Curriculum vitae
PDF

Depeyre Colette

Maître de conférences

colette.depeyreping@dauphinepong.fr
Tel : 01 44 05 42 11
Bureau : A101

Biographie

Colette Depeyre est Maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine et membre du laboratoire Dauphine Recherches en Management (UMR CNRS 7088). Ses recherches au sein de l'équipe MOST portent sur les processus d'adaptation des capacités des firmes et les dynamiques de marché associées, notamment dans le contexte de projets industriels complexes et dans le domaine du luxe. Elle coordonne pour Dauphine le projet de recherche « Cognition des Capacités Organisationnelles » soutenu par l’Idex ANR10-IDEX-0001-02-PSL★ (PSL Research University).

Publications

Articles

Vergne J-P., Depeyre C. (2016), How do Firms Adapt? A Fuzzy-Set Analysis of the Role of Cognition and Capabilities in U.S. Defense Firms' Responses to 9/11, Academy of Management Journal, 59, 5, p. 1653-1680

How do firms adapt? In recent years, this old question has attracted new answers--albeit partial ones. On the one hand, cognition researchers have emphasized managerial attention to environmental change as a key driver of adaptation. On the other hand, dynamic capabilities scholars have underscored the role of asset reconfigurations implemented amid shifting environments. However, the explanatory powers of the two perspectives have not yet been assessed comparatively. This mixed methods study uses fuzzy-set analyses of defense firms' responses to 9/11 to model the two perspectives as potentially competing or complementary, while our findings suggest that neither dynamic capabilities nor superior cognition must be present for firms to adapt. Instead, we identify four types of adapters (anticipative, responsive, opportunistic, and decisive), as well as the possibility of strategic non-adaptation. These results lead us to reassess the cognition and capabilities literatures and to outline a new, integrative framework to explain adaptation.

Depeyre C. (2015), Salvatore Ferragamo, Le Libellio d'Aegis, 11, 4, p. 11-18

Un palais, sa porte, un livre et une étude de cas m'amènent à écrire ces quelques pages sur l'histoire de Salvatore Ferragamo.

Depeyre C. (2013), "Boeing Boeing": the civil-military balance, source of a strategic bounce in the post cold war era, Entreprises et histoire, 73, p. 58-74

Avec la fin de la Guerre froide, les intégrateurs de systèmes de défense américains se sont recentrés sur leur coeur d'activité, militaire ou gouvernemental. Boeing a été le seul intégrateur à conserver une activité duale civile-militaire et même à jouer de cette dualité. L'article saisit la question de la dualité pour observer l'évolution de la capacité de l'entreprise, au travers des liens qui ont été tissés et tentés entre ses différentes activités depuis la fin de la Guerre Froide. Après une analepse qui revient sur les arbitrages entre activités civiles et militaires avant les années 1990, l'article étudie les principales décisions et discours stratégiques qui ont jalonné l'histoire de la firme depuis. Le 777, la fusion avec McDonnell Douglas, le développement de services fondés sur l'espace et l'obtention de contrats militaires innovants pour des systèmes centrés sur des réseaux en sont les temps forts. Boeing a pensé et repensé sa capacité en jouant sur les relations entre activités civiles et militaires de plusieurs manières, soulignant à la fois leur dissemblance en matière de cycles mais aussi leur similitude en termes technologiques et surtout en termes d'intégration de grands systèmes.

With the end of the Cold War, U.S. defence systems integrators have refocused on the core of their business, military or governmental. Boeing has been the only integrator that has maintained a dual civil-military business and that has even managed to build on this duality. The article uses the question of duality to observe the evolution of the firm's capability, through the links that have been woven and tested between the different activities since the end of the Cold War. After an analepsis that examines the arbitrage between civil and military activities before the 1990s, the article studies the strategic decisions and discourses that have since punctuated the history of the firm. The main developments are related to the 777, the merger with McDonnell Douglas, the development of space-based services and innovative military contracts for network-centric systems. Boeing has considered and reconsidered what its capability is by exploiting on the links between civil and military activities in several ways. It has benefited both from the lack of synchronicity of the two business cycles and from the similarity of the technologies and large systems integration used in each.

Depeyre C., Dumez H. (2009), A management perspective on market dynamics: Stabilizing and destabilizing strategies in the US defense industry, European Management Journal, 27, 2, p. 90-99

Markets are at the same time stable and open. Economists and sociologists explain this double nature by factors of stability and factors of uncertainty. The paper adopts a management science perspective, focusing on strategic actions and reactions and using a sequential analysis. Relying on a case study of the US defense industry, it shows that a distinction has to be made between change strategies ("stabilizing" and "destabilizing" strategies) and strategies aiming at managing the risk created by these change strategies ("maintaining the stability" and "maintaining the openness" strategies). To understand market processes, the paper also shows it is important to take into account the strategies developed by three kinds of players: the customer(s), the suppliers and the regulators (antitrust authorities).

Chapitres d'ouvrage

Depeyre C., Seraidarian F. (2015), Un luxe que la France ne peut plus se permettre ?, in Perret V. (dir.), L'état des entreprises 2015, Paris, La Découverte, p. 25-34

Depeyre C., Dumez H. (2014), Dimension économique, in Tannery F., Denis J-P., Hafsi T., Martinet A. (dir.), Encyclopédie de la stratégie, Paris?, Vuibert, p. 315-326

Depeyre C., Jacquet D. (2011), Valorisation financière des stratégies : le problème ducredibility gap, in Pezet A. (dir.), L'état des entreprises 2012, Paris, La Découverte, p. 51-62

Comment le marché valorise-t-il les perspectives stratégiques d'une entreprise ?Le rôle des gatekeepersLe credibility gap en actionCap Gemini - Danone - Coca-ColaQuelle gestion face aux situations de credibility gap ?

Depeyre C., Dumez H. (2010), The role of architectural players in coopetition: the case of the US defense industry, in Yami S. (eds), Coopetition : Winning strategies for the 21st century, Cheltenham, Edward Elgar, p. 264

In recent years, papers on coopetition have flourished. Some theoretical issues, however, remain unexplored. In the first section of the chapter, we shall present the theoretical issues in a more developed manner. In the second part, we shall give details of our methodological choices. Then, we shall analyze three sequences of coopetition in the studied industry and highlight the theoretical issues in the conclusion.

Depeyre C., Dumez H. (2010), Qu'est-ce qu'un marché ? Un exercice wittgensteinien, in Hatchuel A. (dir.), L'activité marchande sans le marché ? Colloque de Cerisy, Mines-ParisTech, p. 385

Dans ce présent texte, nous voudrions reprendre la question "qu'est-ce qu'un marché ?" à partir de la méthode développée par Wittgenstein dans sa seconde philosophie. Les exercices d'application de cette méthode sont rares. L'exercice s'articulera autour de trois points : - la réponse à la question "qu'est-ce qu'un marché ?" n'est pas la définition du concept de marché; on ne peut pas définir un tel concept. - La signification de la notion de marché est donnée par les jeux de langage multiples. - On peut raisonner sur les familles de marché, unis par des "air de famille".

Depeyre C., Dumez H. (2010), Typologie de la coopétition, in Yami S., Le Roy F. (dir.), Stratégies de coopétition, Bruxelles, De Boeck, p. 71-79

Communications

Blanc A., Dalmasso C., Depeyre C., Garcias F., Peton H. (2016), Contributions des méthodes lexicographiques à l'analyse de la construction sociale de l'innovation. Le cas des discours de la presse sur l'EPR, Atelier méthodologie de l'AIMS : la quantification des données qualitatives, Boulogne-Billancourt, FRANCE

Dans cet article, nous nous intéressons à la façon dont est construit socialement, notamment par le prisme de la presse, le caractère innovant (ou non) d'un objet technique particulier : les réacteurs de type EPR (European Pressurized Reactor), labellisés par les acteurs de l'industrie nucléaire depuis le début des années 2000 comme de « 3ème génération ». Nous enquêtons sur cette question en développant une approche lexicométrique à partir d'un corpus de plus de 6 000 articles. Nous proposons une contribution théorique sur la construction sociale de l'innovation et une contribution méthodologique sur les apports d'une méthode lexicométrique.

Garcias F., Dalmasso C., Depeyre C. (2015), « Can't remember what I forgot » : connaissance des capacités en situation d'oubli organisationnel, XXIVème conférence annuelle de l'Association Internationale de Management Stratégique - AIMS 2015, Paris, France

La littérature en management stratégique a identifié les raisons pour lesquelles il était difficile, pour les organisations, de connaître leurs propres capacités, du fait de difficultés d'observation, de l'ambiguïté du lien à la performance, ou encore de biais cognitifs. C'est pourquoi se développe aujourd'hui un champ de recherches spécifiquement dédiées à l'étude des connaissances sur les capacités organisationnelles. Si, pour certains, cette méconnaissance des capacités peut constituer un avantage supplémentaire dans le cas de firmes en position d'avantage concurrentiel, en érigeant une barrière à l'imitation, il ne peut en aller de même pour des firmes en difficulté. En particulier, dans le cas de firmes qui seraient confrontées à l'« oubli organisationnel », phénomène qui correspond à une situation de sous-performance provoquée par une perte de capacités, pouvant être liée à une interruption d'activité, de hauts niveaux de turnover ou de départs en retraite, ou des défaillances des dispositifs de gestion des connaissances. La littérature sur l'oubli organisationnel, essentiellement statistique, ne fournit cependant pas de clés permettant une appréhension stratégique et actionnable des pertes de capacités. Cet article propose de croiser la perspective des champs de recherche sur la connaissance des capacités et sur l'oubli organisationnel, autour des deux questions suivantes : quels liens entretiennent l'oubli organisationnel et l'ambiguïté causale ? Qu'est-ce qui facilite ou empêche la constitution, par les acteurs, de connaissances sur les capacités perdues ou altérées d'une organisation ? À travers l'étude du cas « extrême » d'une organisation issue du domaine de l'ingénierie de grands projets industriels et soumise à des facteurs « objectifs » d'oubli organisationnel ainsi qu'à des difficultés opérationnelles, nous montrons qu'une situation d'oubli organisationnel tend à renforcer l'ambiguïté causale. Nous analysons les contradictions entre acteurs de l'organisation dans la perception de cette situation, et nous montrons que plusieurs obstacles cognitifs compliquent son appréhension : l'ambivalence des signaux sur la performance, le caractère éclaté et contradictoire de la référence aux capacités passées, et l'enchevêtrement de déficits de capacités d'origines diverses. Nous discutons ensuite la portée de ces résultats pour le champ du management stratégique, en soulignant l'enjeu d'une plus grande prise en compte des dynamiques internes aux capacités organisationnelles et des risques qu'elles impliquent.

Blanchet V., Depeyre C. (2014), Exploring Market Uncertainty: Some Methodological Challenges, SASE 26th Annual Conference - The Institutional Foundations of Capitalism, Chicago, UNITED STATES

"Fundamental assumptions about the business need to be changed. (...) People were so busy working on the nuts and bolts of the reorganization, we failed to step back and assess how the world was changing around us." (Raytheon's CEO, 1999) This is one of many quotes that translate the doubts that can arise and be formulated when market dynamics are controverted, when markets become riddled with ambiguities and transform into "hot situations" (Callon, 1998). The paper aims to discuss the methodological challenges raised by the observation and analysis of such uncertain situations. It starts with three assumptions on the nature of markets. 1° Markets are sociotechnical agencements of theories, practices, and devices. 2° Markets are performed by the relations between these three entities. 3° Markets are an ongoing and uncertain process of framing and overflowing of these relations. Such assumptions are in line with Actor-Network Theory but differ from classical studies on markets. First, we extend the ontology of markets participants both to human and non-human beings (Callon, 1986). Second, while some works focus on the stability of markets shaped by power structures (Fligstein, 2002) or technical determinism (David, 1985), we put the stress on the doubts of market actors and the intertwining of the language-games that they generate (Depeyre & Dumez, 2008). Third, while some approaches consider an already existing state of the world, we explore the market in the making (Callon, 1998). In line with this framework, the paper articulates four methodological propositions: P1. Studying controversies. They are critical moments during which people make sense of a situation by confronting their interests, their beliefs, or their values, and, by doing so, are elaborating social facts (Latour, 1988). This principle aims at capturing the performative dimension of markets (MacKenzie et al. 2007). P2. Following the actors. As controversies develop, actors exchange arguments, use material devices and deploy strategies. They carry out a triple inventory of the market (Callon et al., 2009): they define the interests, the identity, and the role of market's participants; they connect problems under discussion and other problems with which some committed groups strive to establish links; they explore some unexpected solutions. This principle aims at respecting the uncertainty of markets. P3. Adopting methodological pluralism. Who wants to follow the actors needs to be mobile. It leads researchers to use various sources and types of data. This principle aims at capturing the heterogeneous relations linking theories, practices, and market devices. P4. Narrating the market. The inquiry produces a narrative that 1° highlights theories, practices, and market devices, 2° reveals the doubts that are raised, and 3° identifies the turning points (Abbott, 2001) shaping the market process. This principle aims at respecting the complexity of the market process. We thus propose to study controversies not as isolated moments, but as narrative events that make markets. Each proposition is discussed and illustrated with examples from a case study about the US defense industry (a context where market participants have faced

Depeyre C., Vergne J-P. (2013), Unpacking dynamic capability deployment: A longitudinal case study of 5 US defense firms facing 9/11,, UNITED STATES

The dynamic capability view (DCV) addresses how firms renew their competences to respond to shifting environmental conditions. However, this view continues to suffer from theoretical and methodological limitations that constrain empirical investigation. This paper argues that whether a firm possesses a dynamic capability cannot be observed directly and instead suggests observing when a firm uses or deploys a dynamic capability (DC). Using a longitudinal, multiple-case study, we examine how U.S. defense systems integrators responded to an environmental shift that crystallized around 9/11. By investigating DC deployment, we capture and measure four constructs (monitoring, conjecturing, articulating and implementing) at a meso-level of analysis. Our analysis leads to new theory regarding DC as a deployment process and provides methodological insights for future DCV research.

Depeyre C. (2012), Sequences of competitive discourses and actions and market process in highly ambiguous environments, 28th EGOS Colloquium : Design?, Helsinki, Finlande

Depeyre C., Vergne J-P. (2012), Unpacking dynamic capability deployment: U.S. defense systems integrators' response to 9/11, Academy Of Management 2012 annual meeting : The informal economy, Boston, États-Unis

Le papier vise à développer une contribution à la fois théorique et méthodologique au sein du courant des capacités dynamiques, qui s'intéresse à la façon dont les entreprises modifient leurs ressources et capacités opérationnelles pour répondre à des changements dans leur environnement. Les recherches comportent aujourd'hui un ensemble de propositions clefs mais buttent régulièrement sur d'importants problèmes : la réalisation d'études empiriques approfondies, l'exploration non seulement du contenu mais également des processus à l'oeuvre, la nécessité de distinguer entre différents types de changement. Prêtant attention à ces limites, nous proposons d'explorer le déploiement de capacités dynamiques au travers de trois briques : la reconnaissance que l'environnement a changé (détecter et apprécier), la décision de déployer une capacité dynamique (analyser et décider) et la réorchestration effective d'actifs de l'entreprise (mettre en oeuvre). Pour ce faire, nous présentons une étude de cas longitudinale et enchâssée des principaux intégrateurs de systèmes de défense américains entre 1998 et 2007, étudiant la façon dont ils ont chacun répondu aux événements du 11 septembre. Des séries de données relatives aux discours et à l'orchestration d'actifs interne et externe de cinq entreprises (Boeing, General Dynamics, Lockheed Martin, Northrop Grumman and Raytheon) ont été collectées et organisées. Des outils de mesure sont proposés afin d'analyser, dans le temps et de manière comparative entre les firmes, l'attention des dirigeants aux changements de l'environnement, les changements décidés au niveau de la firme et la façon dont ces changements sont mis en oeuvre à différents niveaux.

Depeyre C., Vergne J-P. (2012), Explorer le déploiement de capacités dynamiques : le cas de cinq firmes de défense américaines face aux événements du 11 septembre, XXIe conférence de l'AIMS, Lille, FRANCE

Le papier vise à développer une contribution à la fois théorique et méthodologique au sein du courant des capacités dynamiques, qui s'intéresse à la façon dont les entreprises modifient leurs ressources et capacités opérationnelles pour répondre à des changements dans leur environnement. Les recherches comportent aujourd'hui un ensemble de propositions clefs mais buttent régulièrement sur d'importants problèmes : la réalisation d'études empiriques approfondies, l'exploration non seulement du contenu mais également des processus à l'oeuvre, la nécessité de distinguer entre différents types de changement. Prêtant attention à ces limites, nous proposons d'explorer le déploiement de capacités dynamiques au travers de trois briques : la reconnaissance que l'environnement a changé (détecter et apprécier), la décision de déployer une capacité dynamique (analyser et décider) et la réorchestration effective d'actifs de l'entreprise (mettre en oeuvre). Pour ce faire, nous présentons une étude de cas longitudinale et enchâssée des principaux intégrateurs de systèmes de défense américains entre 1998 et 2007, étudiant la façon dont ils ont chacun répondu aux événements du 11 septembre. Des séries de données relatives aux discours et à l'orchestration d'actifs interne et externe de cinq entreprises (Boeing, General Dynamics, Lockheed Martin, Northrop Grumman and Raytheon) ont été collectées et organisées. Des outils de mesure sont proposés afin d'analyser, dans le temps et de manière comparative entre les firmes, l'attention des dirigeants aux changements de l'environnement, les changements décidés au niveau de la firme et la façon dont ces changements sont mis en oeuvre à différents niveaux.

Depeyre C., Vergne J-P. (2012), Dynamic Capability Deployment among U.S. Defense Systems Integrators as a Response to Environmental Change, 32nd Strategic Management Society Annual Conference, Prague, CZECH REPUBLIC

We conduct a longitudinal case study of the top five U.S. defensesystems integrators between 1998 and 2007 to examine their responseto the massive environmental change triggered by the 9/11 attacks. Wecollected and organized data around a set of fine-grained measuresto analyze, over time and across firms, top management attention tochange in the environment, discourse about firm-level change as wellas how firms actually renew their assets at multiple levels. We find thatthe process of dynamic capability (DC) deployment unfolds in three steps,from the recognition that the environment has changed (monitoringand sensing), to the decision to deploy DC (analyzing and deciding)and to the implementation of asset re-orchestration (implementing).Methodological, theoretical and practical implications are discussed.

Depeyre C. (2011), Processes and industry turning points. Critical phases at the actors' and market's levels, 27th EGOS Colloquium, Gothenburg, Suède

The paper dives into the controversies that make markets, exploring the processes at play behind the renewal of competitive landscape. The analysis of such processes is complex for several reasons: because they happen in environments riddled with ambiguities, because they involve temporal dynamics and because discourses and actions are not always coherent with each other. To explore the period of doubts that can shake markets, a typology of critical phases is proposed to see how processes entangle at two levels: the one of actors (firms, customers, ranking institutions, legislators) and the one of markets (where actors interact). The paper makes use of two major controversies that have shaken the US defense industry since the end of the Cold War to discuss selected aspects of the processes suggested by the typology, in particular the interplay between the different critical phases.

Autres publications

Depeyre, C., (2015), Salvatore Ferragamo, Le Libellio, vol. 11, n°4, pp. 11-18

Depeyre, C.,  Comment l’industrie américaine de l’armement a-t-elle géré l’après 11 septembre ?, Dauphine Recherches, Spécial Gestion, Juillet 2016

Retour à la liste