2014


Hamida Chihi - DRM-FINANCE
« Contribution à l'étude de la qualité de l'audit légal : évaluation de la pertinence des spécificités réglementaires françaises  »
Sous la direction de Jean-François Casta, le 3 mars 2014

En savoir plus

La promulgation de la loi de la sécurité financière (LSF) en 2003 a modifié l’architecture institutionnelle et la pratique d’audit en France. Au travers l’adjonction de nouvelles règles imposées par cette loi aux spécificités persistantes depuis 1966 comme le co-commissariat aux comptes et la durée du mandat de six ans, le marché d’audit se montre unique. Cette recherche examine l’impact de cette fusion réglementaire sur la qualité et le coût de l’audit en France. En se basant sur un échantillon composé par 888 observations du SBF 250 sur la période 2005-2010, nous avons révélé l’apport de la rotation des équipes signataires dans la restriction de la discrétion managériale. Outre son avantage dans la promotion de la qualité de l’audit, ce dispositif favorise la négociation à la baisse des honoraires d’audit. Nous avons aussi souligné l’évolution sous forme parabolique de la composante discrétionnaire sur la durée de mandat. En effet, la qualité de l’audit est inférieure pendant la première et la dernière phase de l’engagement. Ce postulat renvoie au renforcement de la compétence dans le temps et l’érosion de l’esprit critique à la fin du mandat. Le décalage, issu de la fusion réglementaire, favorise le maintien du niveau de la qualité élevé sur le marché français. L’association des deux équipes avec des durées auditeur-audité différentes est une contrainte à la discrétion managériale. Toutefois, ce décalage ne doit pas être excessif pour limiter la domination du plus ancien. Cet inconvénient du régime du co-commissariat aux comptes s’est trouvé limité sur le marché français. Nos résultats confirment son efficacité, essentiellement dans le cas d’un collège composé par deux Big 4.


Eric VU Anh Tuan - DRM-FINANCE
« La modélisation du risque en immobilier d'entreprise  »
Sous la direction de Laurent Batsch, le 15 avril 2014

En savoir plus

L’immobilier est un actif récalcitrant, hétérogène et illiquide, ces incertitudes constituent l`appréhension du risque en immobilier d`entreprise. Nous suggérons que le risque peut être évaluer à travers une somme de mesure de risque : en premier lieu dans une approche globale de la volatilité, ce que peut nous proposer une analyse de portefeuille, puis dans une approche plus fine, que peut nous donner la prime de risque d`un marché bureau. Notre travail doctoral se propose d’adapter les outils hérités du monde financier à l’évaluation du risque dans les principaux marchés de bureau Européen. Notre thèse sera rédigée en anglais et la question de recherche s`articulera autour de trois grands axes que nous illustrons sous forme d’articles.


Nesrine Bouzouita - DRM-FINANCE
« La couverture des introductions en bourse par les analystes financiers : quels bénéfices pour leur marché secondaire ? »
Sous la direction de Carole Gresse, le 23 Juin 2014

En savoir plus

Cette thèse a pour objet d’analyser l’impact du suivi par les analystes financiers lors de l’introduction en bourse sur la qualité du marché secondaire et sur la future vie boursière de l’entreprise. Dans cet objectif, trois études empiriques sont menées sur le marché français. La première apporte une nouvelle explication à la relation positive qui existe entre la sous-évaluation initiale et la liquidité sur le marché secondaire. Elle montre que cette relation positive se forme par le biais de la couverture des analystes financiers. En se basant sur la méthode de l’analyse de survie, notre deuxième étude révèle que le suivi par les analystes financiers a un impact positif sur la durée de vie boursière de l’entreprise. La troisième étude démontre que la couverture peut également influencer l’occurrence et la rapidité d’occurrence d’une émission secondaire. Il apparaît que les firmes les plus couvertes au moment de l’introduction sont celles qui retournent le plus rapidement au marché pour effectuer une émission secondaire garantie. Ces travaux soulignent l’importance du suivi par les analystes financiers des introductions en bourse.


Albert Stéphane - DRM-FINANCE
« Performance des institutions bancaires, Structure des revenus et Influence de l’économie et des marchés financiers »
Sous la direction d’Hervé Alexandre, le 10 juillet 2014

En savoir plus

L’après-crise et l’évolution de la réglementation confrontent les banques à un cadre nouveau, replaçant la performance financière au cœur de leur modèle. A l’exception des risques associés aux opérations financières propres, les effets de la structure des revenus sur la rentabilité et la stabilité des résultats sont toutefois débattus. Le présent travail doctoral propose une poursuite de la recherche sur la performance des banques en s’intéressant à l’influence des conditions économiques et de marchés. Une telle influence est peu explorée au-delà des risques de crédit et de trading. Les conditions économiques et de marchés semblent à même d’expliquer d’importantes variations sur la plupart des postes du résultat des banques. La projection des résultats possibles, et plus généralement la mesure des aléas, requièrent la considération de l’ensemble de la structure des revenus ainsi que des volatilités et corrélations des variables d’influence.Plus avant sur un plan stratégique, la recherche est ensuite orientée vers l’estimation de la performance, selon l’environnement, des activités de banque « traditionnelle » et des services financiers à la clientèle. Enfin, la performance attendue des activités (espérances de rentabilité et de volatilité) ainsi que les écarts possibles à ces attentes sont évalués à l’aide de scénarios multiples. Il apparait que la diversification vers les services financiers, ainsi que des stratégies prudentes de transformation d’échéances de taux entre passifs et actifs, améliorent l’attente de performance vis-à-vis de la banque traditionnelle considérée seule. L’incertitude globale de performance associée à une banque ainsi diversifiée semble également contenue en regard des bénéfices attendus. Si l’influence des conditions économiques et financières est exogène, le choix de la structure des activités parait ainsi offrir des opportunités de mitigation des risques et de soutien au rendement-risque.


Rémy Lambinet - DRM-FINANCE
« Financiarisation des marchés de matières premières »
Sous la direction de Delphine Lautier et Bertrand Villeneuve, le 21 novembre 2014

En savoir plus

La hausse des prix des matières premières observée pendant les années 2000 étant concomitante avec une présence plus accrue des agents financiers sur ces marchés a suscité entre l'intérêt des chercheurs. Cette hausse des prix a eu lieu avec une transformation des marchés de matières premières que cela soit dû à la présence de nouveaux instruments financiers ou à des investissements plus importants dans ces marchés. Les deux premiers chapitres de cette thèse étudient l'impact sur les matières premières de la présence d'Exchange-Traded Products dont le but est d'offrir aux investisseurs financiers une exposition passive aux matières premières. Au cours de ces études, il est démontré que le mécanisme (dit de création/rédemption) utilisé pour délivrer la performance de la matière première sous-jacente aux investisseurs a un impact sur le prix du sous-jacent, sur sa volatilité et sa corrélation au marché des actions. Enfin, ces mêmes instruments sont devenus les principaux contributeurs à la fonction de découverte des prix alors que traditionnellement cette fonction était assurée par les marchés à terme. Le dernier chapitre de ce manuscrit de thèse étudie la saisonnalité à la fois des prix et des positions des différents types d'agents présents sur le marché à terme des matières premières agricoles. Les résultats montrent que la saisonnalité des positions sur le marché à terme a été modifiée par la présence accrue des agents financiers. Cette thèse quantifie et démontre que les nouveaux supports d'investissement et les positions plus nombreuses de ces mêmes investisseurs sur le marché à terme ont modifié les caractéristiques financières et fondamentales des matières premières.


Paul Karehnke - DRM-FINANCE
« Decision making under risk and uncertainty »
Sous la direction d’Elyès Jouini, le 24 novembre 2014

En savoir plus

Cette thèse étudie le choix de portefeuille et l'évaluation d'actifs avec des préférences qui vont au-Delà des préférences d'espérance d'utilité et de moyenne-Variance standard. La première partie de cette thèse porte sur un modèle de décision dans lequel le décideur forme des croyances endogènes compte tenu de son utilité d'anticipation et de sa déception à posteriori. Les implications du modèle en termes de choix de portefeuille et d'évaluation d'actifs sont dérivées et comparées aux implications du modèle d'espérance d'utilité standard. La deuxième partie de cette thèse porte sur des investisseurs qui dérivent l'utilité des trois premiers moments du rendement de leur portefeuille. Nous dérivons et testons les conditions sous lesquelles des actifs supplémentaires peuvent améliorer l'univers d'investissement des investisseurs avec des préférences moyenne-variance-skewness. Les implications de ces préférences pour les rendements d'actifs à l'équilibre sont ensuite analysées et testées avec des rendements boursiers.


Meryem Mehri - DRM-FINANCE
« Frais, performance et risque des fonds d’investissement islamiques et conventionnels : une approche théorique et empirique »
Sous la direction d’Elyès Jouini, le 4 décembre 2014

En savoir plus

Les fonds d'investissement islamiques et conventionnels se retrouvent dans la mesure où ils ont la même finalité. En revanche, à la différence des fonds conventionnels, les fonds islamiques se doivent d'investir conformément à un ensemble de règles de sélection. Cette thèse s'intéresse à élaborer un cadre d'analyse théorique et empirique permettant d'expliquer les frais de gestion, ainsi que la performance et le risque des fonds d'investissement. Ainsi, ce travail commence par élaborer une analyse théorique autour des contrats de partage des pertes et des profits (venture contracts) confrontés aux problèmes d'asymétrie d'information. Un modèle théorique, en présence de problème de sélection adverse entre le gérant et l'apporteur de fonds, montre que les degrés d'aversion au risque respectifs du gérant et de l'investisseur ont un impact sur la négociation des frais de gestion indexés sur la performance périodique du fonds (carried interest). Les conclusions de ce modèle nous incitent à expliquer empiriquement le choix des partenaires du fonds concernant les clauses de rémunération, la performance et le risque des fonds d'investissement. Pour ce faire, nous élaborons une base de données unique qui comporte un échantillon international de fonds islamiques et conventionnels regroupés par société de gestion. En distinguant les fonds islamiques des fonds conventionnels, le cadre légal, les conditions politiques et économiques expliquent leurs frais, leurs performances et leurs risques.