les autres pays francophones ? L'offre de recherches comptables francophone se distingue-t-elle de l'offre anglo-saxonne ? Les sujets de recherche traités par les chercheurs francophones sont-ils susceptibles d'intéresser les praticiens ? Qu'est-ce qui pourrait faire croître l'offre de recherches francophone ?

Questions and answers about the French-language accounting research.

Burlaud A., Colasse B. (2011), International Accounting Standardisation: Is Politics Back?, Accounting in Europe, 8, 1, p. 23-47

In the absence of political legitimacy, international accounting standardisation is founded on procedural and substantial legitimacies, which have been challenged by the current financial crisis. This paper represents a critique of this built up legitimacy. It demonstrates in particular that whilst due process is admittedly a transparent procedure, it is one in which only those players with major financial and intellectual resources can participate. It also highlights the weakness of the theoretical foundation, in particular agency theory and the theory of efficient markets, on which the conceptual framework of the IASB rests. This critical study of the foundations of the legitimacy of the IASC/IASB enables us to understand the extent of recent political intervention in a field that had previously been abandoned. Whilst international accounting standards did not trigger the crisis, some observers have said that they accelerated and even amplified it, mainly as a result of their pro-cyclical nature. This explains why, in October 2008, the international standard-setter was suddenly called to order by the European Union who requested it to urgently amend its Standards IAS 39 'Financial Instruments' and IFRS 7 'Financial Instruments: Disclosures'. This intervention by a political organisation is all the more remarkable since international accounting standardisation seemed to have been definitively handed over to specialists from the IASC/IASB, a body which had declared itself to be the international standardiser. The crisis therefore strongly undermined the legitimacy of the international standardiser. This raises the question of whether we are about to witness the return of politics in a field, which is, in reality, highly political. This possible return is indicated not only by the pressures successfully exerted on the international standardisation body by the EU and the G8 but also the recommendations made to the IASC/IASB by the new G20 and the publication in France of reports of a political, highly critical nature, devoted to the recent evolution of accounting standardisation. In this paper, using a reflexive, critical approach, we question the legitimacy of the IASC/IASB with the aim of evaluating the extent of the political recommendations made to it. It is clear that the legitimacy of an accounting standardisation body is fundamental since it conditions the legitimacy of the standards it issues, accounting practice itself and in the end, the confidence of users in the financial statements of companies. But this legitimacy is not innate. It is not natural or pre-existing. As we shall see, it is constructed and managed. In the first section, we will examine, and try to specify, the foundations of the IASB. In the second section, we will demonstrate the fragility of these foundations, a fragility that existed before the crisis but which the latter exposed more clearly. Lastly, in the third section, we will attempt to see if recent interventions of political organisations in the international accounting standardisation process have challenged the international standardiser and if they herald the return of politics.

Burlaud A., Colasse B. (2011), Réponse aux commentaires sur "Normalisation comptable internationale : le retour du politique?", Comptabilité Contrôle Audit, 17, 3, p. 115-128

Cet article est une réponse des auteurs aux commentaires de Danjou & Walton et Gélard & Pigé de leur article publié en décembre 2010 (Comptabilité-Contrôle-Audit 16(3) : 153-176). Au plan méthodologique, les auteurs contestent les positions positivistes de leurs contradicteurs et reprochent à ceux-ci une bonne dose d'approximations terminologiques et de rhétorique dans leur critique. Au plan conceptuel, ils précisent le sens qu'ils donnent à la notion de légitimité et reviennent, pour l'approfondir et la confirmer, sur leur caractérisation du cadre conceptuel de l'IASC/IASB. En conclusion, par référence à Suchman (1995), ils interprètent les commentaires de Danjou & Walton et Gélard & Pigé comme les instruments d'une stratégie académique de défense et de restauration de la légitimité de l'IASC/IASB.

Burlaud A., Colasse B. (2010), Normalisation comptable internationale : le retour du politique ? International accounting standardisation: is politics back ?, Comptabilité Contrôle Audit, 16, 3, p. 153-175

À défaut de légitimité politique, le normalisateur comptable international s'est doté d'une légitimité procédurale et substantielle que la crise a mise à mal. Cet article fait la cri- tique de cette légitimité construite. Il montre en particulier que le due process est certes une procédure transparente mais à laquelle ne participent que les acteurs disposant de ressources financières et intellectuelles importantes. Il met également en évidence la faiblesse du substrat théorique, théorie de l'agence et théorie des marchés efficients, du cadre conceptuel qui inspire les normes internationales. Cette étude critique des fondements de la légitimité de l'IASC/IASB permet ensuite d'apprécier la portée des interventions politiques récentes dans un domaine qui lui avait été abandonné.

Lacking political legitimacy, international accounting standardisation is founded on procedural and substantial legitimacies challenged by the current financial crisis. This article highlights the limits of the due process, that is, however transparent ; this process does not permit an effective participation of all stakeholders. In actuality, only those who have substantial financial and intellectual resources can afford to get involved. Further, we discuss the weaknesses of the theoretical basis (agency theory and efficient markets theory) that supports the conceptual framework of IASB. In today's crisis context, these limits and weaknesses raise the question of a re-politization of international accounting standardisation.

Burlaud A., Colasse B. (2010), International accounting standardisation: is politics back?, Comptabilité Contrôle Audit, 16, 3, p. 153-175

A défaut de légitimité politique, le normalisateur comptable international s'est doté d'une légitimité procédurale et substantielle que la crise a mise à mal. Cet article fait la critique de cette légitimité construite. Il montre en particulier que le due process est certes une procédure transparente mais à laquelle ne participent que les acteurs disposant de ressources financières et intellectuelles importantes. Il met également en évidence la faiblesse du substrat théorique, théorie de l'agence et théorie des marchés efficients, du cadre conceptuel qui inspire les normes internationales. Cette étude critique des fondements de la légitimité de l'IASC/IASB permet ensuite d'apprécier la portée des interventions politiques récentes dans un domaine qui lui avait été abandonné.

Lacking political legitimacy, international accounting standardisation is founded on procedural and substantial legitimacies challenged by the current financial crisis. This article highlights the limits of the due process, that is, however transparent; this process does not permit an effective participation of all stakeholders. In actuality, only those who have substantial financial and intellectual resources can afford to get involved. Further, we discuss the weaknesses of the theoretical basis (in particular efficient markets theory) that supports the conceptual framework of IASB. In today's crisis context, these limits and weaknesses raise the question of a re-politization of international accounting standardisation.

Colasse B., Pochet C. (2010), De la nouvelle Autorité des normes comptables, Revue d'économie financière, 97, p. 233-251

Cet article propose une analyse de la récente réforme du dispositif français de normalisation comptable initiée par le décret n° 2007-629 du 27 avril 2007 relatif au Conseil national de la comptabilité (CNC) et achevée par l'ordonnance n° 2009-79 du 22 janvier 2009 créant une Autorité des normes comptables (ANC). Cette nouvelle institution de normalisation est comparée à deux institutions dont l'architecture a pu inspirer ses concepteurs, le Financial Accounting Standards Board (FASB) américain et l'Autorité des marchés financiers (AMF). Il apparaît que la nouvelle ANC s'écarte fortement du sentier historique de la normalisation française et se rapproche des autorités administratives indépendantes du type AMF. Or ces autorités sont fortement inspirées de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine. Le modèle de la nouvelle ANC serait donc davantage la SEC que le FASB.

Colasse B., Pochet C. (2009), The Genesis of the 2007 Conseil National de la Comptabilité: A Case of Institutional Isomorphism?, Accounting in Europe, 6, 1, p. 25-55

This article puts forward an interpretation of the reform of the French accounting standard-setter initiated by Decree no. 20076629 of 27 April 2007 relating to the national accounting standards board, the Conseil National de la Comptabilité (CNC). This reform, if it goes to term, will give birth to a French accounting standards authority, the Autorité des Normes Comptables (ANC). The proposed interpretation fits within a neo-institutionalist framework. In particular, it uses the notions of path dependency and institutional mimetism. The new CNC is first put into context as an institution in relation to its predecessors. It is then compared with two institutions, the architecture of which may have inspired its conception, the Financial Accounting Standards Board (FASB) and the Autorité des Marchés Financiers (AMF). It would appear that the new CNC clearly departs from the historical path traced by French accounting regulation and tends to mimic French autorités administratives indépendantes (independent administrative authorities) of the AMF type. However, such 'authorities' are strongly inspired by the American Securities and Exchange Commission (SEC). So paradoxically, the model of the new French Accounting Standards Authority would be a SEC rather than an FASB.

Colasse B. (2009), About the crisis of the international accounting standardization, Revue d'économie financière, 95, p. 387-399

En octobre 2008, l'International Accounting Standards Board (IASB) amendait dans l'urgence deux de ses normes à la demande expresse de l'Union européenne. Il s'agissait d'éviter que l'application de ces normes, en raison de leur caractère procyclique, n'accentue les difficultés de banques fortement secouées par la crise. Cet article étudie les divers problèmes posés par cet événement : l'évaluation des actifs et des passifs financiers en « juste valeur », l'orientation donnée à ces travaux par l'IASB via son cadre conceptuel, l'indépendance et la gouvernance de l'IASB. L'examen de ces problèmes débouche sur une proposition visant à faire sortir la normalisation comptable internationale de la crise qu'elle traverse.

In October 2008, the International Accounting Standards Board (IASB) has modified in urgency its IAS 39 and IFRS 7 in response to an injunction of the European Union who feared that these standards caused the collapse of investment banks. This article studies the various and linked problems raised by this critical event: the problem of accounting evaluation in fair value, the problem of the orientation given to its standards by IASB via its conceptual framework and, in fine, the political problem of the independence and governance of IASB. The examination of these problems opens on a road map aiming to solve the present crisis of the international accounting standardization.

Colasse B., Pochet C. (2009), De la genèse du nouveau Conseil National de la Comptabilité (2007) : un cas d'isomorphisme institutionnel ?, Comptabilité Contrôle Audit, 15, 2, p. 7-36

Cet article propose une interprétation de la réforme du dispositif français de normalisation initiée par le décret nº 2007-629 du 27 avril 2007 relatif au Conseil National de la Comptabilité (CNC). Cette réforme a débouché sur la création, par ordonnance, le 22 janvier 2009, de l'Autorité (française) des Normes Comptables (ANC). Cette interprétation relève de l'analyse néoinstitutionnelle. Elle mobilise en particulier les notions de <- dépendance de sentier -> et de <- mimétisme -> institutionnel. Le nouveau CNC est d'abord situé en tant qu'institution par rapport à ses prédécesseurs. Il est ensuite comparé à deux institutions dont l'architecture a pu inspirer ses concepteurs, le Financial Accounting Standards Board (FASB) et l'Autorité des Marchés Financiers (AMF). Il apparaît que le nouveau CNC s'écarte fortement du sentier de la normalisation française et se rapproche des autorités administratives indépendantes du type AMF. Or, ces autorités sont fortement inspirées de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine. Le modèle de la nouvelle ANC serait donc davantage la SEC que le FASB.

This article proposes an interpretation of the reform of the French accounting standards setter initiated by the decrete nº 20076629 of the 27 th of april 2007 related to the national standards board, the Conseil National de la Comptabilité (CNC). This reform, if it goes to its term, will give birth to a French Autorité des Normes Comptables (ANC). The proposed interpretation derives from a neo-institutionalist framework. It uses in particularly the notions of path dependency and of institutional mimetism. First, the new CNC is situated as an institution in relation with its predecessors. Then, It is compared with two institutions the architecture of which could have inspired its conceptors, the Financial Accounting Standards Board (FASB) and the French Autorité des Marchés Financiers (AMF). It appears that the new CNC clearly steps out of the French accounting regulation's historical path and tends to mime French <- autorités administratives indépendantes -> of the AMF type. Now, such an <- autorité -> is highly inspired from the SEC. So, paradoxically, the model of the new French Autorité des Normes Comptables would be the SEC rather than the FASB.

Colasse B. (2009), IFRS : Efficience versus instabilité, Revue française de comptabilité, 426, p. 43-46

La crise a montré que l'application des normes internationales et, en particulier de celles qui prescrivent l'utilisation de la juste valeur, pouvait être un facteur de déstabilisation des entreprises ; en d'autres termes, que la recherche d'une plus grande efficience des marchés financiers pouvait déboucher sur de l'instabilité économique. Pour expliquer ce paradoxe, on s'interroge sur les soubassements théoriques et conceptuels de ces normes. Il apparaît in fine que le cadre conceptuel dont elles procèdent est en lui-même un facteur d'instabilité. Focalisé sur les seuls besoins d'information des investisseurs, il véhicule une représentation et une gestion boursières de l'entreprise qui déstabilisent celle-ci en tant qu'entité économique et sociale. Il convient donc de repenser en profondeur ce cadre conceptuel dans le sens d'une plus grande ouverture aux besoins d'information des parties prenantes autres que les investisseurs.

Colasse B. (2006), IFRS : un défi et une opportunité pour l'enseignement de la comptabilité, Revue Française de Comptabilité, 385, p. 37-40

Colasse B., Pavé F. (2005), Quand la France Découvre l'audit : entretien avec Édouard Salustro, Gérer et comprendre, 82, p. 79-91

En 1964, Edouard Salustro fonde un cabinet d'expertise-comptable qui deviendra l'un des plus importants cabinets français. Très impliqué dans les institutions de sa profession, il sera en particulier, de 1979 à 1982, le président de l'Ordre des Experts-Comptables et des Comptables Agréés (OECCA). A travers ce long entretien en forme de récit de vie mené et mis en forme par Bernard Colasse et Francis Pavé, il témoigne de l'histoire récente de la profession comptable française et, en particulier, de la découverte par celle-ci de l'audit tel qu'il était pratiqué par les &quot;big&quot; anglo-saxons.

Colasse B. (2004), Harmonisation comptable internationale: la résistible ascension de l'IASC-IASB, Gérer et Comprendre, 75, p. 30-41

Organisation internationale de droit privé qui tire sa légitimité normative du monde anglo-saxon et produit des informations à destination des investisseurs, l'IASC/IASB ne dispose d'aucun pouvoir coercitif pour faire appliquer les normes comptables qu'il émet. Il lui faut donc constamment prouver sa légitimité et rechercher l'appui d'organisations plus puissantes, telles l'IFAC , l'IOSCO ou encore l'Union Européenne, elle-même divisée entre le modèle actionnarial anglo-saxon et le modèle partenarial continental. Le rejet récent des normes 32 et 39 apparaît alors comme une contestation du référentiel anglo-saxon par les tenants du modèle continental.

Colasse B., Standish P. (2004), The Development and Decline of Law in French Accounting Regulation, Journal of Management and Governance, 8, 4, p. 407-429

Colasse B. (2004), Normes comptables : l'Union Européenne sous influence ?, Sociétal, 46, p. 35-38

Colasse B. (2003), Auditer, une mission impossible ?, Sociétal, 39, p. 38-39

La qualité d'un audit est censée reposer sur la compétence de l'auditeur et sur son indépendance par rapport à l'audité. Mais pour exercer pleinement sa comptétence, l'auditeur doit, ne serait-ce que pour accéder à l'information dont il a besoin, développer de bonnes relations avec l'audité, ce qui risque d'affecter son indépendance. Compétence et indépendance sont donc deux variables liées, ce qui rend la mission de l'auditeur sinon impossible du moins très difficile.

Colasse B. (2001), Où il est encore question d'un cadre conceptuel français : inutile hier, improbable demain, Revue française de comptabilité, 332, p. 27-29

Colasse B. (2001), Où il est encore question d'un cadre conceptuel français: inutile hier, improbable aujourd'hui, Revue française de comptabilité, 332

Colasse B. (1999), Vingt ans de recherche comptable française: continuité et renouveau, Comptabilité Contrôle Audit, Numéro spécial, p. 23-34

Si certaines des recherches comptables menées en France au cours des vingt dernières années expriment un réel renouveau, d'autres expriment plutôt une continuité avec le passé. Témoignent d'un renouveau les recherches en théorie positive et les recherches historiques et sociologiques. Témoignent d'une continuité avec le passé les recherches en théorie comptable et les recherches liées à la normalisation. Tous ces travaux révèlent un renforcement des assises méthodologiques et un élargissement du champ thématique de la recherche comptable française

If some of the french accounting studies of the past twenty years are really new, others are in the continuity of the past. Are new in France the studies in positive accounting theory and the historical and sociological studies. But the studies in accounting theory and on standardization have roots in the past. New or in continuity with the past research, we observe that all these studies used a more rigorous methodology than in the past

Standish P., Colasse B. (1998), The French System for Accounting Standardisation : the 1996-1998 reform, Comptabilité Contrôle Audit, 4, 2, p. 5-27

Sont examinées dans cet article les relations qui existent entre l'histoire de la normalisation comptable française et l'histoire économique et sociale de la France. Qutre périodes sont distinguées et caractérisées : la première (1946-1957) est celle de la naissance de ce que les auteurs appellent &quot;la normalisation à la française&quot;; la deuxième (1958-1973), celle de son renforcement au service des intérêts fiscaux de l'Etat; la troisième (1974-1983), celle de son apogée sous l'impulsion européenne; la quatrième (depuis 1984), celle de sa mise à l'épreuve face à la normalisation comptable interntionale. A chacune de ces périodes se trouve associée une certaine configuration des relations entre l'Etat, les professions comptables et les entreprises. Cette mise en perspective historique de la normalisation comptable française permet d'interpréter la réforme 1996-1998 du dispositif institutionnel qui la soutient comme une sous-traitance par l'Etat de l'élaboration des normes comptables à la profession comptable et aux grandes entreprises

Standish P., Colasse B. (1998), State versus Market: Contending Interests in the Struggle to Control French Accounting Standardisation, Journal of Management and Governance, 2, 2, p. 107-147

The paper concerns the struggle between different interest groups to control or significantly influeence the objectives, institutional arrangments and processes of French Accounting Standardisation. Its particular focus of interest is the state agency established to deal with standardisation, namely the National Accounting Council, the Conseil National de la Comptabilité (AFC) and its predecessors. The period addressed spans from 1942 to the present. It appears that the French accounting standardisation is grounded in a profund attachment by the state to the values of the Etat colbertiste.

Colasse B. (1997), The French notion of the image fidele : the power of words, European Accounting Review, 6, 4, p. 681-691

The notion of image fidèle was introduced into French law in 1983. Confronted with the need to integrate this notion, both unknown and undefined, into the traditional notions of regularity and sincerity, the French accounting community collectively adopted an avoidance strategy. The strategy chosen was not that of challenging existing rules governing the preparation of the balance sheet and the profit and loss statement, but of using the notes to the accounts to record all information not specifically covered by these rules but nonetheless likely to contribute to the mythical image fidèle. The major drawback to this strategy was the increasing number of pages devoted to the notes. Sooner or later, the search for the image fidèle would lead the French accounting community to bring into question certain traditional concepts and rules.

Colasse B. (1996), Commentaire analytique et critique du cadre conceptuel du CPDC, Revue française de comptabilité, -, 282, p. 29-34

En mai 1996, le Comité Permanent de la Doctrine Comptable (CPDC) de l'Ordre des Experts-Comptables a publié, à l'instar de ce qui se fait dans les pays anglo-saxons. un projet de cadre comptable conceptuel. Dans sa critique de ce projet, l'auteur met en particulier l'accent sur la définition très réductice de l'entreprise qui sous-tend ce projet ainsi que sur la conception objectiviste de la représentation qui semble inspirer ses auteurs.

Colasse B., Pavé F. (1996), Pierre Tabatoni et l'introduction de la gestion en France, Gérer et comprendre, 44, p. 71-84

Pierre Tabatoni a consacré sa carrière universitaire à l'implantation et au développement de l'enseignement et de la recherche en gestion dans l'Université française. Il est notamment à l'origine des Instituts d'Administration des Entreprises (IAE) et de l'Université Paris-Dauphine. Dans ce long entretien en forme de récit de vie mené et mis en forme par Bernard Colasse et Francis Pavé, il témoigne de ses initiatives et de sa conception du changement organisationnel et social.

Boussard D., Colasse B. (1992), Funds-flow statements and cash-flow accounting in France, European Accounting Review, 1, 2, p. 229-254

It can be stated that, in France, a conventionality and a form of complacency probably stemmed from the standardization process. As a consequence, independent research has tended so far to concentrate more on fields that do not reside within the confines of the works of the standard-setting body, the Conseil National de la Comptabilite (CNC). Funds-flow accounting is one of these and the present article aims to outline the research done in this area and relate it to the practical context. The 1957 &quot;Plan Comptable général&quot; focused only on standardizing the balance sheet and the income statement. It did not contain a statement of changes in financial position. That was corrected by the 1982 Plan, which introduced an optional model statement of this form. Research in this area could therefore develop independently of the regulations. French research on funds-flow and cash-flow accounting generally has had a practical purpose: to conceive or discuss the structure of statements. Not surprisingly, a variety of different proposals for such statements have thereby emerged, reflecting an underlying variety of financial perspectives. In the subsequent analysis we first briefly discuss the evolution of the concept of the funds statement in France. The main forms of statements are then considered from a methodological point of view. Finally, we offer an analysis of the underlying approaches and of the objectives of the statements.

Colasse B. (1991), Où il est question d'un cadre conceptuel français, Revue de droit comptable, -, 91-3, p. 3-20

Alors que plusieurs pays, pour la plupart anglo-saxons, se sont dotés d'un cadre conceptuel explicite qui leur sert de guide pour élaborer leurs normes comptables, la France n'en a pas et certains le regrettent. Dans la mesure où un cadre conceptuel implique la désignation d'utilisateurs privilégiés de l'information comptable, un tel cadre irait, selon l'auteur, à l'encondre de la conception française de la norme comptable. Celle-ci est en effet conçue comme le produit d'un compromis entre les différentes parties concernées, compromis qui s'élabore au sein d'un organisme de normalisation où elles sont toutes représentées.

Colasse B. (1988), Les trois âges de la comptabilité, Revue française de gestion, 70, p. 83-87; 209-211

Panorama ou survey des différentes façon d'écrire l' histoire de la comptabilité. L'auteur montre une évolution en trois étapes : on serait passé d'une histoire de l'enregistrement comptable, illustrée notamment par les travaux de J.H. Vlaemminck, à une histoire de la socialisation de la comptabilité, avec les travaux de M. Chatfield, pour en arriver à une véritable histoire sociale de celle-ci, inspirée en particulier par les travaux de Michel Foucault. Article comportant une importante bibliographie commentée.

Colasse B. (1988), La fonction financière, Cahiers Français, 234, p. 32-36

La fonction financière tend aujourd'hui à jouer un triple rôle : opérationnel, fonctionnel et politique. Son rôle opérationnel, son essence même, consiste à trouver et à gérer les ressources de l'entreprise; son rôle fonctionnel à gérer le système de planification et de contrôle de l'entreprise; son rôle politique à faire prévaloir les contraintes financières de rentabilité et d'équilibre financier dans les prises de décision. Ce dernier rôle devient de plus important et l'on peut craindre que la rationalité dont est porteuse la fonction financière n'annonce des stratégies de désindustrialisation.

Colasse B. (1987), La notion de normalisation comptable: entre normalisation industrielle et normalisation sociale, Revue française de comptabilité, 182, p. 42-46

La norme comptable a le même objectif de rationalisation que la norme industrielle. En l'occurence, elle participe à la rationalisation du processus de production des documents comptables. Mais, en même temps, elle participe au formatage de ces documents et influe plus ou moins sur les comportements de ceux qui les utilisent. Ce qui en fait une norme sociale.

Colasse B. (1983), Les principes comptables, Les Cahiers Français, 210, p. 7-11

Un inventaire commenté des principes comptables. Après avoir évoqué le principe de la partie double, l'auteur traite des principes comptables de quantification (quantification en monnaie, coûts historiques, prudence) et des principes d'observation (entité, découpage du temps, continuité).

Colasse B. (1983), Repères historiques, Les Cahiers Français, 210, p. 3-6

Dans cet article , l'auteur retrace l'histoire de la comptabilité depuis le Moyen-Age. Quatre périodes sont distinguées : le Moyen-Age (avant la partie double); de la fin du Moyen-Age au début du XIXème siècle (période de l'émergence et de la diffusion de la partie double); XIXème et première moitié du XXème (période de la consécration du bilan et du compte de résultat); enfin, l'époque contemporaine qui voit la comptabilité s'institutionnaliser et se normaliser. Cet historique montre que &quot;l'histoire de la comptabilité est avant tout celle de son adaptation empirique à l'évolution des conditions de fonctionnement et de l'environnement des entreprises&quot;.

Colasse B. (1976), Analyse du développement pédagogique de l'Ecole Supérieure de Commerce d'Amiens, Éducation permanente, 36, p. 5-32

Dans cet article, les auteurs, un psychosociologue et un gestionnaire, se livrent à une analyse critique approfondie du système pédagogique de l'ESC d'Amiens, un système particulièrement innovant. Ils ont recours au langage psychologique pour parler des modes de relation qui caractérisent la stratégie éducative de l'Ecole et au langage stratégique pour traiter de ses relations avec son environnement.

Colasse B. (1976), La réforme du Plan Comptable Général : les projets de documents de synthèse, Management France, 6-7, p. 5-19

Depuis 1971, le Conseil National de la Comptabilité travaille à la réforme du Plan Comptable Général 1957. Dans ses bulletins 18 (avril 1974) et 19 (juillet 1974), il dévoile les projets de bilan, de compte de résultat et, grande nouveauté, de tableau de financement actuellement à l'étude. L'auteur commente ces nouveaux documents et juge de leur utilité pour l'analyse financière.

Colasse B. (1975), Le fait financier dans l'entreprise, Analyse financière, 23, p. 7-14

Cet article est une réflexion à caractère épistémologique et pédagogique sur la connaissance du fait financier dans l'entreprise. Sont d'abord examinées dans cet article les différentes façons de l'identifier : de façon empirique à travers les tâches de la direction financière ou via une modélisation a priori de l'entreprise (comptable, économique ou sytémique). Puis sont examinés ses modes d'appréhension possibles; ces modes d'appréhension sont opposés deux à deux : interne ou externe, neutre ou normatif, théorique ou pratique. En combinant ces modes d'appréhension, l'auteur définit plusieurs voies de connaissance du fait financier.

Colasse B. (1972), Synthèse sur les critères d'investissement, Banque, 303, p. 38-46

L'auteur distingue deux catégories de critères d'investissement : les critères &quot;atemporels&quot; qui ne tiennent pas compte du facteur temps (taux moyen de rentabilité, délai de récupération); les critères fondés sur l'actualisation (valeur actuelle nette, taux interne de rentabilité, délai de récupération actualisé, indice de rentabilité). Il montre en les confrontant deux à deux ( valeur actuelle nette et indice de rentabilité; valeur actuelle nette et taux interne; taux interne et taux moyen) que ces critères peuvent conduire à des décisions divergentes.

Ouvrages

Colasse B. (2012), Les fondements de la comptabilité, Paris, La Découverte, 128 p.

Colasse B. (2008), L'analyse financière de l'entreprise, Paris, La découverte, 122 pages p.

Un petit traité d'analyse financière en six chapitres : - Questions de méthode; - L'analyse de la performativité de l'entreprise; - L'analyse du risque de perte; - L'analyse statique du risque de défaillance; - L'analyse dynamique du risque de défaillance; - Développement récents de l'analyse financière.

Colasse B. (2007), Les fondements de la comptabilité, Paris, La Découverte, 117 p.

Etude des fondements théoriques et pratiques de la nature de la comptabilité. Présentation de son évolution historique, de son insertion dans le capitalisme contemporain, de sa pratique normalisée et de son aptitude à produire, en conjonction avec l'audit externe, une représentation &quot;vraie&quot; de l'entreprise et de ses performances.

Colasse B. (2005), Comptabilité générale, Paris, Economica, 518 p.

Après un historique de la comptabilité, présente les principes fondamentaux de modélisation comptable de l'entreprise, la normalisation et la réglementation comptables (normes nationales et internationales), le bilan, la méthode comptable pour l'enregistrement et le stockage de l'information, la détermination du résultat, les documents sociaux, les tableaux des emplois et des ressources.

Chantiri-Chaudemanche R., Colasse B. (2003), Comptabilité générale : questions et applications, Paris, Economica, 352 p.

Ouvrage proposant un entraînement progressif à la comptabilité (questions-réponses ; applications avec corrigés commentés)

Colasse B. (1993), Gestion financière de l'entreprise : problématique, concepts et méthodes, Paris, Presses universitaires de France, 652 pages p.

Dans ce traité d'enseignement supérieur (niveau maîtrise), l'auteur parle successivement du diagnostic financier, de la gestion de la trésorerie, du financement à long et moyen terme, de la sélection et de la planification des investissements et, enfin, de l'évaluation financière de l'entreprise. Dans la conclusion, de nature épistémologique, sont passées en revue les différentes façons d' identifier et d'appréhender le fait financier dans l'entreprise; cette conclusion fait directement référence à l'article de l'auteur sur &quot;Le fait financier dans l'entreprise&quot;(1975), article qui est la matrice du présent ouvrage.

Colasse B., Foussé J-L., Lavaud R., Conso P. (1984), Dictionnaire de Gestion Financière : avec lexiques français-anglais et anglais-français, Paris, Dunod, 485 p.

Colasse B. (1984), Une présentation de la comptabilité générale des entreprises, Paris, Economica, 174 p.

Ce manuel procède d'un cours dispensé par l'auteur aux élèves de l'Ecole Nationale de la Statistique et de l'Administration Economique (ENSAE). Destiné à de futurs utilisateurs de l'information comptable, il met l'accent, et c'est là son originalité scientifique, sur les principes qui fondent la &quot;construction&quot; (c'est-à-dire la modélisation) comptable de l'entreprise.

Colasse B. (1982), La rentabilité de l'entreprise : analyse, prévision et contrôle, Paris, Dunod, 149 pages p.

Partant des données comptables, l'auteur explicite les différentes acceptions du terme rentabilité : globale, partielle, économique. Il met en évidence les multiples facteurs qui influent sur la rentabilité globale d'une entreprise. Il expose et prolonge l'analyse coût-volume-profit, démontre l'effet de levier. Il passe également en revue les principaux critères d'investissement

Direction d'ouvrages

Colasse B., Lesage C. (2013), Introduction à la comptabilité, Paris?, Economica, 596 p. p.

Beaucoup de présentations pédagogiques ou spécialisées de la comptabilité générale des entreprises se veulent délibérément et seulement techniques. Fondé sur une conception large de la discipline, cet ouvrage ne la considère pas exclusivement comme une technique de saisie, d'enregistrement et de traitement de l'information ; il l'examine également comme outil de modélisation et comme pratique sociale. Il s'adresse aux étudiants de gestion, d'économie, d'administration économique et sociale, de droit qui, en licence ou en première année de master, commencent l'étude de la comptabilité. Il s'adresse aussi aux étudiants qui s'engagent dans la voie de l'expertise-comptable et préparent l'épreuve « 9. Introduction à la comptabilité » du Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG). Il s'adresse encore à tous ceux qui ont besoin d'une vision d'ensemble de l'instrument qui leur permette d'en apprécier l'utilité et les limites et, plus particulièrement, aux utilisateurs des comptes annuels des entreprises et des groupes (gestionnaires, ingénieurs, analystes financiers, juristes, fiscalistes, économistes, statisticiens, journalistes financiers, membres de comités d'entreprise...). Il s'adresse enfin à tous ceux qui veulent saisir la signification du passage des normes nationales (PCG) aux normes internationales (IAS/IFRS).

Colasse B., Lesage C. (2010), Introduction à la comptabilité (11e ed.), Paris, Economica, 588 p.

Une comparaison des normes nationales PCG 1999 et internationales IAS et IFRS, pour préparer les utilisateurs et futurs utilisateurs au passage des premières aux secondes.

Colasse B. (2005), Les grands auteurs en comptabilité, Colombelles, EMS, 312 p.

Colasse B., Casta J-F. (2001), Juste valeur : Enjeux techniques et politiques, Paris, Economica, 323 p.

Ouvrage collectif rassemblant quinze contributions d'universitaires et de professionnels traitant, sous l'angle technique, politique ou de la gouvernance, des conséquences et de la signification de l'introduction de la juste valeur dans les normes comptables internationales.

Colasse B. (2000), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Paris, Economica, 1317 p. p.

Chapitres d'ouvrage

Colasse B. (2013), Préface - Allocution en hommage au Professeur Yannick Lemarchand, prononcée par le Professeur Bernard Colasse lors de la Journée en son honneur, le 26 octobre 2012 à l'Université Paris Sud, faculté Jean Monnet, in Levant Y., Sandu R., Zimnovitch H. (dir.), Mélanges en l'honneur de Yannick Lemarchand, Paris, L'Harmattan, p. 9-12

Colasse B. (2011), Postface, in Touchelay B. (dir.), L'Etat et l'entreprise : une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 327-332

Colasse B. (2011), Le cadre conceptuel de l'IASC/IASB comme instrument de gouvernance, in Hoarau C., Malo J-L., Simon C. (dir.), Comptabilité, contrôle et société : mélanges en l'honneur du professeur Alain Burlaud, Vanves, Foucher, p. 101-110

En 1989, l'IASC (devenu l'IASB) s'est doté d'un cadre conceptuel en phase avec le modèle néo-américain de gouvernance de entreprises, modèle qui fait dépendre le contrôle des dirigeants de la force régulatrice supposée des marchés financiers. Le choix d'un tel cadre reposait sur deux postulats implicites : la supériorité du capitalisme de marchés financiers sur les autres capitalismes et la convergence à plus ou moins brève échéance de ceux-ci avec celui-là. La crise des marchés financiers et la persistance de capitalismes différents du capitalisme de marchés financiers, tel le capitalisme chinois, remettent en cause ces postulats. Ce qui, en conclusion de ce chapitre, conduit l'auteur à s'interroger sur la pertinence d'une normalisation comptable internationale calée sur le modèle néo-américain de gouvernance et à envisager une normalisation comptable internationale différenciée par grandes zones géopolitiques, une normalisation comptable multipolaire.

Colasse B. (2009), Les normes comptables internationales (IFRS) : les enjeux d'un nouveau modèle comptable de l'entreprise, in Cuzzi J-C., Pras B. (dir.), Management. Enjeux de demain. Tome 2, Paris, Vuibert FNEGE, p. 187-197

Dans la première partie de ce chapitre, il est montré qu'en décidant de faire appliquer les normes comptables internationales (International Financial Reporting Standards) par ses sociétés faisant appel publiquement à l'épargne pour l'élaboration de leurs comptes de groupe l'Union Européeene a fait le choix du modèle comptable anglo-saxon. Dans la deuxième partie, sont examinées les problèmes et les questions posés par ce choix, notamment les problème posés par l'évaluation en juste valeur et la question de l'application des normes internationales à d'autres organisations que les groupes cotés telles que les PME ou les organisations publiques.

Colasse B. (2009), Cadres comptables conceptuels, in Colasse B. (dir.), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Paris, Economica, p. 103-114

Colasse B. (2009), Théories comptables, in Colasse B. (dir.), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Paris, Economica, p. 1403-1414

Colasse B. (2009), Harmonisation comptable internationale, in Colasse B. (dir.), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Paris, Economica, p. 877-890

Colasse B. (2009), International Accounting Harmonisation: The Resistible Rise of the IASC/IASB, in Clarke T., Chanlat J-F. (eds), European corporate governance : readings and perspectives, New York, Routledge, p. 189-197

Colasse B. (2008), Société Générale : retour sur une « affaire » exemplaire, in Pezet A., Colasse B. (dir.), L'état des entreprises 2009, Paris, La Découverte

Colasse B. (2008), La comptabilité comme instrument de modélisation de l'entreprise, in Schmidt G. (dir.), Le management : fondements et renouvellements, Auxerre, Editions Sciences Humaines, p. 185-194

Colasse B. (2007), Comptabilité et euphémisme, in Odile Challe . (dir.), Langue française spécialisée en Droit, Paris, Economica, p. 37-40

Interprétation théorique de l'usage de l'euphémisme en comptabilité

Colasse B. (2005), La comptabilité comme "technique qui permet de voir", in Starkey K., Lenay O., Pezet E., Hatchuel A. (dir.), Gouvernement, organisation et gestion: l'héritage de Michel Foucault, Laval, Les Presses de l'Université de Laval, p. 169-178

Colasse B. (2005), La régulation comptable entre public et privé, in Capron M. (dir.), Les normes comptables internationales, instruments du capitalisme financier, Paris, La Découverte, p. 27-48

Colasse B. (2005), Raymond John Chambers: pour une comptabilité continuellement actuelle, in Colasse B. (dir.), Les grands auteurs en comptabilité, Colombelles, Editions EMS, p. 197-216

Colasse B. (2002), Le défi de la mondialisation comptable, in Kalika M. (dir.), Les défis du management, Rueil-Malmaison, Ed. Liaisons, p. 139-150

Casta J-F., Colasse B. (2001), Le débat autour de l'application du principe de la juste valeur en comptabilité : esquisse d'une synthèse, in Colasse B., Casta J-F. (dir.), Juste valeur : enjeux techniques et politiques, Paris, Economica, p. 5-14

Dans cette introduction d'un ouvrage collectif consacré à la juste valeur, les éditeurs scientifiques de cet ouvrage montrent que le débat autour de la juste valeur est non seulement un débat technique et théorique, qui pourrait se conclure en comparant les avantages et les inconvénients techniques et théoriques de la juste valeur, mais aussi un débat politique, beaucoup plus difficile à conclure car il suppose implicitement un arbitrage entre les intérêts des diverses parties concernées par l'information comptable produites par les entreprises.

Colasse B. (2001), Financial Accounting and Auditing, in Baltes P., Smelser N. (eds), International encyclopedia of the social &amp; behavioral sciences, Amsterdam, Elsevier science Ltd., p. 5657-5661

Taken together and in their complementary roles, financial accounting and audit, as pratices, are major elements of social regulation. Their social importance has made them the object of active research for social sciences, of interest in particular to historians, sociologists, and economists. This article examines research objectives and methodologies in these fields.

Turrillo B., Saboly M., Colasse B. (2001), De la scientificité des théories issues de la recherche en comptabilité financière, in Teller R., Dumontier P. (dir.), Faire de la recherche en comptabilité financière, Paris, Vuibert, p. 3-18

Pour juger de leur scientificité, les auteurs appliquent la grille d'analyse de l'épistémologue Gilles-Gaston Granger à trois textes considérés comme représentatifs de chacun des trois grands courants théoriques (descriptif, normatif et explicatif) de la recherche comptable : le chapitre 11 intitulé &quot;Inductive derived principles&quot; de l'ouvrage &quot;Structure of Accounting Theory&quot; de A. C. Littleton (1953), l'article &quot;Blueprint for a Theory of Accounting&quot; de R.J. Chambers (1955), l'article &quot;Towards a Positive Accounting Theory of the Determination of Accounting Standards&quot; de R.L. Watts et J.L. Zimmerman (1978).

Colasse B. (1997), De l'éthique dans la technique comptable,, Le phénomène éthique, Paris, Eska, p. 108-113

Dans ce chapitre, l'auteur défend la thèse selon laquelle la comptabilité, dans ses principes et ses concepts fondamentaux, est une technique historiquement infiltrée par l'éthique. A l'appui de cette thèse, il propose une interprétation éthique des principes de prudence et d'unicité du bilan.

Colasse B. (1997), Qu'est-ce que la comptabilité ?, in Joffre P., Simon Y. (dir.), Encyclopédie de gestion volume 3, Paris, Economica, p. 2715-2731

La comptabilité s'offre à l'examen sous trois aspects principaux : comme instrument de modélisation de l'entreprise, comme sytème de traitement des informations nécessaires à cette modélisation et, enfin, comme pratique sociale inscrite dans un jeu de normes juridiques. Dans ce chapitre, elle est essentiellement examinée sous son premier aspect. Trois questions y sont traitées : à quoi sert la modélisation comptable ? Quels sont ses principes fondamentaux ? Quelle forme documentaire revêt-elle ?

Colasse B. (1997), Comptes de groupe, in Joffre P., Simon Y. (dir.), Encyclopédie de gestion. Tome 1, Paris, Economica, p. 568-583

Dans ce chapitre, l'auteur traite de la délimitation comptable d'un groupe, des méthodes d'élaboration des comptes de groupe et de leur présentation.

Colasse B. (1996), La comptabilité : un savoir d'action en quête de théories, in Barbier J-M. (dir.), Savoirs théoriques et savoirs d'action, Paris, Presse universitaire de France, p. 73-89

Cet article est une interrogation sur la codification à des fins pédagogiques et normatives d'un savoir comptable né de l'action et sur sa possible ou son improbable jonction avec un savoir théorique issu d'une recherche comptable émergente.

Colasse B. (1996), Financial Accounting, in Warner M. (eds), International encyclopedia of business and management Vol 2, London New York, Routledge, p. 1363-1378

What is financial accounting used for ? What constitutes its thoretical underpinnings and the logic behind it ? What do the main documents associated with it look like ? What are its limitations and posible future devlopments? These are the main questions which are dealt with in this article

Colasse B. (1995), 25 ans de comptabilité générale... Une nouvelle naissance de la vieille discipline ?, in Le Pen C. (dir.), Paris-Dauphine : 25 ans de sciences d'organisation, Paris, Masson, p. 23-38

Considérée comme discipline, la comptabilité est à la fois un instrument de modélisation de l'entreprise et une méthode de traitement des informations exigées par cette modélisation. Dans ce chapitre, l'auteur considère son évolution récente sous ces deux aspects. Cette évolution a été selon lui stimulée par l'émergence d'un enseignement universitaire de la comptabilité et d'une recherche comptable. La comptabilité devient ainsi une technoscience, une technique en symbiose avec la science.

Durand R., Colasse B. (1994), French Accounting Theorists of the Twentieth Century, in Edwards J. (eds), Twentieth-century accounting thinkers, London, New-York, Routledge, p. 41-59

During the 1940s, standardisation of enterprise accounting practices to conform to the newly issued accounting code (Plan comptable général) disturbed the natural evolution of French accounting theory. Although the beginning of the century had been a period of theoretical effervescence, marked by such thinkers as Jean Dumarchey, Gabriel Faure and Jean Bournisien, the 1950s and 1960s were years of stagnation, during which all but a few specialists devoted themselves to work on standardising and popularising the accounting code.

Colasse B. (1986), La technique et la science comme idéologie de la formation comptable, in Côté Y-A. (dir.), L'enseignement et la recherche face aux sciences comptables en mutation : actes du quatrième colloque international francophone, tenu les 4, 5 et 6 juin 1986 à l'Ecole des hautes études commerciales de Montréal, Montréal, Chaire de sciences comptables, Ecole des hautes études commerciales, p. 291-304

Selon l'auteur, qui fait appel à l'histoire de la pédagogie comptable, le technicisme et le scientisme sont deux maladies anciennes de la formation comptable et forment ensemble son idéologie. La notion de &quot;sciences comptables&quot;, consacrée en France par l'intitulé d'un nouveau diplôme, la Maîtrise de Sciences et Techniques Comptables et Financières (MSTCF), n'est-elle pas porteuse d'un nouveau scientisme qui peut d'ailleurs faire bon ménage avec le technicisme ? En effet, dans ces programmes de sciences et techniques comptables et financières, ne va-t-on pas valoriser des disciplines réputées plus scientifiques que la comptabilité - telles que l'économie, le droit ou la statistique - , et réduire celle-ci à ses aspects les plus techniques. Pour éviter ce risque, l'auteur propose notamment d'introduire des enseignements de théorie comptable (accounting theory) dans les programmes et de renforcer le lien entre enseignement de la comptabilité et recherche comptable, ce qui suppose un fort développement de celle-ci dans les pays francophones.

Colasse B. (1981), Les critères d'investissement de l'entreprise privée sont-ils une panacée pour l'Organisation municipale ?, in Bouinot J. (dir.), 18 textes sur la gestion communale : recueil de textes choisis sur la gestion scientifique appliquée à l'administration communale, Paris, Cujas, p. 189-209

usqu'où peut-on pousser les échanges et les transferts d'outils de gestion et d'aide à la décision entre la sphère marchande et la sphère non marchande de l'économie ? C'est ce problème, au coeur du nouveau management public, qui est abordé par l'auteur à travers le cas des critères d'investissement de l'entreprise privée : de quelle utilité peuvent-ils être pour l'Organisation municipale ?

Communications

Colasse B. (2012), L'expert en comptabilité et le politique : le cas des relations entre le normalisateur comptable international et l'Union Européenne, colloque organisé au Sénat par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables le vendredi 13 janvier 2012 sur le thème : Equilibre des comptes et ambition politique, quels voeux pour les professionnels de la comptabilité et de l'audit face à l'année de tous les dangers ?, Paris, France

Dans le domaine de la normalisation comptable, la collaboration entre l'expert et le politique s'impose. Il est toutefois une question qui reléve spécifiquement du politique, c'est celle des utilisateurs de l'information comptable qui doivent être privilégiés. Quant bien même a-t-elle sous-traité sa normalisation comptable à un organisme international composé d'experts, l'Union Européenne ne peut lui déléguer cette question qui a trait à la gouvernance de l'entreprise et à la place de celle-ci dans la cité

Colasse B. (2012), Quelques réflexions sur le métier de professeur de sciences de gestion, 33ème congrès de l'Association Francophone de Comptabilité (AFC) : Comptabilités et Innovation, Grenoble, France

L'auteur fait une distinction entre le professeur de gestion et le professeur de sciences de gestion. Ce qui, selon lui, distingue le professeur de sciences de gestion du professeur de gestion, c'est qu'il est à la fois enseignant et chercheur alors que le professeur de gestion nourrit son enseignement de son expérience de praticien. Sont évoqués dans cette conférence destinée à de futurs professeurs en sciences de gestion différents problèmes auxquels ils pourront être confrontés : celui justement des relations entre recherche et enseignement mais aussi celui des relations entre recherche et pratique. L'accent est mis sur la responsabilité du professeur de sciences de gestion à l'égard de tous ceux qui participent au fonctionnement des organisations.

Colasse B. (2010), Les organismes français successifs de normalisation comptable, 5e Journée d'étude du réseau thématique 30 - sociologie de la gestion, Paris, France

Mise en perspective sociohistorique de la normalisation comptable &quot;à la française&quot; (1946-2009).

Burlaud A., Colasse B. (2010), Normalisation comptable internationale : le retour du politique ?, 31e Congrès de l'Association francophone de comptabilité, Nice, France

A défaut de légitimité politique, le normalisateur comptable international s'est doté d'une légitimité procédurale et substantielle que la crise a mise à mal. Cet article fait la critique de cette légitimité construite. Il montre en particulier que le due process est certes une procédure transparente mais à laquelle ne participent que les acteurs disposant de ressources financières et intellectuelles importantes. Il met également en évidence la faiblesse du substrat théorique, théorie de l'agence et théorie des marchés efficients, du cadre conceptuel qui inspire les normes internationales. Cette étude critique des fondements de la légitimité de l'IASC/IASB permet ensuite d'apprécier la portée des interventions politiques récentes dans un domaine qui lui avait été abandonné.

Lacking political legitimacy, international accounting standardisation is founded on procedural and substantial legitimacies challenged by the current financial crisis. This article highlights the limits of the due process, that is, however transparent; this process does not permit an effective participation of all stakeholders. In actuality, only those who have substantial financial and intellectual resources can afford to get involved. Further, we discuss the weaknesses of the theoretical basis (in particular efficient markets theory) that supports the conceptual framework of IASB. In today's crisis context, these limits and weaknesses raise the question of a re-politization of international accounting standardisation.

Colasse B. (2010), La renaissance de l'histoire de la comptabilité, XVèmes journées d'histoire de la comptabilité et du management Université Paris-dauphine, Paris, France

Texte de la conférence d'ouverture des XVèmes journées d'histoire de la comptabilité et du management (Université Paris-Dauphine, 24-25 mars 2010) prononcée par l'auteur : il y évoque la renaissance en France de l'histoire de la comptabilité dans les années 1980 et 1990.

Danjou P., Colasse B. (2009), La normalisation comptable internationale face à la crise comment répondre aux recommandations du G20, 30e Congrès AFC : La place de la dimension européenne dans la Comptabilité Contrôle Audit, Strasbourg, France

Pochet C., Colasse B. (2008), De la genèse du nouveau Conseil National de la Comptabilité (2007) : un cas d'isomorphisme institutionnel ?, 29ème congrès de l'AFC (Association Francophone de Comptabilité ), Cergy, France

Cet article propose une interprétation de la réforme du dispositif français de normalisation initiée par le décret n° 2007-629 du 27 avril 2007 relatif au Conseil National de la Comptabilité (CNC). Cette réforme, si elle menée à son terme, doit déboucher sur une Autorité (française) des Normes Comptables (ANC). Cette interprétation relève de l'analyse néo-institutionnelle. Elle mobilise en particulier les notions de « dépendance de sentier » et de « mimétisme » institutionnel. Le nouveau CNC est d'abord situé en tant qu'institution par rapport à ses prédécesseurs. Il est ensuite comparé à deux institutions dont l'architecture a pu inspirer ses concepteurs, le Financial Accounting Standards Board (FASB) et l'Autorité des Marchés Financiers (AMF). Il apparaît que le nouveau CNC s'écarte fortement du sentier de la normalisation française et se rapproche des autorités administratives indépendantes du type AMF. Or, ces autorités sont fortement inspirées de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine. Le modèle de la nouvelle ANC serait donc davantage la SEC que le FASB.

This article proposes an interpretation of the reform of the French accounting standards setter initiated by the decrete n° 20076629 of the 27th of april 2007 related to the national standards board, the Conseil National de la Comptabilité (CNC). This reform, if it goes to its term, will give birth to a French Autorité des Normes Comptables (ANC). The proposed interpretation derives from a neo-institutionalist framework. It uses in particularly the notions of path dependency and of institutional mimetism. First, the new CNC is situated as an institution in relation with its predecessors. Then, It is compared with two institutions the architecture of which could have inspired its conceptors, the Financial Accounting Standards Board (FASB) and the French Autorité des Marchés Financiers (AMF). It appears that the new CNC clearly steps out of the the French accounting regulation's historical path and tends to mime French "autorités administratives indépendantes" of the AMF type. Now, such an "autorité" is highly inspired from the SEC. So, paradoxically, the model of the new French Autorité des Normes Comptables would be the SEC rather than the FASB.

Colasse B. (2005), Les « affaires » et la mise en application des normes internationales, des défis et des opportunités pour l'enseignement de la comptabilité, La formation supérieure comptable Journée pédagogique organisée par l'Association Francophone de comptabilité (AFC), Cachan, France

Pour l'auteur, les &quot;affaires&quot; qui ont défrayé la chronique du début du siècle sont une occasion de rénovation des enseignements de comptabilité et d'audit; en ce sens, elles sont &quot;bonnes&quot;. L'analyse de l'&quot;affaire Enron-Andersen&quot; l'amène à faire un certain nombre de propositions pédagogiques visant à améliorer la formation des futurs experts-comptables et auditeurs. Pour l'auteur, &quot;une bonne formation de comptable ou d'auditeur, surtout au plus au niveau, ne peut-être exclusivement technique, elle doit être théorique, faire une place aux sciences humaines et constamment solliciter le jugement de l'apprenant&quot;; de telle façon qu'à chaque fois que celui-ci est confronté à un problème il soit capable d'en découvrir les enjeux, tous les enjeux, économiques et financiers notamment, sociaux éventuellement, éthiques aussi.

Colasse B. (2004), L'évolution récente du droit comptable, L'actualité comptable 2004, Cachan, France

L'auteur distingue trois périodes dans l'évolution récente du droit comptable. Avant la publication en 1983 de la première loi française purement comptable, le droit comptable est très embryonnaire et fortement dépendant du droit civil et du droit fiscal. De 1983 à 1998, il va se renforcer et prendre la forme pyramidale d'un droit étatique(lois, décrets, arrêtés). A partir de 1998, ce droit comptable pyramidal va se désétatiser, s'autonomiser par rapport au droit national et s'hybrider au contact de normes comptables internationales d'essence anglo-saxonne.

Colasse B. (2004), La fin des cadres conceptuels nationaux, 2ème journée de comptabilité franco-espagnole "Le nouveau cadre conceptuel comptable européen", Madrid, Espagne

Colasse B. (1996), Les voies de la recherche en comptabilité financière, Quatrièmes rencontres de l'ESUG, Toulouse, France

Présentation, dans leur ordre d'émergence historique, des quatre principaux courants de la recherche en comptabilité financière : la pratique raisonnée, la recherche a priori ou recherche normative, la recherche empirique (&quot;positive&quot;),les recherches historiques et socio-organisationnelles.

Colasse B. (1980), Note pour une épistémologie de la comptabilité, Premier séminaire de recherche organisé par l'Association Française de Comptabilité : Tendances de la recherche en comptabilité, Cergy-Pontoise, France

Par-delà l'étymologie du mot &quot;épistémologie&quot;, l'auteur définit une épistémologie de la comptabilité des entreprises comme une réflexion sur celle-ci. A titre programmatique, il identifie trois pôles de réflexion : sur le contenu comptabilisé, sur les fondements théoriques de la pratique comptable et sur les objectifs implicites et explicites de celle-ci. Il souligne ensuite les enjeux d'une telle réflexion; ces enjeux sont selon lui pédagogiques, théoriques, pratiques et aussi déontologiques

Autres publications

Colasse, B., (2016), Comptabilité et vision de l'entreprise : sur les normes comptables internationales, Le débat, novembre-décembre, n° 192, pp. 83-93

Retour à la liste