2013


Asma Ben Temellist- DRM-MOST
« Le contrôle interne organisationnel en phase de lancement de  nouveaux produits : le cas des entreprises françaises délocalisées en Tunisie »
Le 8 février 2013, sous la direction de Gilles David.

En savoir plus

Cette recherche contribue à expliquer la compétitivité durable dans une perspective inter-organisationnelle. Elle se fonde sur un cadre conceptuel intégrant les différentes « perspectives basées sur les ressources ». La démarche de nature qualitative repose sur des études de cas multiples auprès de neuf sous traitants tunisiens en habillement. Les résultats obtenus font apparaître d’une part que la compétitivité durable est le fruit de la détention d’un stock des ressources et des compétences. Dans une industrie, comme l’habillement, où la concurrence est rude et les barrières à l’entrée sont faibles, les sources systémiques sont la garantie d’un avantage concurrentiel durable. Il ne s’agit pas de considérer chaque source de manière individuelle et isolée, mais plutôt, c’est la combinaison des sources qui vise à produire un avantage concurrentiel. Toutefois, dans une perspective inter-organisationnelle, les « ressources marginales » et les « market access competencies » sont des sources capitales. D’autre part, le stock des ressources et des compétences est le résultat d’un processus d’apprentissage intra-organisationnel par la pratique. Néanmoins, la culture nationale présente un frein au transfert des sources de l’avantage concurrentiel du donneur vers son sous traitant.


Abir Sakka- DRM-MOST
« La relation auditeur audité, cas de la pression et de l’intimidation »
Le 16 avril 2013, sous la direction de Bernard Colasse.

En savoir plus

Cette recherche contribue à la compréhension des interactions auditeur-audité, et plus particulièrement à la compréhension des conflits pouvant opposer ces deux acteurs. S’inscrivant dans une démarche interprétative, elle repose sur l’analyse d’entretiens menés auprès d’auditeurs (29), d’audités (20), de présidents de comités d’audit (3), ainsi que d’un ancien président de l’AMF (1). Un intérêt est porté aux dimensions cognitives et affectives du conflit et une taxinomie des conflits pouvant perturber la coopération auditeur-audité est intentée. La dimension comportementale du conflit (sa manifestation), abordée à travers les zones de sa survenance et des acteurs y impliqués, rend compte des proportions que peut prendre ce dernier, ainsi que de ses implications sur la conduite de la mission. S’agissant de dépasser le conflit, les auditeurs semblent privilégier sa résolution de façon non-coercitive. La recherche de consensus, au travers de la concertation et de la négociation, est pour eux le moyen d’équilibrer les cognitions dissonantes régissant leur environnement. Au-delà des aspects destructeurs connus du conflit, le conflit auditeur-audité peut revêtir des dimensions constructives, à condition de satisfaire à certains critères.


Mohamed Chelli- DRM-MOST
« Trois études sur la mesure de la performance des entreprises en  matière de développement durable : pouvoir disciplinaire et légitimation »
Le 6 mai 2013, sous la direction de Jacques Richard et Yves Gendron (Université Laval, Canada).

En savoir plus

L’objectif de cette thèse est d’étudier, sous un angle sociologique, la nouvelle pratique de mesure de la performance des entreprises en matière de développement durable. Cette pratique émergente constitue un espace social où s’articulent divers jeux de pouvoir, de confrontation et de résistance de nombre d’acteurs engagés dans le domaine du développement durable. Le premier article présume que l’analyse du discours, socialement construit et constitué, entourant les mesures produites et diffusées (souvent très médiatisées), joue un rôle fondamental dans la compréhension de ladite pratique. En particulier, le discours transmis par les organismes de mesure de la performance socio-environnementale des entreprises, aussi bien dans leurs sites web que dans leurs documents publics, se trouve à promouvoir une idéologie du chiffre qui sous-tend l’exercice d’un certain pouvoir de type disciplinaire sur les entreprises évaluées. En dépit de toutes les ambiguïtés et les incertitudes méthodologiques associées à la pratique de la mesure socio-environnementale, les organismes de mesure s’efforcent de développer et de transmettre un discours, relativement réducteur, pour légitimer leur revendication d’expertise en la matière. Le deuxième article de cette thèse fait état des stratégies de légitimation déployées par les organismes de mesure ainsi que leurs effets disciplinaires sur les entreprises évaluées et les parties prenantes. Il s’agit, dans les faits, du pouvoir disciplinaire et de normalisation de l’idéologie des chiffres qui peut induire certains effets d’autodiscipline dans le champ du développement durable en général. Une telle autodiscipline s’observe également dans le monde universitaire lorsque les gardes-frontières des organisations font pression sur les chercheurs à renoncer à la publication de leurs recherches. Prenant la forme d’une étude méthodologique, le troisième article de la thèse cherche à susciter une réflexion sur les entraves que peut poser le pouvoir des gardiens des organisations, notamment lorsque celui prend la forme de menaces de poursuites judiciaires, sur l’indépendance et la liberté des chercheurs et des universités auxquelles ils se rattachent.


Yulia Altukhova- DRM-MOST
« Comptabilité agricole et développement durable : étude comparative de la Russie et de la France »
Le 27 mai 2013, sous la direction de Jacques Richard.

En savoir plus

Cette thèse vise à répondre à la thèse de Gray (2010, p.48), selon laquelle il est rare, voire quasiment impossible de trouver des comptabilités environnementales notamment dans la perspective de la durabilité forte, c’est-à-dire d’un développement qui respecte les seuils physiques environnementaux caractérisant le niveau minimum du capital naturel à conserver. Elle montre que, contrairement à la vision pessimiste de Gray, on trouve dans le domaine agricole des exemples de comptabilité qui sont de véritables comptabilités environnementales répondant aux enjeux de la durabilité forte. Cette thèse montre aussi que l’agriculture est bien en avance par rapport aux autres secteurs de l’économie dans ce domaine de la comptabilité verte et de la responsabilité sociale. Elle s’appuie sur une étude des cas concrète au sein de la Bergerie Nationale de Rambouillet (France) avec une comparaison à celle d’une exploitation russe, la SA de type fermé « Selskie zori », et illustre ce que pourrait être une vraie pratique de comptabilité environnementale orientée vers une durabilité de type fort. Elle s’inscrit dans le prolongement de la recherche en comptabilité qui considère cette dernière comme une technique subjective dans le sens où elle est fonction d’un sujet qui a le pouvoir (Richard, 1980, 2012 ; Tinker et al., 1982 ; Cooper et Sherer, 1984 ; Tinker, 1984, 1985 ; Hopper et al., 1987 ; Cooper et al., 1989 ; Colasse, 1997, 2005, 2007 ; Christophe, 2000 ; Catchpowle et al., 2004 ; Antheaume et Christophe, 2005 ; Chiapello, 2012).


Imen Jedidi- DRM-MOST
« Contribution à la compréhension de l’expectation gap en audit »
Le 24 juin 2013, sous la direction de Bernard Colasse.

En savoir plus

L’écart entre ce que le public attend de la part de l’auditeur et ce que ce dernier pense réaliser est connu sous le vocable d’ « expectation gap ». Cette recherche a pour ambition de contribuer à la compréhension de ce phénomène. Nous appréhendons l’ « expectation gap » dans ses dimensions discursive et normative. Ceci nous conduit à poser les deux questions de recherche suivantes : - Comment et pourquoi le concept d’ « expectation gap » a-t-il émergé dans le discours de la profession d’audit ? - Quel est le rôle des normes d’audit dans la réduction de l’ « expectation gap » ? Notre démarche méthodologique, qui s’inscrit dans le contexte français, comporte trois phases : une étude documentaire longitudinale, une enquête fondée sur des entretiens et l’étude du cas de la norme NEP 705 « Jusific!timn des appréciations ». Elle permet de montrer que le concept d’ « expectation gap » a été introduit en France dans les années 1990 sous l’impulsion d’institutions européennes et internationales. L’ « expectation gap » est utilisé dans les discours comme une excuse permettant aux auditeurs d’échapper aux accusations du public et de conserver leur statut et leur position sur le marché. De surcroît, les normes d’audit en France non seulement ne permettent pas de réduire l’ « expectation gap », mais jouent au contraire un rôle légitimant.


Stéphane Nogatchewsky- DRM-MOST
« Inter-organisationnal interfaces management control: critical analysis of causes failures in the frame of buyer seller relationships wiyhin the aerospace industry »
Le 4 novembre 2013, sous la direction d’Anne Pezet.

En savoir plus

De posture épistémologique constructiviste pragmatique, et s’appuyant sur une méthodologie qualitative, cette recherche de type abductif porte sur le contrôle dans la gestion des interfaces inter-organisationnelles au sein du secteur aéronautique civil. A partir d’une observation participante et d’études de cas, il s’agit de soutenir que la réussite des relations inter-organisationnelles dans ce secteur passe par une stratégie et des outils de contrôle reposant sur la prise en compte de leviers critiques établis à partir de la littérature et du terrain, l’orchestration d’une architecture organisationnelle dynamique du contrôle et des mécanismes qui facilitent l’interpénétration des acteurs et le traitement efficace des dimensions informelles et subjectives propres aux relations inter-organisationnelles. En ce sens, l’étude présente les grandes lignes théoriques d’un mode de gouvernance inter-organisationnelle qui favorise cette interpénétration ainsi que des outils de contrôle à considérer, en particulier à l’égard des directions générales.


Vivien Blanchet- DRM-MOST
« Le commerce équitable à l’épreuve de la mode. Le rôle de la critique dans la formation des marchés »
Le 25 novembre 2013, sous la direction de Véronique Perret.

En savoir plus

Cette thèse étudie le rôle de la critique dans la construction sociale des marchés. Le commerce équitable, et plus précisément la mode éthique, sont analysés comme cas extrêmes d’incertitude morale pesant sur l’organisation des marchés. Au travers d’une analyse qualitative de données secondaires, d’observations, d’entretiens et d’objets, cette recherche suit les acteurs dans les controverses qui performent le marché de la mode éthique. Inspirée par la sociologie pragmatique, elle éclaire les cadrages, recadrages et débordements qui solidifient ou déstabilisent les compromis portant sur la valeur des biens et sur les règles de l’échange. À l’origine, le cadre du vêtement équitable valorise l’artisanat, les conditions de production et les principes du commerce équitable. Puis, au début des années 2000, l’émergence de marques spécialisées contribue à recadrer le vêtement équitable en article de mode éthique. Enfin, à partir de la fin des années 2000, des marques de mode conventionnelle suscitent des controverses en se lançant, à leur tour, dans la mode éthique. Plus précisément, cette thèse analyse le travail d’un professionnel chargé d’organiser le marché, l’Ethical Fashion Show, le salon de la mode éthique. Cette recherche vise trois contributions. D’abord, elle propose la notion d’entreprise de marché pour décrire l’activité consistant à faire tenir dans un même cadre le marché et la critique. Ensuite, elle éclaire la notion de performativité de l’économie en soulignant les multiples manières par lesquelles la critique ré-agence les marchés. Enfin, elle met en lumière les dimensions matérielles et spatiales de la construction sociale des marchés au travers de l’étude de dispositifs de qualification, de disqualification et d’emprise.


Johann Caillaud- DRM-MOST
« La standardisation des processus métier par les pratiques. Une voie alternative ouverte par une recherche-action »
Le 17 décembre 2013, sous la direction de Véronique Perret.

En savoir plus (copie 1)