Thèses en cours

Paul ANDRIOT

Sous la direction de Fabrice Larceneux et Arnaud Simon

La qualité perçue des actifs immobiliers dans un contexte métropolitain

Résumé:
Les marchés immobiliers ne sont pas efficients d’un point de vue économique car ils souffrent d’asymétries d’informations. La complexité et la rareté des informations disponibles conduisent les acteurs à fonder leurs évaluations sur des informations parcellaires, sources de biais dans leurs analyses de la qualité des actifs. Par exemple, les immeubles de bureau présentent de très nombreuses caractéristiques techniques nécessitant une quantité d’information importante pour répondre à de nombreux besoins, ce qui le rends complexes à analyser. Pour les professionnels, experts et les praticiens de l’immobilier, la valeur marchande représente aujourd’hui la meilleure évaluation du prix de l’immeuble. La valeur estimée correspond à un ensemble d’évaluations individuelles. Dans cette perspective, appréhender un actif immobilier suppose que l’on considère le bien selon au moins deux composantes : sa situation géographique (la localisation) et le bâtiment (structure et aménagement interne). La situation géographique de l’immeuble est multiple, et se décompose en plusieurs échelles de localisation : la métropole, la situation de l’actif dans l’espace et la qualité de l’espace immédiat. Ces perspectives nous proposent de nous interroger sur le choix de la localisation dans un contexte métropolitain. Pour cela nous mobiliserons les théories de la centralité qui ont pour ambition d’expliquer la morphologie d’un espace urbain à partir d’un contexte social, économique et par la distribution des réseaux de communication de la ville.Ainsi, dans ce marché, où l’information circule mal ou peu il apparait nécessaire de construire un indicateur de qualité en lien avec les caractéristiques des investissements c’est pourquoi notre travail tant à appliquer une approche transversale à la fois analytique afin d’identifier les caractéristiques intrinsèques nécessaires à la construction de la valeur d’un immeuble et une approche globale afin de révéler un niveau de qualité globale synthétisant la valeur dans un indicateur propre. L’objectif que nous poursuivons a pour vocation d’objectiver les estimations de la valeur vénale d’un actif immobilier.

DRM-ERMES


Nathan BEN KEMOUN

Sous la direction de Valérie Guillard

Défaire, assimiler, transparaître : synthèses corporelles affleurantes et subjectivations par le milieu dans les expériences de dépossession matérielle

Résumé:
De nombreux travaux en Consumer Research ont généré des connaissances profondes au sujet des dynamiques de dépossession matérielle. Néanmoins, quelque chose manque selon nous. Nous ne comprenons pas le rôle que joue le corps dans ces trajectoires de vie. Pour remédier à cette absence, nous avons tenté d’aborder les expériences de dépossession matérielle depuis la perspective de la synthèse corporelle (corps + artefacts) et des dynamiques d'incorporation des artefacts à la conduite motrice. À ces fins, nous avons choisi d’explorer les pratiques volontaires, soudaines et radicales de dépossession matérielle (à visée de déconsommation) qui nous offrent un contexte fécond et pertinent pour observer la prégnance du corps dans l’élaboration matérielle, gestuelle et sensuelle de la subjectivité. Cet angle nous a permis de poser un nouvel éclairage sur les dimensions déjà identifiées - politique, identitaire, hédoniste - qui structurent et organisent la réduction de la consommation au quotidien. Notre travail s’adosse à une enquête ethnographique- sensorielle : l’analyse approfondie de vingt récits de vie fait ressortir la manière dont les pratiques soudaines et radicales de dépossession matérielle ont autant valeur de somatisation envers une culture matérielle mal ou non-incorporée (dans un environnement urbain caractérisé par l’accélération, l’abnégation, voire l’auto-réification des sujets) que valeur de convalescence, graduelle et incertaine, à travers laquelle un milieu, un corps et une subjectivité transparaissent peu à peu, tissés de rythmes, de désirs et de motricités nouvelles.

DRM-ERMES


Mustapha BOURICHE

Sous la direction de Denis Guiot

Impact du processus d’acculturation sur la consommation des franco-algériens de France.

Résumé:
L’acculturation est un phénomène qui impacte la construction identitaire des individus. Le Ce travail de thèse vise à explorer et comprendre l’impact de l’acculturation sur les choix de consommation de la minorité franco- algérienne afin d’en révéler les motivations.phénomène acculturatif génère également des conséquences sur le plan de la consommation. Partant de ce postulat, nous pensons que la bivalence culturelle peut conduire les franco-algériens à mobiliser certaines ressources sur le marché afin d’exprimer certaines facettes de leur identité mouvante. Pour mener à bien notre travail, nous nous inscrivons dans une démarche compréhensive de type qualitative. Poursuivant certains travaux issus de la CCT nous voulons montrer qu’il existe des relations singulières entre acculturation, attitudes et consommation culturelle

DRM-ERMES


Paul-Mathieu CAITUCOLI

Sous la direction de Valérie Guillard et Fabrice Larceneux

Résider et se représenter la ruralité : quel impact sur l’attractivité territoriale ?

Résumé:
Dans son dernier ouvrage « Nos villages », l’historien Jean-Pierre Rioux (2019) dépeint une ruralité ayant façonné les imaginaires et dont nous portons tous un fragment. Cette histoire, aussi bien intime que collective a tout l’air d’une passion, du moins d’une animation française. Et pour cause, ces territoires irriguent des représentations multiples et parfois contradictoires. D’un sentiment d’abandon, d’appartenance à une « France périphérique » (Guilluy, 2014), ou à la « diagonale du vide » (Depraz, 2018) jusqu’à une ruralité idyllique (Rye, 2011) vantant les vertus du repos, d’un environnement préservé et d’une alimentation saine, le monde rural suscite des discours contrastés. En parallèle, les récentes dynamiques démographiques, alliées à de nouvelles bases économiques attractives cohabitent avec des situations d’enclavement et de handicaps structurels en termes d’infrastructures ou de conditions de mobilité (Depraz, 2016). Dans ce contexte, malgré la prédominance des métropoles dans la compétition territoriale,certains territoires ruraux (la Lozère par exemple) se sont lancés dans des démarches de marketing territorial qui ont l'attractivité pour principal horizon (Meyronin, 2015). Notre recherche souhaite donc analyser l’attractivité territoriale au prisme des relations qu'entretiennent les résidents avec leur territoire. Cette perspective s’avère d’autant plus pertinente pour étudier les territoires ruraux dans la mesure où, sans évacuer l’attraction de ressources extérieures, le principal défi s’inscrit dans la mobilisation des ressources internes (Alaux et al., 2015 ; Georges, 2017). Notons également que les modèles d’attractivité sont souvent le fruit d’experts, essentiellement à destination des classes créatives (Florida, 2002), et ne tiennent donc que très peu compte de la diversité des attentes de l’ensemble des acteurs du territoire (Houillier-Guibert, 2019). L’originalité de cette recherche serait donc d’appréhender l’attractivité territoriale au niveau individuel, à partir des représentations que les résidents ruraux se font de leur territoire. Dans ce cadre, notre objectif est de comprendre comment les représentations des résidents de la ruralité influencent l’attractivité de ces territoires ?

DRM-ERMES


Edith DE LAMBALLERIE

Sous la direction de Valerie Guillard

Comprendre la valeur perçue des matières pour les consommateurs et les consommatrices : le cas des matières textiles recyclées

Résumé:
Selon l’Agence de la transition écologique, plus de 100 milliards de vêtements sont aujourd’hui vendus chaque année dans le monde et la production de l’industrie de la mode a doublé entre 2000 et 2014. Sont aussi consommés en moyenne 60% de vêtements de plus qu’il y a 15 ans (ADEME, 2019). Cet emballement de la production et de la consommation est problématique à plusieurs niveaux, notamment pour les industriels qui doivent gérer des stocks de vêtements qui ne trouvent pas d’acheteurs, et pour les consommateurs et les consommatrices qui ont dans leurs armoires quantités de vêtements les envahissant et dont ils ne savent plus que faire. Trois solutions en « R » sont alors envisageables : réutiliser (en donnant une nouvelle utilité au vêtement par le don, l’échange, la revente), réparer et recycler. C’est à cette troisième solution, à sa compréhension et son évaluation par les consommateurs que nous souhaitons nous intéresser dans nos recherches. De fait, si le recyclage des textiles est de plus en plus mis en avant dans le débat public, notamment en France avec la Loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire et que la solution peut paraître séduisante car déculpabilisante (Sun, Trudel, 2016) elle est loin d’être idéale. De fait en l’état des choses, c’est-à-dire au vu de la surproduction de l’industrie de la mode et du fait des limites technologiques, le recyclage des textiles ne saurait être la solution aux problèmes de surproduction et de surconsommation de l'industrie de la mode. Cela est notamment dû au fait que la très grande majorité des textiles récupérés sont aujourd’hui down-cyclés (c’est à dire recyclés pour des applications de moindre qualité, seul 1% sont recyclés en vêtements (MacArthur, 2017) et qu’ils ne sont pas conçus de manière à faciliter le recyclage ce qui renforce encore le down- cycling (Fletcher, 2012). Ensuite cela est aussi dû au fait que le recyclage des vêtements bénéficie dans l’espace public d’une valence positive et que c’est un processus technologique que les consommateurs et les consommatrices peuvent avoir tendance à idéaliser (Berligen, 2020). Au-delà de l’appréciation du processus de recyclage, peu de travaux en marketing se sont consacrés à la compréhension et à l’évaluation que les consommateurs ont des matières textiles recyclées (Achabou, Dekhili, 2013). C’est ce à quoi nous consacrons nos recherches sous la direction de Valérie Guillard avec pour cette seconde année de thèse des entretiens exploratoires pour dégager les dimensions de la valeur perçue desdites matières pour les consommateurs et les consommatrices, et une revue de la littérature approfondie sur la valeur en marketing.

DRM-ERMES


Jessica GABRIEL

Sous la direction de Pierre Volle

La data pour aider à la prise de décision dans le marketing des ventes complexes.

Résumé:
Ces dernières années, le tunnel de conversion dans le marketing business- to-business se complexifie : la durée de ce processus se serait allongée puisque le comportement des acheteurs a évolué. Désormais, ces potentiels clients s’informent sur Internet et ont accès à un nombre considérable de ressources qui peuvent influer leur prise de décision préalablement à une prise de contact avec les équipes commerciales. La présence digitale des entreprises est donc un facteur majeur pour la génération de leads. Pour cela, des contenus qualitatifs, de formes diverses (vidéo, infographies, livres blancs, etc…) et supposés répondre aux attentes des prospects doivent être créés et mis à disposition sur différents canaux digitaux. Chaque contact de l’entreprise avec un prospect sera donc déterminant pour faire avancer ce dernier dans le tunnel de conversion. Un enjeu majeur pour les équipes marketing et commerciales sera donc de définir d’une part les prospects prioritaires pour l’entreprise et d’autre part d'interagir avec ses derniers par le biais de communications qualitatives. Il leur faudra pour cela déterminer la combinaison de formats, contenus, et canaux digitaux optimaux à utiliser à chaque interaction afin de répondre aux attentes de ces prospects pour les inciter à entrer en contact avec l’entreprise et, in fine, devenir clients de celle-ci. Cette thèse aura pour objectif la mise en place d’une solution permettant d’accompagner les équipes marketing et commerciales pour les aider à la prise de décision dans le marketing business-to-business ou B2B. Cette solution sera basée sur des algorithmes de machine learning dont le but est l’analyse du parcours de l’acheteur B2B afin de déterminer quels prospects ou leads traiter en priorité, mais aussi quelles communications (format, contenu, canal digital) réaliser à l’égard de ces derniers afin de maximiser leur probabilité de conversion.

DRM-ERMES


Mayliss GRISON

Sous la direction de Valerie Guillard

La mesure de la sobriété matérielle

Résumé:
Dans le contexte sanitaire que nous venons de traverser, de nombreux français ont été contraints d’expérimenter une sobriété forcée : assignés à domicile, les magasins fermés, seul le recours à l’ecommerce subsistait. Et pourtant, malgré ce recours numérique, l’INSEE rapporte une baisse drastique des ménages dans leur consommation de biens matériels : -17.9% uniquement sur le mois de mars, et le commerce en ligne s’effondre également de 20% dès le lendemain du confinement. Perçu comme un « tournant dans la manière dont ils vivent leur quotidien » par 43% des français, le confinement, et la sobriété qu’il a induite sont toujours sur le devant de la scène dans les débats sur la « relance verte » et l’appel à changer de paradigme économique. Ce document a pour but de vous présenter l’intérêt de mon projet de recherche, dont l’objectif est de développer un outil de mesure de la sobriété de la consommation des individus. La sobriété individuelle oeuvre dans plusieurs champs, pour l’instant étudiés séparément : l’énergie, le matériel, le numérique, pour ne citer que les principaux. Toutefois, ni une mesure n’a été développée pour chacun de ces éléments, ni la sobriété ne bénéficie-t-elle d’une mesure générale applicable au comportement du consommateur dans toutes ces sphères de consommation. Cette thèse a pour objectif de développer cette mesure, dans la prolongation des travaux de Valérie Guillard & Nathan Ben Kemoun (2019) et Craig & Lees (2002).

DRM-ERMES


Marie KEREKES

Sous la direction de Denis Guiot et Emmanuelle Le Nagard

Le rapport des individus aux robots sociaux et son impact sur le processus d’acceptation

Résumé:
L’avènement de la robotique est considéré comme pouvant être « la prochaine grande révolution industrielle comparable à l’Internet » : le marché de la robotique de service est estimé à 100 milliards d’euros en 2020 d’après la Commission européenne, soit un marché multiplié par 30 en 10 ans (CERNA, 2017). Les chiffres portant spécifiquement sur les robots sociaux sont toutefois rares : il est encore difficile de cerner ce nouveau marché, qui pourrait pourtant être prometteur, et qui nous intéresse ici pour notre thèse. Un robot est défini comme étant une machine à l’aspect humain dans les œuvres de science-fiction, ou bien un appareil automatique capable de manipuler des objets ou d’exécuter des opérations selon un programme fixe, modifiable ou adaptable (Larousse, 2019). Les robots sociaux, pour leur part, n’ont pas de définition unique et consensuelle. Ils peuvent être considérés comme des robots autonomes ou semi-autonomes qui interagissent et communiquent avec des êtres humains en respectant certaines normes comportementales attendues socialement (Bartneck et alii, 2004). A partir d’un cadre conceptuel intégrateur fondé sur le paradigme CASA (Computers Are Social Actors) (Nass et Moon, 2000) et sur la théorie de la domestication (Silverstone et Haddon, 1994), nous étudions, avec une démarche qualitative à teneur ethnographique, le rapport des individus au robot social, ses dimensions et ses conséquences sur le processus d’acceptation.

DRM-ERMES


Omid MOGHADAS

Sous la direction de Denis Guiot

Solitude des personnes âgées en perte d’autonomie : quelles stratégies de coping et quels apports des TIC ?

Résumé:
56 % des Français souffrent d’une forme de solitude (Les Petits frères des pauvres & CSA, 2017), or la solitude a de graves conséquences sur la santé, la cognition, les émotions et la qualité de vie des personnes âgées (Chou et Chi, 2005). La solitude est ainsi considérée comme un enjeu de santé publique majeur. En identifiant des solutions potentielles à la solitude, nous souhaitons positionner ce travail de recherche dans le courant de «Transformative Consumer Research» (TCR). Ce travail de thèse s'articule autour de 3 méthodologies : tout d'abord une étude exploratoire identifiant les stratégies de coping face à la solitude utilisées par les personnes âgées françaises, cette étude sera triangulée avec les stratégies identifiées par les aidants (auxiliaire de vie professionnel des personnes âgées). Dans un deuxième temps, nous mettrons en place des groupes de cocréation avec des personnes âgées afin d'identifier d'adapter ces stratégies à des solutions TIC tels que les assistants conversationnels (Alexa, Google Home, etc.), et nous réaliserons enfin une quasi-expérimentation des solutions sélectionnées sur le lieu de vie des personnes âgées.

DRM-ERMES


Yousra OURZIK

Sous la direction de Pierre Volle

Effets des données massives sur les pratiques de connaissance client : une analyse par le prisme des données non structurées

Résumé:
L’impact des données massives (i.e., big data) et de l’intelligence artificielle sur le marketing est au cœur des interrogations des praticiens et des chercheurs. Des méthodes de traitement nouvelles apparaissent depuis quelques années, notamment liées aux avis déposés par les clients sur les plateformes digitales. Durant les vingt dernières années, la littérature a exploré les opportunités que représente l’exploitation des bases de données volumineuses sur la connaissance du marché. Cependant, les données non structurées qui ne peuvent pas être représentées dans des bases relationnelles et transactionnelles ont échappé à cet intérêt grandissant du fait de la complexité de leur traitement. La présente recherche s’appuie sur les théories des ressources et de la connaissance (i.e., knowledge-based view) pour examiner la contribution des données non structurées à la construction de la connaissance client.

DRM-ERMES


Jérôme PICAULT

Sous la direction de Arnaud SIMON et Fabrice Larceneux

Etude des déterminants des accords de financements en immobilier d’entreprise : qualité perçue, risques perçus, réputation et implications urbanistiques

Résumé:
Bien qu’étant inclus dans le portefeuille des investisseurs institutionnels au côté d’autres classes d’actifs comme les actions ou les obligations, l’immobilier commercial possède plusieurs caractéristiques propres qui le rendent difficile à appréhender. Il est notamment très illiquide et très hétérogène, ce qui se traduit par un différentiel élevé en termes de qualité entre les actifs. Lorsqu’un investisseur souhaite faire l’acquisition d’un immeuble de bureaux, il peut recourir à divers véhicules de financement qui comportent un certain nombre de règles et de clauses à respecter (ex : covenants, taux d’intérêts, etc.). L’objectif de cette thèse est d’étudier les déterminants de ces accords de financement en modélisant la décision d’accès au crédit. Pour expliquer cet accès au crédit, le rôle de plusieurs variables mérite une attention particulière, notamment le rôle du risque de crédit perçus et la qualité perçue des biens sous- jacents. Pour répondre à cette question, nous mobiliserons dans un premier temps l’analyse conjointe et la théorie du choix discret. Dans un second temps, une méthodologie adaptée aux questions financières sera considérée. L’analyse peut se décliner au niveau micro-économique où il s’agira d’étudier la relation entre le prêteur et l’emprunteur, au niveau métropolitain où il s’agira d’étudier les effets urbanistiques des accords de financement immobiliers et au niveau macroéconomique où des enjeux de stabilité financière seront évoqués.

DRM-ERMES


Sébastien SANTOS

Sous la direction de Denis Darpy

L’éveil au luxe des nouveaux fortunés, ou comment les grandes fortunes des pays émergents bousculent-elles le luxe ?"

Résumé:
Étude des mécanismes de distinction, d’achat et de consommation de produits de luxe par les ultra-riches des pays émergents, au travers d’approches sociologiques et managériales. Le concept d’acculturation sera utilisé pour tenter d’expliquer et de prédire les comportements des grandes fortunes et, ainsi, de permettre aux marques qui les ciblent d’adapter leur communication et leur distribution.

DRM-ERMES