Qui sommes-nous?

Responsable de l’équipe :Carole Gresse

Gestionnaire administratif et financier : Françoise Carbon

L’équipe de recherche DRM Finance regroupe des chercheurs de l’Université Paris-Dauphine qui développent des travaux théoriques et empiriques en finance de marché, en finance bancaire, en finance d’entreprise et en comptabilité financière. Elle se compose d’une vingtaine d’enseignants-chercheurs permanents, de deux directeurs de recherche CNRS et d’une trentaine de doctorants.

Les thèmes de recherche de l’équipe se regroupent en trois grands axes :

  • l’évaluation d’actifs, l’allocation de richesse et la performance des investissements,
  • la microstructure et l’analyse des inefficiences de marché,
  • la finance d’entreprise, l’information financière et l’intermédiation financière.

Une quinzaine de professeurs invités étrangers viennent en visite de recherche chaque année. Les activités de l’équipe comprennent notamment un séminaire de recherche organisé régulièrement le jeudi, des journées de recherches thématiques annuelles, des séminaires doctoraux et des liens avec plusieurs chaires.

Pour en savoir plus sur les thématiques de recherche,

THEMATIQUE 1 Evaluation d’actifs, allocation de richesse, performance des investissements

Les projets en évaluation couvrent une très large gamme d’actifs : actifs financiers non conditionnels, produits dérivés d’actifs financiers et d’actifs réels, indices, matières premières, actifs immobiliers. Ces recherches en évaluation d’actifs seront complétées par des recherches sur la performance d’investissements spécifiques tels que l’investissement immobilier ou l’investissement en produits de finance islamique et par des recherches sur la gestion des risques et des portefeuilles.

Les recherches dans le cadre de cet axe sont à 40% théoriques et à 60% empiriques. Les théories mobilisées sont la théorie de l’arbitrage, les théories de la structure à terme des taux d’intérêt, la théorie du déport normal, la théorie du stockage, la théorie des options, les modèles d’équilibre partiel et général. Les approches méthodologiques comprennent entre autres le calcul stochastique, la résolution d’équilibres à anticipations rationnelles ou à anticipations hétérogènes, la mesure de performance de portefeuille, ou l’analyse multivariée d’écarts entre prix théoriques et prix observés.

Les chercheurs associés à cet axe

  • Sofiane Aboura, Mcf : Projet de recherche sur l’évaluation d’options avec modélisation non gaussienne et sur l’identification des crashs boursiers.
  • Eser Arisoy, PA : Projets de recherche sur l’évaluation des actions et des produits dérivés.
  • Serge Darolles, PAST Gaëlle Le Fol, PU : Projet de recherche sur l’existence d’une prime de liquidité et le lien marché des options/marché du sous-jacent.
  • Kaouther Jouaber, Mcf : Projet sur la performance des fonds d’investissement islamiques.
  • Delphine Lautier, PU : Projet de recherche sur l’analyse des relations entre prix au comptant des matières premières et prix à terme. Projet de recherche sur la modélisation du prix de l’électricité.
  • Clotilde Napp, DR, CNRS : Projet sur le lien entre pessimisme et impatience des investisseurs et sur leur impact sur le taux sans risque, la prime de risque et les transferts de richesse. Projet sur les allocations socialement efficaces dans un cadre multidimensionnel et sur le développement d’une mesure de prudence multidimensionnelle.
  • Evguenia Passari, PA : Projet sur l’évaluation des devises liées aux matières premières.
  • Arnaud Simon, Mcf, HDR : Projet sur les indices immobiliers, sur les produits dérivés immobiliers et sur l’évaluation et la performance des actifs immobiliers.

Les doctorants associés à cet axe : Yasmine Essafi, Yona Kamelgarn, Paul Karehnke, Thomas Lefebvre, Meriem Mehri, Emna Nefzi, Tingwei Wang, Dmitry Otroshchenko, Ling Ni Boon, Edouard Jaeck, Julien Ling, Anmar Al Wakil, Pau Blasi.

THEMATIQUE 2 Microstructure et analyse des inefficiences de marché

Les projets de recherche dans ce champ concernent l’impact de différents facteurs ou événements sur la qualité des marchés d’actions, à savoir leur liquidité et l’efficience des prix. Les facteurs ou événements étudiés sont les changements d’organisation de marché, les nouvelles réglementations telles que la directive MIF, la fragmentation ou la consolidation du flux d’ordres, le trading algorithmique, ou encore les décisions financières des firmes émettrices. Des travaux sont également prévus sur l’illiquidité extrême et ses conséquences en termes de risque systémique, ainsi que sur le risque systémique sur les marchés de dérivés ou encore sur la mesure de la liquidité des produits dérivés. Cet axe de recherche porte aussi sur le risque d’inefficience informationnelle, c’est-à-dire le risque que les prix cotés sur le marché financier intègrent imparfaitement l’information et que les transactions s’exécutent à des prix inéquitables ou excessivement volatils. Parmi les explications avancées figurent la non-rationalité ou la rationalité limitée et les problématiques de finance comportementale sont utilement mobilisées dans ce cadre.

Les recherches envisagées dans cet axe sont à 15% théoriques et à 85% empiriques. Les ancrages théoriques de ces recherches sont la théorie de l’information, la théorie de l’efficience informationnelle, la théorie des bulles spéculatives, les théories de finance comportementale et les théories des coûts de transaction, à savoir la théorie des coûts de stockages des titres et la théorie de l’asymétrie d’information. Les approches méthodologiques comprennent entre autres, la théorie des graphes, l’économétrie des séries temporelles et des données de panel sur données haute fréquence, ou le recours à des variables instrumentales non paramétriques.

Les chercheurs associés à cet axe

  • Marie-Pierre Dargnies, Mcf : Projet de recherche expérimentale en finance comportementale.
  • Serge Darolles, PR Gaëlle Le Fol, PU : Projet sur l’analyse des écarts de liquidité entre passif et actif des fonds d’investissement. Projet de recherche sur la construction d’une mesure de liquidité agrégée sur les marchés de produits dérivés. Projet sur l’étude de la contagion en termes de liquidité, de l’illiquidité extrême et des risques systémiques induits.
  • Delphine Lautier, PU : Projet d’étude du risque systémique sur les marchés de dérivés.
  • Carole Gresse, PU, Jacques Hamon, PU, Kaouther Jouaber, Mcf, Gaëlle Le Fol, PU, Karine Michalon, Mcf : Projets sur l’impact de différents facteurs (nouvelles réglementations européennes, caractéristiques d’organisation des marchés, fragmentation ou consolidation du flux d’ordres, introduction de nouveaux actifs, nouvelles pratiques et technologies telles que le trading algorithmique et le trading à haute fréquence) sur la qualité des marchés d’actions c’est-à-dire sur la liquidité et les coûts de transaction et sur l’efficience informationnelle des prix.

Les doctorants associés à cet axe : Nesrine Bouzouita, Elisabeth Fonteny, Adrien Becam, Julien Moussavi.

THEMATIQUE 3 Finance d’entreprise, information financière, intermédiation financière

Les recherches qui s’inscrivent dans cet axe se rapportent à la finance d’entreprise, le rôle de l’intermédiation financière dans le financement des entreprises, et l’information financière et comptable. Les projets de finance d’entreprise traitent de trois grandes problématiques : (1) les conséquences des fusions-acquisitions pour le contenu informatif des prix, (2) l’étude des structures d’actionnariat, de l’organisation des relations entre actionnaires et de leur incidence sur la performance des entreprises, (3) l’étude de facteurs spécifiques pouvant influencer la politique d’investissement, avec parmi ces facteurs les coûts de transaction, la responsabilité sociale des entreprises, ou l’influence des médias. Concernant l’intermédiation financière, les recherches porteront sur le capital risque (relation entre l’entrepreneur et la société de capital-risque, clauses des contrats, formation des tours de table), le financement de l’innovation, l’intermédiation bancaire, et le risque de non financement et de rationnement du crédit dans la gestion bancaire. Enfin, les travaux en information financière et comptable recouvriront des problématiques de comptabilité financière, avec des questions autour de la juste valeur et des normes IFRS, et des problématiques de communication financière en lien avec le biais d’inattention des investisseurs.

Les recherches dans cet axe sont à 25% théoriques et à 75% empiriques. Les ancrages théoriques sont les théories classiques de la politique de financement et de la politique d’investissement, les théories de finance comportementale, la théorie de l’agence et des mandats, ou encore le cadre théorique de la comptabilité positive. Les approches méthodologiques relèvent soit de la résolution de modèles dans le cadre des théories précitées soit de l’analyse économétrique de données financières d’entreprise.

Les chercheurs associés à cet axe

  • Hervé Alexandre, PU : Projet sur l’impact des nouvelles règlementations bancaires sur la performance des banques, leur risque de solvabilité et l’octroi de crédit aux entreprises.
  • Jean-François Casta, PU : Projet sur la relation entre information comptable en juste valeur et utilité des états financiers, sur le lien entre choix de reporting selon les normes internationales et politique d’endettement, et sur l’utilité de l’information véhiculée par l’application certaines normes comptables.
  • Gilles Chemla, DR : Projet sur la politique d’investissement en présence de coûts de transaction et projet sur la politique d’investissement des fonds de capital-investissement.
  • Zsuzsanna Fluck, PR : Projet sur la performance des fonds investis en actifs non cotés. Projet sur les incitations et les formes organisationnelles encourageant l’innovation. Projet sur les clauses de remboursement anticipé dans les émissions obligataires.
  • Edith Ginglinger, PU : Projet sur l’’impact de la gouvernance (contraintes légales, actionnariat salarié, présence des banques aux conseils d’administration) sur la valeur des firmes et sur leurs contraintes financières avec une optique européenne. Etude européenne sur la communication financière et le biais d’inattention des investisseurs.
  • Hubert de La Bruslerie, PU : Projet sur le contenu en information privée des prix des actions à la suite d’opérations de fusions-acquisitions. Etude comparative internationale sur le prix psychologique du temps et les fonctions d’actualisation de type hyperbolique.
  • Marie-Aude Laguna, Mcf : Projet sur l’influence des médias sur le comportement des entreprises. Etude sur les déterminants des choix de sécurité et environnementaux des entreprises du secteur manufacturier.
  • Tamara Nefedova, PA : Projet concernant l’impact sur les marchés de l’information diffusée par les courtiers et par les analystes financiers.
  • Tristan Roger, PA : Projet sur le rôle des analystes financiers.

Les doctorants associés à cet axe : Stéphane Albert, Nesrine Bouzouita, Thomas David, Gérard Despinoy, Simon Gueguen, Mario Milone, Florence Norée, Aboudou Ouattara, Sabrine Rekik, Eric Thorez, Diène Kamara, Yasmine Skalli, Marion Sierra.

Pour en savoir plus sur les activités,

Des thèses : Une dizaine de thèses financées par des CIFRE.

Des contrats de recherche

  • ANR Risk, 2011-2014, Comportements individuels et collectifs face aux risques : attitude face aux risques, partage des risques, gestion des risques (Programme blanc) et demande d’une autre ANR pour la poursuite des recherches ;

  • ANR Econom&Risks, édition 2010, sur le thème « Approches économétriques pour la modélisation du risque » avec les Universités de Lille et d’Orléans (Programme blanc labellisé par Pôle Finance Innovation)

Des chaires

  • Chaire « Développement de la gestion quantitative » hébergée par la fondation du risque, portée par Dauphine et le CREST, partenaires : QUANTVALLEY, GFI et UBS ;

  • Chaire gestion d’actifs en partenariat avec Amundi ;

  • Chaire Dauphine- ENsae, « Les particuliers face au risque », chaire de la fondation du risque, financée par Groupama ;

  • Chaire Finance et Développement Durable, Approches Quantitatives (Dauphine, Polytechnique, EDF, CA- CIB) ;

  • Chaire Ethique et Finance hébergée par l’Institut Catholique de Paris ;

    Initiative de recherche « Développement de la gestion quantitative » dont le financement porte sur la période 2012-2015.

Des cycles de conférence internationale