Curriculum vitae

Alter Norbert

Professeur émérite
DRM

Norbert.ALTERping@dauphinepong.fr

Publications

Articles

Alter N. (2014), Des itinéraires de patrons atypiques, ou la place de "l'étranger", Journal de l'Ecole de Paris du management, 107, p. 8-15

Norbert Alter a écouté des patrons porteurs d'un stigmate les reléguant aux marges de la société pour comprendre comment ils ont réussi et sont désormais respectés. Il explique pourquoi la différence surmontée peut devenir une force.

Alter N. (2012), La montée en compétence marketing des distributeurs : modalités, défis et enjeux de management, La Nouvelle Revue du Travail, 1

Norbert Alter explique l'utilité et l'actualité de la théorie de Marcel Mauss pour penser la coopération en entreprise et l'engagement au travail. Il revient sur ses qualités heuristiques et sa portée critique nécessaires à mobiliser pour donner des clefs de compréhension et d'action au monde du travail. À cette contribution répond celle d'Alain Caillé, « Le paradigme du don face aux nouvelles réalités du monde du travail. Quelques remarques »

Norbert Alter explains here the utility and topicality of Marcel Mauss' theory in an analysis touching both on cooperation within a business structure and on people's commitment to work. He reviews the heuristic qualities and critical scope that must be mobilised to create ways of understanding and acting within the work world. Alain Caillé responds to this contribution with his own article entitled, " The gift paradigm facing new realities in the work world. Comments" (Le paradigme du don face aux nouvelles réalités du monde du travail. Quelques remarques).

Alter N. (2011), Comment les dirigeants des organisations peuvent tuer l'innovation ?, Gestion, 36, 4, p. 5-10

L'innovation qui s'appuie sur un processus créateur doit faire appel aux apprentissages des employés et à leur capacité à coopérer ensemble. En effet, ce sont les véritables apprentissages organisationnels et culturels, ainsi que des actions de personnes transgressant l'ordre établi, engagées pendant la mise en oeuvre d'une nouveauté dans les structures de travail, qui permettent l'innovation. Cet article explique comment le fait, pour les décideurs, de ne pas savoir reconnaître la capacité innovatrice des employés risque de conduire ces derniers au conformisme, à la démobilisation et à l'adoption de l'utilitarisme.

Alter N. (2011), Don, ingratitude et management : suicide et désengagement au travail, Revue française de gestion, 37, 211, p. 47-61

La théorie du don telle qu'élaborée par Mauss et ses successeurs permet de comprendre que l'entreprise représente un lieu de production de liens, autant qu'un lieu de production de biens. Ces liens, qui produisent l'efficacité collective, permettent également d'accéder au sens et à la reconnaissance. Des politiques de modernisation oublient ce qu'ont donné et ce que continuent à donner les salariés. Elles produisent alors progressivement un détachement du travail, une dissociation entre le salarié et le sujet, alors que le principe structurant est celui de l'engagement. Ce déficit d'intégration, dont l'image la plus tragique est celle des suicides au travail, menace toujours les organisations.

Opinion - Gift, ungratefulness and management. Suicide and desengagement at work The gift theory as it was elaborated by Mauss and his successors helps to understand that the plant represents a place of social ties production, as well as a place for goods production. These ties, which produce collective efficiency, also enable to give meaning and recognition. Modernising politics forget what the employees have given and still are giving. Therefore they progressively produce a work detachment, a disassociation between the employee and the subject, although the structuring principle is the engagement. This integration deficit, which the most tragical image was given by the series of suicides at work, is still a threat for the organizations.

Alter N. (2011), Le paradigme du don : critique ou leçon de management ?, Réalités industrielles, p. 46-51

L'adaptation des entreprises au changement repose largement sur des micro-initiatives prises par les opérateurs. La production de cette ingéniosité collective s'interprète selon la théorie du don et du contre-don. En termes de management, elle représente un défi essentiel pour les entreprises : savoir tirer parti de cette activité non rémunérée (ce « don »), au travers notamment d'une véritable reconnaissance de sa valeur. Actuellement, pour des raisons plus culturelles qu'économiques, les directions des entreprises ne parviennent souvent pas à «recevoir» ce don, parce que celui-ci suppose de savoir donner à son tour.

Adapting firms to change relies heavily on the small initiatives taken by operatives in the field or on the line. A group ingenuity is thus produced that can be interpreted in the light of the theory of gift-giving, whence a major issue for management: how to take advantage of unremunerated activities ("gifts"), in particular by recognizing their value? For reasons more cultural than economic, a firm's management often fails to "receive" such gifts because the reception implies knowing how to give something back.

Alter N. (2010), Cooperation, feelings and commitment in organizations, La Revue du MAUSS, 36, p. 347-369

Si le bénéfice des échanges réalisés entre collègues pouvait résulter d'une quelconque comptabilité, ce système d'échange ne durerait pas pour au moins deux raisons : la première est que les donataires font souvent preuve d'ingratitude, la seconde tient au fait que les donateurs ne donnent pas à un autre, mais à un « tiers ». Ce tiers peut être le projet, le métier ou la mission. S'y consacrer permet d'éprouver le « sentiment d'appartenance ». Et, au nom de ce sentiment, les salariés s'engagent dans leur activité, infiniment plus et mieux que ne le suppose leur contrat de travail.

Cooperation within the workplace cannot be understood through an accounting of personal benefits for at least two reasons : the first being that the donee is often ungrateful, the second being that the donor does not give to the donee but to a "third". This third party is variable, be it the project, the profession or the mission for instance. Incidentally, contributing personal effort fosters a feeling of belonging. It is in the name of this feeling of belonging that workers become significantly more and better involved in their activities that what their working contract supposes.

Alter N. (2010), Travail et déni du don, La Revue du MAUSS, 35, p. 175-194

Les entreprises ne souhaitent pas être redevables de ce que leur donnent les salariés : le trésor de la compétence collective et de l'engagement. Elles refusent alors logiquement de célébrer, de reconnaître ce don. Mais une lecture attentive des échanges montre qu'elles ne résistent pas toujours à l'attrait de ces biens. Elles sont alors amenées à « prendre » ce trésor, mais manifester leur endettement et leur gratitude, comme si la chose donnée n'avait pas le statut de don.

Companies don't want to be indebted because of what their employees give to them : the beauty of collective skills and commitment. Though, they refuse to celebrate, to acknowledge that gift. But a careful analysis of exchanges shows that they don't always resist to the appeal of those goods. Then, they are led to "take" this beauty, but without showing neither their debt nor their gratitude, as if this good which has been given didn't seem like a gift.

Alter N. (2008), 1968-2008 : Du sociologue critique à la critique sociologique, Sociologies Pratiques, 1, 16, p. 131-135

Alter N. (2004), Retour sur une expérience de formation longue : le cycle diplômant de l'IEP, Sociologies Pratiques, 8

Alter N. (2004), Les composantes d'un processus d'innovation, Les Cahiers Français, 323, p. 70-73

Alter N. (2003), Mouvement et dyschronies dans les organisations, L'Année sociologique, 53, 2, p. 489-514

Cet article met en évidence l'existence du caractère continu des changements organisationnels et sociaux dans les entreprises. Il propose d'analyser ce « mouvement » comme une donnée spécifique, durable, et non comme l'émergence d'une nouvelle structure. En s'appuyant sur les perspectives de la sociologie de l'innovation et de l'organisation, l'article distingue un fort développement de l'activité organisatrice des firmes, associé à une faible capacité à structurer durablement l'organisation. Il souligne le caractère morcelé des apprentissages et l'existence de « dyschronies ». Reprenant les travaux de Simmel, il s'interroge finalement sur l'autonomie des règles par rapport à l'action.

This article underlines the continuous trend of social and organizational changes in firms. It intends to analyze this « movement » as a specific, long-standing process, instead of a new structure appearing in the organization. This text relies on the theoretical perspectives of the sociology of organization and the sociology of innovation, and it points out a strong development of the organizational activities of the firms, associated with a weak capacity to structure the organization on a permanent basis. It also underlines the splits in the training and the presence of « dyschronies ». Following Simmel's analyses, it at last questions the autonomy of rules compared to action.

Alter N. (2002), Théorie du don et sociologie du monde du travail, La Revue du MAUSS, 20, p. 263-285

Reynaud J-D., Alter N. (2001), Forum : regards croisés de Norbert Alter et de Jean-Daniel Reynaud sur le thème de la déviance et de la régulation des organisations, Les Cahiers de l'Artemis, 3

Alter N. (1999), La sociologie et les métiers de l'analyse, Sociologies Pratiques, 2

Alter N. (1998), Action, culture et logiques d'innovation, Sciences Sociales et Santé, 16, 1

Alter N. (1998), A few principles for the sociological analysis of innovation, Education Permanente, 134, p. 21-34

Alter N. (1995), Is it possible to program innovation?, Revue française de gestion, 103, p. 78-86

Alter N. (1993), Agents and Decisions Revealed, Education Permanente, 113, p. 133-141

Alter N. (1993), La crise structurelle des modèles d'organisation, Sociologie du travail, 1, p. 75-87

Alter N. (1993), The Social Actor's Lassitude, Sociologie du travail, 4, p. 447-468

Alter N. (1993), Innovation et organisation: deux légitimités en concurrence, Revue française de sociologie, 34, 2, p. 175-197

L'hypothèse centrale de l'article tient à la capacité d'apprentissage des entreprises ainsi qu'à la capacité des acteurs à créer des incertitudes pour « inventer » des ressources stratégiques. Réfutant une partie des analyses de M. Crozier, cette étude met en évidence le caractère instable des systèmes sociaux des entreprises non bureaucratiques, ainsi que les contraintes de légitimité économique de leurs acteurs. Elle illustre par ailleurs l'existence d'une complémentarité et d'une concurrence entre la logique de l'innovation et la logique de l'organisation ; la rationalisation du travail devient ainsi un mouvement et un enjeu permanent dans le fonctionnement des entreprises.

Alter N. (1992), As logicas da empresa informacional, Revista de Administraçao de Empresas, 32, 1, p. 68-77

The author analyses the reasons behind the appearance of a new type of enterprise - the informational enterprise - and defines its major characteristics. He emphasizes the debureaucratization and deformalization of the organization, the intellectualization of activities and the role of culture as a cohesive factor. In doing so, he examines the role played by three groups of actors in the corporate system - the professionals, line executives and senior management - and their different attitudes towards innovation in the organization.

Alter N. (1991), Information, professionnalisme et management, Revue Internationale de Systémique, 5, 2, p. 211-222

Alter N. (1990), Sociologue en entreprise: bilan d'une expérience, Connexions, 56, p. 151-162

Alter N. (1989), Public and Commercial Action: The Organizational Dilemma of Telecommunications, Sociologie du travail, 3, p. 363-379

Alter N. (1989), The Logics of the Informational Enterprise, Revue française de gestion, 74, p. 27-38

Alter N. (1987), Computerization and Decision Making: the Stakes Involved, Revue française de gestion, 61, p. 60-68

Alter N. (1984), Les dimensions de la télématique, Revue française des affaires sociales, 2, p. 115-128

Alter N. (1984), Bureautique et partage du pouvoir dans l'entreprise, Revue française de gestion, 49, p. 106-116

Ouvrages

Alter N. (2012), La force de la différence : itinéraires de patrons atypiques, Paris, Presses Universitaires de France, 275 p.

Sous un angle psychologique et sociologique, cet essai porte sur les parcours de patrons non conventionnels : handicapés, descendants d'immigrés, homosexuels, femmes, etc. L'auteur montre en quoi cette différence peut constituer une force. Il met en évidence la capacité de ces chefs d'entreprise à former des réseaux et à faire preuve de solidarité dans l'entre-deux qui fait leur spécificité.

Alter N. (2010), L'innovation ordinaire (nouv.ed.), Paris, Presses universitaires de France, 284 p.

Plus que par leurs règles, les entreprises contemporaines se définissent par leur mouvement qui est un flux permanent d'innovations dont le processus, imprévisible, engendre des tensions. En analysant ces tensions, l'auteur redéfinit l'innovation, précise la distinction entre innovation et invention et étudie ce qui fait tenir les entreprises dans ces transformations

Alter N. (2009), Donner et prendre : la coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 230 p.

Quelles raisons poussent les salariés à coopérer ? D'hier à aujourd'hui ces échanges qui ne peuvent être réduits à une série de comportements altruistes et pacifiques sont étudiés.

Alter N. (2006), La bureautique dans l'entreprise : les acteurs de l'innovation, Paris, L'Harmattan, 200 p.

Ce livre analyse l'émergence de la micro-informatique dans les entreprises. Il permet de comprendre la manière dont les grandes organisations de la fin des années soixante-dix ont été érodées, modifiées et parfois bouleversées par cette nouvelle technique.

Alter N. (2000), L'innovation ordinaire, Paris, PUF, 278 p.

Alter N. (1999), La gestion du désordre en entreprise (nouvelle éd. augmentée), Paris, L'Harmattan, 207 p.

Met en lumière ce qui résiste souvent aux tentatives du management ordinaire : la richesse des pouvoirs informels et l'indépassable diversité culturelle des acteurs. Analyse les innombrables ressources cachées, mutilées et inutilisées des entreprises, et les moyens de leur intégration.

Alter N. (1991), La gestion du désordre en entreprise, Paris, L'Harmattan, 207 p.

Alter N. (1985), La bureautique dans l'entreprise : les acteurs de l'innovation, Paris, Editions ouvrières, 200 p.

Direction d'ouvrages

Alter N. (2012), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, 362 p.

Pour comprendre la réalité du travail, il vaut mieux abandonner les clivages théoriques et les approches segmentées qui en découlent. L'intérêt de ce manuel, qui est aussi un ouvrage de présentation du monde du travail, est de développer une lecture globale du travail en tant qu'activité menée dans les entreprises, les associations, les mouvements collectifs, les professions libérales, etc.

Alter N. (2006), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, 356 p.

Pour comprendre la réalité du travail, il vaut mieux abandonner les clivages théoriques et les approches segmentées qui en découlent. L'intérêt de ce manuel, qui est aussi un ouvrage de présentation du monde du travail, est de développer une lecture globale du travail en tant qu'activité menée dans les entreprises, les associations, les mouvements collectifs, les professions libérales, etc.

Alter N. (2002), Les logiques de l'innovation : approche pluridisciplinaire, Paris, La Découverte, 274 p.

Etat des lieux des pratiques contemporaines et des théories de l'innovation, pose les enjeux. L'innovation est conçue comme un catalyseur économique et social mais aussi une source de conflits entre les acteurs économiques, elle pose la question de la coopération, de la négociation, du conflit et de la déviance.

Dubonnet C., Alter N. (1994), Le manager et le sociologue : correspondance à propos de l'évolution de France Télécom de 1978 à 1992, Paris, L'Harmattan, 239 p.

Alter N. (1986), Informatiques et management, la crise, Paris, La Documentation française, 237 p.

Chapitres d'ouvrage

Alter N. (2014), Préface à la 4e édition de L'Identité au travail, in Sainsaulieu R. (dir.), L'Identité au travail : les effets culturels de l'organisation, Paris, Presses de Sciences Po, p. 11-18

Alter N. (2013), L'innovation et la coopération : un trésor méconnu, in Leguy P., Guitton C., Amoureux P. (dir.), Handicap, reconnaissance et formation tout au long de la vie. 295 ESAT en réseaux : lieux d'innovation sociale et d'ingénierie de formation, Toulouse, ERES, p. 90-99

Alter N. (2012), Don, in Bevort A., Jobert A., Lallement M., Mias A. (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, PUF, p. 202-207

Alter N. (2012), Taylor et l'organisation scientifique du travail, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 7-23

Alter N. (2012), La sociologie des organisations et la question du pouvoir, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 85-101

Alter N. (2012), Cultures et identités au travail, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 103-119

Alter N. (2012), La théorie de la régulation sociale, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 121-137

Alter N. (2012), Don et échange social, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 141-158

Alter N. (2012), Innovation, organisation et déviance, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 271-288

Alter N., Uhalde M. (2012), Modernisation, mouvement et crise, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses Universitaires de France, p. 343-357

Alter N. (2010), Le gestion paradoxale. L'incapacité à recevoir le don des salariés, in Tixier P-E. (dir.), Ressources humaines pour sortie de crise, Paris, Presses de Sciences Po

Alter N. (2009), Rapports sociaux et ambiguïtés dans le management des systèmes d'information, in Rosenthal-Sabroux C., Carvalho A. (dir.), Management et gouvernance des SI, Paris, Hermès Lavoisier, p. 23-36

Alter N. (2008), Travail, organisation et échange social, in Chanial P. (dir.), La société vue du don : manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée, Paris, La Découverte

Martin D., Alter N. (2007), Sainsaulieu, Renaud (1935-2002), in Ritzer G. (eds), Blackwell Encyclopedia of Sociology, Malden (USA), Blackwell Publishing

Alter N. (2007), A davida eo egoismo como fundamento de cooperaçao entre pares,, Analise das Organizaçoes - Perspectivas Latinas : poder, cultura, subjetividade e vida simbolica, Porto Alegre, Universidade Federal do Rio Grande do Sul

Alter N. (2007), On ne peut pas institutionnaliser l'innovation, in Harrisson D., Klein J. (dir.), L'innovation sociale : émergence et effets sur la transformation des sociétés, Montréal, Presses de l'Université du Québec, p. 139-149

Alter N. (2004), Postface, in Drais E., Craipeau S., Boussard V. (dir.), Le socio-manager : sociologies pour une pratique managériale, Paris, Dunod

Alter N. (2003), Régulation sociale et déficit de régulation, in Terssac G. (dir.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, Paris, La Découverte, p. 77-88

Alter N. (2003), Innovation organisationnelle entre croyance et raison, in Penan H., Mustar P. (dir.), Encyclopédie de l'innovation, Paris, Economica, p. 71-88

Alter N. (2001), Innovaçâo,, Gestao com pessoas e subjetividade, Sâo Paulo, Atlas

Alter N. (2001), Le défi des conflits de temporalités dans les processus d'apprentissage, in Kalika M. (dir.), Les défis du management, Rueil-Malmaison, Editions Liaisons, p. 83-91

Alter N. (2001), Diffusion, Sociology of, in Smelser N., Baltes P. (eds), International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Elsevier, p. 3681-3684

Alter N. (1999), Innovation et changement en entreprise, in Cabin P., Ruano-Borbalan J-C. (dir.), Le management aujourd'hui, Paris, Demos, p. 121-128

Alter N. (1999), Organisation et innovation: une rencontre conflictuelle, in Cabin P. (dir.), Les organisations : état des savoirs, Auxerre, Editions Sciences Humaines, p. 185-192

Alter N. (1995), La légitimité de l'action sociologique en entreprise, in Guillaume J-F., Vrancken D., Legrand M. (dir.), La sociologie et ses métiers, Paris, L'Harmattan, p. 143-147

Alter N. (1993), Implications sociales et organisationnelles [thème Bureautique], in Sfez L. (dir.), Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, p. 569-570

Alter N. (1993), Entreprise informationnelle, in Sfez L. (dir.), Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, p. 324-327

Alter N. (1993), Informatisation, in Sfez L. (dir.), Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, p. 592-594

Alter N. (1993), Télétravail, in Sfez L. (dir.), Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, p. 405

Alter N. (1989), Die Unordnung oder das Glück des Managements,, Modernisierung der Arbeitsbeziehungen: direkte Arbeitnehmerbeteiligung in deutschen und französischen Betrieben, Francfort, Campus

Alter N. (1988), Des acteurs au travail, in Veltz P., Hollard M., Malsch T., Cohendet P. (dir.), L'après taylorisme : nouvelles formes de rationalisation dans l'entreprise en France et en Allemagne, Paris, Economica, p. 153-159

Alter N. (1988), Gestion du désordre et réussite en entreprise, in Fernandes A., Gonçalves A., Lalive d'Epinay C., AISLF . (dir.), La sociologie et les nouveaux défis de la modernisation, Porto, AISLF

Alter N. (1985), Technologies nouvelles et travail : du doute à la recherche, in Boutinet J-P. (dir.), Du discours à l'action: les sciences sociales s'interrogent sur elles-mêmes : actes du colloque de l'Institut de psychologie et sciences sociales appliquées (IPSA) (Université catholique de l'Ouest), Paris, L'Harmattan, p. 159-164

Communications

Alter N. (1988), The protagonists in innovation: who gains what?, IFIP TC 9 International Working Conference on the Social Implications of Robotics and Advanced Industrial Automation, Tel-Aviv, Israël

Autres publications

Alter N., (2012), L'utilité de la théorie du don , Nouvelle revue du travail, 1, pp. 1- 22

Alter, N. . Des itinéraires de patrons atypiques, ou la place de "l'étranger". Journal de l'Ecole de Paris du management. n° 107. 2014. pages 8-15.

Retour à la liste