Curriculum vitae

Larceneux Fabrice

Chargé de recherche CNRS
DRM

Fabrice.LARCENEUXping@dauphinepong.fr

Publications

Articles

Larceneux F., Lefebvre T., Simon A. (2014), The perspective of perceived transaction costs: an explanation of real estate intermediation, Revue d'économie régionale et urbaine, 3, p. 499-520

L'objectif de cette recherche est d'étudier les déterminants du recours aux solutions directes ou intermédiées sur le marché immobilier résidentiel français. La perspective théorique des coûts de transaction perçus fournit un cadre utile pour appréhender l'existence d'un mode de transaction dans le secteur immobilier. A partir de l'analyse de 4142 questionnaires portant sur des transactions effectivement réalisées, les modèles Logit mis en oeuvre montrent que l'intermédiation immobilière ne s'explique pas par les caractéristiques physiques ou spatiales du bien, ni par des variables socio-démographiques des acteurs, mais davantage par les perceptions qu'ont les acheteurs et vendeurs de l'intérêt des agents immobiliers et des bénéfices qu'ils peuvent en retirer. Six bénéfices perçus se révèlent pertinents pour mieux comprendre l'existence des agents immobiliers dans un contexte de nouvelles technologies où les relations directes sont aujourd'hui largement facilitées.

The aim of this research is to study the determinants of the use of direct versus intermediated solutions on the French housing market. The theoretical perspective of perceived transaction costs provides a useful framework for understanding the existence of a specific mode of transaction in real estate. From the analysis of 4142 questionnaires on transactions actually carried out, the logit models used show that the real estate intermediation can not be explained by physical or spatial characteristics of the property, or by socio-demographic variables, but more by perceptions of buyers and sellers in the interest of real estate agents and the benefits they can derive. Six perceived benefits prove relevant for understanding the existence of Realtors in the context of new technologies where direct relationships are now facilitated.

Larceneux F., Benoît-Moreau F., Renaudin V. (2012), Why Might Organic Labels Fail to Influence Consumer Choices? Marginal Labelling and Brand Equity Effects, Journal of Consumer Policy, 35, 1, p. 85-104

An organic label offers a market signal for producers of organic food products. In Western economies, the label has gained high recognition, but organic food still represents a small part of total food consumption, which raises questions about the label's efficacy. By considering organic labels as a signal of quality for consumers, this article studies how this signal interacts with brand signals when both are visible to consumers, applying a cobranding framework. This research examines the moderating effect of the brand on organic label effects. In a 2 × 2 experimental design using real consumers (N = 122) in a shopping context, it found that, depending on brand equity, the marginal effect of organic labelling information in terms of perceived product quality varies. In particular, when brand equity is high (low), the organic label appears less (more) effective. However, regardless of the brand equity level, an organic label makes the environmentally friendly attribute salient, which has a positive impact on perceived quality. Pertinent implications for marketing and public policy are discussed.

Caro F., Krebs A., Larceneux F. (2012), When contemporary art invites itself in a classical art museum: The case of the Louvre, International Journal of Arts Management, -, -, p. -

-

-

Debenedetti S., Larceneux F. (2011), "The taste of others" : divergences in tastes between professional experts and ordinary consumers of movies in France, Recherche et applications en marketing, 26, 4, p. 71-88

The omnipresence of professional experts in the debates and marketing strategies around movies raises the question of the proximity of their judgments with those of the "ordinary consumer". Two theoretical perspectives compete on this matter: divergence or convergence of tastes. Based on a sample of 622 popular films released between 2005 and 2009 in France, this research confirms the divergence of tastes: professional experts grant no special value to movies that ordinary consumers prefer. However, our results also suggest that publication on the Internet of "hybrid" tastes (those of web users and media critics) builds an artificial form of convergence which can be useful for the market's actors.

Larceneux F., Benoît-Moreau F., Parguel B. (2011), How Sustainability Ratings Might Deter "Greenwashing": A Closer Look at Ethical Corporate Communication, Journal of Business Ethics, 102, 1, p. 15-28

Of the many ethical corporate marketing practices, many firms use corporate social responsibility (CSR) communication to enhance their corporate image. Yet consumers, overwhelmed by these more or less well-founded CSR claims, often have trouble identifying truly responsible firms. This confusion encourages "greenwashing" and may make CSR initiatives less effective. On the basis of attribution theory, this study investigates the role of independent sustainability ratings on consumers' responses to companies' CSR communication. Experimental results indicate the negative effect of a poor sustainability rating for corporate brand evaluations in the case of CSR communication, because consumers infer less intrinsic motives by the brand. Sustainability ratings thus could act to deter "greenwashing" and encourage virtuous firms to persevere in their CSR practices.

Larceneux F. (2011), J'habite donc je suis, Etudes foncières, 151, p. 23-26

Devenir propriétaire de son logement est un objectif largement partagé, notamment en France. Audelà des implications socio-économiques, l'acquisition de son logement constitue un acte ontologique, fortement impliquant sur le plan psychologique. L'auteur rappelle l'importance de la prise en compte de cette dimension, tout en invitant au prolongement des réflexions sur ce thème

Parguel B., Larceneux F., Benoît-Moreau F. (2010), La communication sociétale : entre opportunités et risques d'opportunisme, Décisions Marketing, 59, p. 75-78

Des voitures réduisant leurs émissions de CO2 aux aliments issus de l'agriculture biologique en passant par une offre de crédits plus responsable, il semble que les arguments sociétaux investissent l'ensemble des messages commerciaux. De telles pratiques de communication sont-elles devenues à ce point indispensables ? Sont-elles toujours bénéfiques ? L'objectif de cet article est de dresser un bilan des stratégies de communication sociétale, d'envisager leurs atouts et d'explorer les risques associés à leur dérive. Cet article rappelle également le débat régulatoire que la généralisation des pratiques de communication sociétale a ouvert au sein du monde de la communication et de la société civile plus largement.

Larceneux F. (2009), Enjeux et limites des partenariats entreprises-associations, Constructif, 24, p. -

Grâce notamment à sa portée médiatique, le partenariat avec une association peut devenir un réel facteur clé de succès des stratégies marketing, pour peu que l'entreprise en maîtrise les avantages et les risques.

Carpenter M., Larceneux F. (2008), Label equity and the effectiveness of values-based labels: an experiment with two French Protected Geographic Indication labels, International Journal of Consumer Studies, 32, 5, p. 499-507

The objective of this research is to explore the decision-making process of consumers when faced with food products that have values-based labels. An experimental methodology was used to test the impact of a label of origin guaranteed by the European Union, the Protected Geographic Indications (PGI) label. The reactions of French consumers to photographs of two food products were investigated with four different presentations: without a specific label, with a simple regional label, with both a regional label and the PGI label, and finally, with the previous two labels along with an explanation of the nature of the PGI label. It was found that the impact on overall quality and purchase intention emerged only when the relatively unrecognized PGI label was explained to consumers, thus highlighting the importance of building awareness of a values-based label. When it was explained, however, the values-based label was shown to operate as an effective market signal that generated both descriptive and inferential beliefs in relation to the products bearing the label. These beliefs in turn explained consumers' perception of overall quality and influenced purchasing intention. By investigating the dimensions of label equity and by explaining the mechanism whereby values-based labels are perceived by consumers, this research offers firms a methodology for improving the commercial viability of values-based labelling schemes. Policymakers can also benefit from these insights to develop clearer understanding of how labels are actually interpreted by consumers. Finally, consumers - individually and collectively - will be better served by labelling schemes that incorporate an understanding of their perspective.

Larceneux F., Rieunier S., Fady A. (2007), The effect of hyperchoice on the consumer and the moderating effect of the brand: an application in the jewelry market, Recherche et applications en marketing, 22, 4, p. 43-56

The objective of this research is to study the reactions of consumers when faced with a hyperchoice situation. Two experiments were carried out, varying the number of products displayed in a jewelry department. The results show that increasing the number of products has a positive effect on the perception of price and the sensation of choice, but a negative effect on the attractiveness of the showcase, the perception of quality, the perception of product originality, and the desire to make a choice. However, these effects of hyperchoice we largely attenuated by the presence of a brand.

Larceneux F. (2007), Buzz and recommendations on Internet. What impacts on box-office?, Recherche et applications en marketing, 22, 3, p. 45-64

Dans le secteur cinématographique, les spectateurs potentiels ont aujourd'hui la possibilité de se renseigner sur Internet pour connaître les recommandations des critiques et celles des internautes. Or, plus cette recommandation est portée par un grand nombre d'individus plus elle fait du bruit : du « buzz ». Cette recherche explore dans quelle mesure ces buzz en ligne peuvent être prédicteurs et/ou influenceurs du box-office, en particulier après la semaine de lancement. Une expérimentation de terrain menée sur 534 films montre que les buzz et plus précisément les recommandations affichées sur le site allocine.com sont significativement corrélées au box-office après la première semaine. Différents développements montrent que ces recommandations peuvent non seulement prédire, mais aussi influencer le box-office.

Potential moviegoers may find information on the Internet on movie critics' recommendations and web users' comments on movies they have seen. The more a recommendation is shared by a large number of individuals, the greater is the buzz. This research explores to what extent this online buzz can be a predictor and/or modifier of box-office results, particularly the week following the launch. A field experiment on 534 movies shows that the buzz, and more specifically critics' recommendations appearing on the allocine.com website, is significantly correlated with box-office results after the first week. Various developments show that these online recommendations may not only predict but also influence box-office results. Key words: Buzz, Internet, recommendations, web users, critics, box-office, word-of-mouth.

Larceneux F. (2003), Segmentation des signes de qualité : labels expérientiels et labels techniques, Décisions Marketing, 29, p. 35-46

La multiplication des signes de qualité oblige à repenser la définition des labels et à structurer de manière pertinente cet ensemble de signaux souvent opaque. Les apports de l'économie de l'information permettent de différencier, d'une part, les labels exponentiels et, d'autre part, les labels techniques. Dans cet article, nous illustrons chaque type de label et proposons un tableau de bord de leurs principales caractéristiques.

Larceneux F. (2001), Critical Opinion as a Tool in the Marketing of Cultural Products: The Experiential Label, International Journal of Arts Management, 3, 2

L'article présente les principaux résultats d'une enquête exploratoire menée auprès de gestionnaires d'entreprises francophones canadiennes des arts et de la culture. Cette enquête portait à la fois sur les attitudes des sondés envers le contrôle et sur les pratiques concrètes de contrôle de gestion adoptées par les entreprises. Malgré un jugement généralement très favorable à l'égard du contrôle, les systèmes de gestion restent peu développés et on observe certaines lacunes dans le contrôle interne. Divers facteurs de contingence sont avancés pour expliquer ces résultats.

This article deals with the concept of the experiential label. This label conveys subjective information provided by an expert (critic) on the quality of the consumptive experience. The purpose of this empirical study was to assess the impact of the experiential label on the market for classical compact discs. The findings were that: (1) experiential labelling has a significant global impact on sales, (2) experiential labelling has a word-of-mouth effect, and (3) four specific consumer behaviours are related to perceived self-expertise and the credibility of experiential labelling. Marketing implications are discussed.

Ouvrages

Gallopel-Morvan K., Birambeau P., Larceneux F., Rieunier S. (2013), Marketing & communication des associations, Paris?, Dunod, XII-258 p. p.

Comment faire connaître une association, qu'elle soit petite, moyenne ou grande ? Comment motiver les bénévoles ? Comment collecter des fonds auprès des particuliers ? Comment établir des partenariats avec les entreprises ? Comment mener des campagnes de communication efficaces ? Qu'a changé Internet dans la communication des associations ? Cette 2e édition, enrichie de nouveaux exemples, présente l'ensemble des outils marketing et de communication pour professionnaliser une association, lui permettre d'atteindre ses objectifs et de se développer dans le temps. Ouvrage de référence écrit par des spécialistes du secteur, il est fondé sur les recherches récentes en management associatif, ainsi que sur les retours d'expériences de nombreux acteurs du domaine. Il s'adresse à toutes les personnes impliquées dans le milieu associatif (managers d'associations, bénévoles, prestataires de services, entreprises mécènes...) et aux étudiants qui souhaitent se spécialiser dans le domaine.

Larceneux F. (2010), Stratégies de signalisation de la qualité : l'impact des labels sur le processus de décision des consommateurs, Sarrebruck, Editions universitaires européennes, 464 p.

L'objectif de cette recherche est de répondre aux problématiques des entreprises qui s'interrogent sur le moyen le plus efficace de communiquer la qualité aux consommateurs et à celles des Pouvoirs publics qui définissent des politiques publiques pour l'ensemble de la société : le label est-il un outil marketing suffisamment incitatif comparé aux promesses commerciales, quel est son impact réel sur le processus de décision du consommateur ? Des enjeux juridiques, politiques, managériaux et théoriques sont posés par cette exploration de l'impact des labels: la perspective sémiotique nous invite à orienter l'analyse sur le lien signifiant - signifié. Ce faisant, le concept de « capital de label » est proposé de sorte à permettre d'identifier des « routes », caractérisées par des variables médiatrices explicatives de l'intention d'achat. Ce concept permet de construire la structure de base d'un cadre théorique d'analyse globale. Après avoir différencié les labels expérientiels des labels techniques, trois niveaux d'impact servent de base pour comprendre la formation de l'intention d'achat : la qualité perçue, l'unicité perçue et l'estime accordée au producteur.

Gallopel-Morvan K., Birambeau P., Larceneux F., Rieunier S. (2008), Marketing & communication des associations, Paris?, Dunod, XV-239 p p.

Comment motiver les bénévoles ? Comment faire connaître une association ? Comment collecter des fonds auprès des particuliers ? Comment établir des partenariats avec les entreprises ? Comment mener des campagnes de communication efficaces ? Cet ouvrage de référence présente l'ensemble des outils marketing et de communication pour professionnaliser une association, lui permettre d'atteindre ses objectifs et de se développer dans le temps. Écrit par des spécialistes du secteur, il est fondé sur les recherches récentes en management associatif, ainsi que sur les retours d'expériences de nombreux acteurs du domaine. Il s'adresse à toutes les personnes impliquées dans le milieu associatif (managers d'associations, prestataires de services, entreprises mécènes...) et aux étudiants qui souhaitent se spécialiser dans le domaine.

Direction d'ouvrages

Larceneux F., Parent H. (2014), Marketing de l'immobilier, Paris?, Dunod, VIII-277 p.

Les agents immobiliers ont longtemps fonctionné sans stratégie marketing. Aujourd'hui, Internet a radicalement changé la donne : augmentation de la concurrence, apparition de nouvelles agences, mise en relation rapide entre acheteurs et vendeurs. Les professionnels de l'immobilier ne peuvent plus s'exonérer de comprendre les comportements d'achat et de vente : pratiquer un bon marketing est désormais crucial. Entièrement mise à jour, fondée sur les résultats de recherches et l'analyse des meilleures pratiques en France et à l'étranger, cette 2e édition propose des concepts et outils spécifiques pour répondre à l'essentiel : o Pourquoi est-il si difficile pour l'acheteur de prendre une décision ? o Comment Internet a-t-il transformé le comportement des acheteurs et des vendeurs et les stratégies marketing des agents immobiliers ? o Quelles sont les bonnes stratégies dans la recherche de mandats et la commercialisation des biens ? o Comment bâtir une stratégie de conquête et de relation client sur Internet ? o Comment augmenter l'efficacité des annonces en utilisant le web 2.0 et les réseaux sociaux ? o Quels types d'enquêtes est-il possible de mettre en place pour recueillir de l'information ? Illustré de nombreux cas pratiques, cet ouvrage s'adresse aux professionnels qui ambitionnent de mettre en place une stratégie marketing performante et aux étudiants qui se spécialisent dans ce domaine.

Larceneux F., Parent H. (2010), Marketing de l'immobilier, Paris, Dunod, 260 p.

Convaincre un acheteur potentiel d'acquérir un bien est devenu aujourd'hui plus difficile. Car les clients sont désormais devenus des consommateurs avertis, très au fait des réglementations et des normes. Le marketing immobilier n'échappe pas à cette règle. Le vendeur doit s'adapter à ces nouveaux comportements d'achat pour mettre en place les meilleures stratégies de vente. Analyse et conseils.

Chapitres d'ouvrage

Amsellem A., Baffoy M-L., Burckel D., Charpentier L., Charvy J., Contat S., Démians A., Heurteux B., de Kerangal C., Larceneux F., Ould Brahim A., Picard D., Winisdoerffer E. (2014), Les acteurs de l'immobilier, in Burckel D. (dir.), Management de l'immobilier, Paris, Vuibert, p. 29-56

Larceneux F. (2014), La disparition de l'agent immobilier : utopies et réalités de l'intermédiation, in Dauphine Recherches en management . (dir.), L'état des entreprises 2014, Paris?, La Découverte, p. 17-30

Larceneux F., Debenedetti S. (2011), Le pouvoir des infonautes. Comment les recommandations des internautes influencent l'achat, in Pezet A. . (dir.), L'état des entreprises 2012, Paris, La Découverte, p. 32-41

À quelles conditions la contribution de l'infonaute est-elle utile ?La fiabilité perçue de l'infonaute : similarité, expertise, impartialité - La clarté du message : intelligibilité et complétude - L'adaptation du message aux besoins des consommateurs : pertinence et orientation - Les conditions de l'utilité de la contributionComment l'opinion des infonautes influence-t-elle les consommateurs ?Une influence avérée sur les ventes - La gestion des opinions négatives

Larceneux F. (2010), Les facteurs psycho-sociologiques de l'achat d'un logement, in Larceneux F., Parent H. (dir.), Marketing de l'immobilier, Paris?, Dunod, p. 15-57

Ce chapitre explore les déterminants interne et externe de l'achat d'un logement, mobilisant les concepts de psychologie, psychanalyse, d'urbanisme de sociologie et d'économie afin de mieux comprendre les relations entre un individus et son logement. Il présente d'une part les déterminants internes et d'autre part les déterminants externes de l'achat d'un lieu d'habitation.

Larceneux F., Benoît-Moreau F., Parguel B. (2009), Comment prévenir le greenwhashing ? L'influence des éléments d'exécution publicitaire, in Pras B. (dir.), Management : tensions d'aujourd'hui (Tome I), Vuibert : FNEGE, p. 365-376

Cette recherche examine l'influence de trois éléments d'exécution publicitaire (l'usage de la couleur verte, du mot « durable » et la présence d'un label écologique auto-décerné) sur les perceptions des consommateurs en matière de sincérité perçue de la publicité, d'image écologique et d'attitude envers le produit et l'annonceur. Une expérimentation menée sur 640 consommateurs représentatifs de la population française montre que les répondants se laissent peu tromper par les pratiques de greenwashing. Chez les consommateurs experts, aucune des trois pratiques n'exerce d'influence positive. Chez les non-experts, seul le label présente un fort effet positif.

Birambeau P., Larceneux F. (2008), Comment recruter, intégrer et fidéliser les bénévoles ?, in Gallopel-Morvan K., Birambeau P., Larceneux F., Rieunier S. (dir.), Marketing & communication des associations, Paris?, Dunod, p. 13-47

Birambeau P., Larceneux F. (2008), Comment conclure des partenariats avec les entreprises ?, in Gallopel-Morvan K., Birambeau P., Larceneux F., Rieunier S. (dir.), Marketing & communication des associations, Paris?, Dunod, p. 133-175

Communications

Larceneux F., Lefebvre T., Simon A. (2014), Perceived transactions costs: an explanation of the real estate brokerage, 21st Annual European Real Estate Society Conference - ERES 2014, Bucarest, Roumanie

The objective of this research is to study the determinants of the use of intermediated solutions by homeowners. The theoretical perspective of perceived transaction costs provides a relevant framework for understanding the existence of this type of transaction in the real estate sector. From a survey, a large and novel database was collected : 3992 responses relating to effective completed transactions in the French Real Estate Market. A conceptual framework based on expected earnings tested empirically shows that five major reasons explain today the real estate brokerage. Three commercial arguments used by real estate agents to convince their owners entrust their mandates are explored as influencing the choice of the type of transaction via the mediation of the five perceived benefits.These results may be useful to brokers in order to improve their communication toward consumers both mentioning the perceived benefits and illustrating them with concrete commercial statements linked with them. Estate agents get new opportunities to transform their economic model, no longer basing their business solely on the informational advantage, but on a more general proposal of agency services that certain decision-makers perceive as useful.

Benoît-Moreau F., Larceneux F., Monnot E., Parguel B., Reniou F. (2014), Recherche et implications en marketing : l'intégration du développement durable, AFM Congress, Montpellier, FRANCE

Cet article étudie l'intégration du développement durable dans les implications des recherches francophones en marketing, au travers d'une analyse textuelle menée sur les communications de cinq Congrès récents de l'AFM, et d'une interprétation fondée sur la sociologie de Bourdieu. Une discussion sur l'évolution du champ de la recherche en marketing vient clore ce travail.

This article explores the diffusion of sustainable development within the implications of French speaking marketing research through a textual analysis of five recent AFM Congresses proceedings and through an interpretation based on Bourdieu's sociological framework. It ends up with a discussion about the evolution of marketing research.

Benoît-Moreau F., Bonnemaizon A., Larceneux F., Monnot E., Parguel B., Reniou F. (2012), Entre permanence et (r)évolution : les finalités sociétales de la recherche française en marketing, Séminaire du groupe DRM-ERMES, FRANCE

Cet article explore les finalités poursuivies par la recherche française en marketing. Une analyse scientométrique des communications de cinq Congrès de l'AFM révèle la permanence d'un puissant paradigme managérial et le développement récent de travaux plus sociétaux. Ces résultats sont discutés dans une perspective historique et critique.

This article explores the purposes pursued by the French research in marketing. A scientometric analysis of four AFM Congresses communications reveals the permanence of a powerful managerial paradigm and the recent development of more societal questions. These results are discussed in a historical and critical perspective.

Larceneux F. (2012), Les enjeux de la labellisation : du contexte au label autoproduit, 1er workshop les enjeux de l'éco-consommation Label bio et étiquette environnementale : Quelles perceptions pour le consommateur ?, La Rochelle, France

Larceneux F., Parguel B., Benoît-Moreau F. (2012), Aux frontières de la publicité mensongère : quand les contraintes légales font le lit du greenwashing, 1er workshop les enjeux de l'éco-consommation Label bio et étiquette environnementale : Quelles perceptions pour le consommateur ?, La Rochelle, FRANCE

Depuis 1994, dans le but d'orienter le choix des consommateurs vers des véhicules plus respectueux de l'environnement, la Commission Européenne impose aux constructeurs automobiles d'afficher, de manière très visible, le taux d'émission de CO2 des véhicules sur les publicités. Cette obligation, si elle paraît a priori pleine de sens, s'accompagne toutefois d'un effet pervers inattendu. En effet, l'affichage du taux d'émission de CO2 semble de nature à générer, chez les consommateurs non-experts en matière d'écologie, l'inférence que le constructeur est sûr du caractère écologique de ses produits, ce qui décuple l'efficacité des éléments d'exécution publicitaires suscitant le greenwashing. Ce papier valide empiriquement cet effet à l'aide d'une expérimentation menée dans le secteur automobile auprès d'un panel de consommateurs français.

Larceneux F., Debenedetti S. (2011), Une affaire de goûts : convergence ou divergence entre "spécialistes" et "novices" dans le jugement des films ?, 11th conference on Arts and Cultural Management (AIMAC), Antwerp, France

Larceneux F., Debenedetti S. (2011), Professional experts and ordinary consumers' judgment of motion pictures : convergence or divergence?, 11th International Conference on Arts and Cultural Management (AIMAC 2011), Anvers, BELGIUM

This research explores the controversy regarding the issue of taste of consumers of cultural products: is there convergence or divergence of tastes, such as they are expressed by professional experts and ordinary consumers of films? In other words, have the ordinary consumers "good taste "? Contrary to recent U.S. studies finding some convergence, our results obtained in France on a sample of 622 movies among the most successful ones, suggest that professionals do not value the films enjoyed by ordinary consumers (divergent tastes). The research also highlights the existence of a "collective" tastes intermediate, mid-way between the specialist and the ordinary consumer, its artificial construction and operationalized by specialized websites (tastes from webusers and media). Correlations between the different tastes of these groups classified either under "experts" or "ordinary spectators" are analyzed and discussed.

Benoît-Moreau F., Larceneux F., Parguel B. (2010), Mieux vaut bien faire et le faire dire : Le rôle des notations environnementales dans la régulation du greenwashing, Etats Généraux du Management 2010, Paris, France

L'une des grandes tendances en matière de communication publicitaire actuellement réside dans la mise en avant d'arguments écologiques, à savoir " toute revendication, indication ou présentation, sous quelque forme que ce soit, utilisée à titre principal ou accessoire dans une publicité, établissant un lien entre les marques, produits, services ou actions d'un annonceur, et le respect de l'environnement " (ARPP ). Il existe trois niveaux dans l'utilisation d'arguments écologiques en publicité (Van de Ven, 2008). A un premier niveau, très général, les entreprises communiquent qu'elles opèrent dans le respect de l'environnement pour asseoir leur légitimité au sein de l'espace social. A un second niveau, elles dépassent le respect de l'environnement pour afficher une démarche proactive qui vise l'excellence en matière de responsabilité environnementale. Enfin, à un troisième niveau, les entreprises mobilisent des arguments écologiques comme principal levier de différenciation pour le positionnement de leurs produits ou de leurs services (e.g., The Body Shop, Natura Brasil). Concrètement, en 2009, 6% des visuels publicitaires diffusés sont liés à l'environnement, soit une proportion multipliée par 5,5 depuis 2006 (Bilan Publicité & Environnement, ARPP-ADEME, 2009). Le corollaire de cette tendance s'observe toutefois dans le développement concomitant de la pratique du greenwashing, qui concernerait en 2009 10% des visuels diffusés selon l'étude ARPP-ADEME pré-citée. Généralement traduit par " éco-blanchiment " ou " blanchiment écologique d'image ", le terme greenwashing désigne l'ensemble des annonces utilisant abusivement, c'est-à-dire de manière infondée, biaisée ou excessive, un argument écologique (Bilan Publicité & Environnement, ARPP-ADEME, 2009). Si la pratique du greenwashing pose aujourd'hui question à la société civile (e.g., associations environnementales ou de protection des consommateurs), c'est qu'elle n'est pas sans conséquence. Ainsi, comme toute opération de communication environnementale, elles visent à modifier favorablement les attitudes et les comportements des consommateurs (Van de Ven, 2008 ; Vanhamme et Grobben, 2009) et y parvient dans une certaine mesure en améliorant l'image des entreprises et des marques auprès des consommateurs et en attirant leur bienveillance pour, in fine, augmenter les ventes. En effet, faute d'une information pertinente sur les pratiques réelles des entreprises , les consommateurs sensibles à l'écologie ne peuvent pas distinguer la bonne réputation d'une entreprise du simple discours de rhétorique (Fukukawa et alii, 2007 ; Bernstein, 2009). Ils sont ainsi conduits à favoriser, à leur insu, les entreprises ou les marques qui se déclarent responsables bien qu'elles ne le soient pas, au détriment de celles qui sont effectivement responsables, mais qui ne le revendiquent pas. Finalement, les consommateurs responsables ne peuvent tout simplement pas exercer leur droit à une consommation respectueuse de l'environnement. Dès lors, un dilemme apparaît pour les entreprises qui font de réels efforts pour intégrer les principes du développement durable dans leur activité. En effet, si leurs concurrents usent opportunément d'arguments écologiques sans entreprendre les mêmes efforts, ces entreprises perdent l'avantage perceptuel et commercial relatif dont elles bénéficient du fait de leurs efforts et risquent de se trouver découragées dans la poursuite de ces efforts. Il s'agit d'un cas classique d'asymétrie d'information où la mauvaise pratique chasse la bonne (Akerlof, 1970). Face à ce dilemme, comment la société peut-elle penser la régulation des pratiques de communication environnementale et encourager les entreprises vertueuses à poursuivre leurs initiatives ? Parmi les solutions possibles, ce travail interroge la diffusion de notations environnementales à destination des consommateurs et leur capacité à dissuader les pratiques de greenwashing. Il envisage les notations environnementales, émises par des tierces parties, comme des signaux de marché susceptibles de diminuer les asymétries d'information (Spence, 1973). Afin de tester ce mode de régulation, une expérimentation menée auprès de consommateurs conjugue la connaissance préalable de la notation environnementale d'une marque fictive à l'exposition à la communication environnementale de cette même marque. La discussion de ses résultats encourage la mise à disposition, auprès des consommateurs, d'une information synthétique, claire et accessible sur les efforts conduits par les entreprises en matière de développement durable. Si elle ne devrait pas suffire à décourager les pratiques de greenwashing, la mise à disposition de cette information devrait toutefois permettre de prévenir une partie de ses conséquences négatives.

Benoît-Moreau F., Larceneux F., Parguel B. (2010), Can birds make brands "green"? An analysis of substantive and associative execution factors in case of greenwashing, 26ème congrès de l'AFM (Association Française de Marketing), Le Mans, France

Cette recherche examine l'influence des éléments d'exécution substantifs (en l'occurrence sémantique) et associatifs (visuel et sonore) sur l'image écologique d'une marque en cas de greenwashing. Les résultats d'une expérimentation montrent un effet positif de l'usage de la sémantique écologique. Ils montrent un double effet des éléments associatifs (visuel et so-nore) : un effet émotionnel positif sur l'image écologique via l'amélioration de la qualité d'exécution de la publicité et un effet informationnel négatif. Par ailleurs, aucun effet de réso-nance entre les élements d'exécution n'est montré.

This research investigates the effect of substantive (verbal) and associative (visual and sound) execution factors on brand ecological image in case of greenwashing. Experimentation's results show a positive effect of the semantic « more ecological ». They show a double effect of associative elements (visual and sound): a positive emotional effect on ecological image through the improvement of the ad atmosphere, and an informational negative effect. Furthermore, they show no resonance effect between all factors.

Benoît-Moreau F., Larceneux F., Parguel B. (2009), Is "greenwashing" efficient? An analysis of negative elaboration upon advertising executional elements, 25ème congrès de l'AFM (Association Française de Marketing), Londres, Royaume-Uni

Cette recherche examine l'influence du greenwashing publicitaire sur l'image écologiquedu produit et de l'annonceur. Une expérimentation fondée sur le modèle ELM et menéesur 640 répondants manipule trois éléments d'exécution publicitaire : la couleur verte, leterme « durablement » et l'auto-labellisation. Les résultats montrent que les consommateursne se laissent globalement pas tromper par les pratiques de greenwashing publicitaire. Chezles consommateurs non-experts, seul le label écologique auto-décerné présente un fort effetpositif. A l'inverse, chez les consommateurs experts, seul un effet contre-productif a pu êtreobservé dans le cas de l'utilisation de la couleur verte.

The present research investigates the influence of advertising greenwashing onproduct and brand ecological image. Based upon the ELM model, an experiment held on 640consumers manipulates three executional elements of an ad: the use of the green color, thepresence of the word "sustainable" and of a self-claimed ecological label. Results show thatgreenwashing practices are not so much misleading for consumers. For non-expert consumers,the presence of a self-claimed ecological label is the only element that exerts a positive influence.For expert consumers on the contrary, results reveal a counter-productive effect of thegreen color.

Benoît-Moreau F., Parguel B., Larceneux F. (2009), Le consommateur face à l'éco communication : une synthèse des recherches, 7ème journée AACC AFM : L'Eco-Communication Une nouvelle énergie motrice pour les entreprises ?, Paris, France

Benoît-Moreau F., Parguel B., Larceneux F. (2008), Comment prévenir le greenwashing ? L'influence des éléments d'exécution publicitaire, Etats Généraux du Management, Paris, France

Cette recherche examine l'influence de trois éléments d'exécution publicitaire (l'usage de la couleur verte, du mot « durable » et la présence d'un label écologique auto-décerné) sur les perceptions des consommateurs en matière de sincérité perçue de la publicité, d'image écologique et d'attitude envers le produit et l'annonceur. Une expérimentation menée sur 640 consommateurs représentatifs de la population française montre que les répondants se laissent peu tromper par les pratiques de greenwashing. Chez les consommateurs experts, aucune des trois pratiques n'exerce d'influence positive. Chez les non-experts, seul le label présente un fort effet positif.

The present research investigates the influence of 3 creative elements of an advertisement (the usage of the colour "green", the word "sustainable" and the presence of a self-claimed ecological label) on consumers' perceptions regarding advertisement sincerity, ecological image and attitude towards the product and the firm.The experiment held on 640 subjects representative of French population shows that these forms of greenwashing are not so much misleading. For experts, none of the three elements has an influence. For non-experts, the ecological label only has a strong influence.

Larceneux F. (2008), Buzz on line : Effets modérateurs des consensus inter- et intra-évaluateurs. Une application à la prédiction du box-office, 3EMES Journées internationales sur la communication marketing : communication « hors media » = 3RD international research days on marketing communications « below the line » communications, Nancy, France

Larceneux F. (2004), Impacts des stratégies de labellisation sur le processus de décision des consommateurs : le cas du label biologique, XXe congrès de l'AFM, Saint Malo, France

Larceneux F. (2001), Proposition d'un modèle théorique d'analyse de l'impact des signaux de qualité sur l'évaluation des attributs du produit par le consommateur : le M.A.S.I.A., 17ème congrès de l'AFM, Deauville, France

L'objectif de cette présentation est de fournir un cadre d'analyse théorique pour appréhender l'impact des signaux de qualité sur la perception qu'ont les consommateurs des attributs du produit. Ce modèle se base sur des développements théoriques issus de l'économie de l'information et s'enrichit des apports des sciences cognitives. Il considère les stratégies de signalisation et de labellisation opérées par les entreprises comme des réponses structurelles aux asymétries d'information et plus seulement comme outil de gestion de crise.

This paper aims at providing a theoretical framework in order to gain a better understanding of the signaling and labelling strategy impact on consumer's perceptions of product attributes. This model is based on Nelson's works regarding information economics and developments of cognitive sciences. Labelling strategies are seen more as structural responses to information asymmetries than as a tool of crisis management.

Debenedetti S., Larceneux F. (1999), Peut-on prévoir le comportement de la critique ? Exploration pour une nouvelle voie de recherche en marketing culturel, 4ème Journée de Recherche en Marketing de Bourgogne, Dijon, France

Documents de travail

Larceneux F., Lefebvre T., Simon A. (2014), What added value of Estate Agents compared to FSBO transaction? Explanation from a perceived advantages model,, 31 p.

This paper aims at explaining the determinants of using an estate agent vs. conducting a private sale on the French housing market. From a survey that collected 4,142 responses relating to effective completed transactions, the results show that the decision of whether to use an estate agent is not explained by the physical or spatial features of the property or socio-demographic variables. But by buyers' and sellers' heterogeneous perceptions of whether it is worthwhile to use estate agents, of how far they feel themselves having market expertise, and their wish to complete quickly. Five perceived transaction costs explain why buyers and sellers use brokerage intermediation, in a consumer's standpoint.

Larceneux F., Caro F., Krebs A. (2014), Offering contemporary art in a classical art institution: how do visitors react? A Louvre museum case study,, 26 p.

Une vaste enquête qualitative conduite auprès des visiteurs d'un musée d'art classique, le Louvre en France, permet de comprendre comment une programmation d'art contemporain renouvelle le public et son expérience du musée, revivifie la lecture des collections permanentes et le rôle attendu du musée. La réception de l'art contemporain dans un grand musée d'art ancien varie selon la familiarité avec le musée et le degré d'expertise du visiteur en art. L'analyse des entretiens permet de mettre au jour trois grands segments de publics aux représentations, aux pratiques et à la réception différenciés, et dessine de nouvelles voies en matière de communication et de management.

A large qualitative study on Louvre museum's visitors in France offers an understanding of how a contemporary art program renews the audience and its cultural experience, refreshes the way they view the permanent collections, as well as the museum's role. Reception of contemporary artworks turns out to be different according to familiarity with the museum and the visitors' expertise in art. Interviews' analysis reveals three broad segments of visitors with different practices, positions and reactions, and draws new routes in terms of communication and management.

Larceneux F. (2012), Quelle place pour l'intermédiation immobilière aujourd'hui ? Premiers résultats d'une enquête sur la cyber-intermédiation immobilière à l'heure d'internet, Cahier de recherche de DRM, 23

Larceneux F. (2010), Mesure de la crédibilité d'un signe de qualité, Cahiers de recherche DRM, Paris, Université Paris-Dauphine

Larceneux F., Krebs A., Caro F. (2010), When contemporary art invites itself in the Louvre : What is in stake and which effect on the public?, Cahiers de recherche DRM, Paris, Université Paris-Dauphine

Aujourd'hui mues par une volonté constante d'élargir leur public, de moderniser leur image et de faire face à une concurrence accrue, de grandes institutions d'art classique explorent la pertinence de stratégies différenciantes, hors de leur champ d'action usuel, par des extensions de gamme innovantes. L'introduction de l'art contemporain dans un musée d'art ancien en constitue un bon exemple. Cette étude de cas se propose d'explorer l'effet d'une exposition temporaire d'oeuvres d'art contemporain au sein des collections permanentes du musée du Louvre. 91 entretiens de visiteurs permettent ainsi d'identifier les conditions de réussite de telles innovations sur les visiteurs selon leur familiarité au musée et leur expertise en art contemporain.

Today, classical art institutions are highly involved in finding a new way to enlarge their public and to modernize their brand image as they are stressed by a extensive competition. As a result, they explore how relevant would be to implement new strategies showing to their public new art works, beyond their core business. This research is a case study on a temporary exhibition inside the permanent collections of the Musee du Louvre. 91 interviews were conducted to assess the reaction of visitors to what we call this display extension of art works, according the familiarity with the Louvre and the expertise in contemporary art.

Larceneux F., Renaudin V. (2010), Is quality seal of approval really useful to private labels?, Cahier de recherche DRM, Paris, Université Paris-Dauphine, 28

Il n'existe plus une seule sorte de marques de distributeurs (MDD) : les enseignes détiennent aujourd'hui de larges portefeuilles de MDD, nécessitant des positionnements clairement différenciés. Et, dans la concurrence avec les marques nationales (MN), elles utilisent de nombreux signes de qualité. Nous interrogeons la pertinence des positionnements voulus par les enseignes d'une part et l'efficacité des cette stratégie de marquage de la qualité. Une enquête terrain et une expérimentation en sortie de caisse permettent de montrer que les MN sont perçues de qualité équivalente à celle des MDD thématiques, toutes deux surpassant la qualité perçue des MDD classiques. Contrairement à une idée souvent répandue, si l'utilisation des labels officiels s'avère efficace pour améliorer la qualité perçue des MDD classiques elle ne l'est pas pour les MDD thématiques et les MN. De plus, le rapport qualité / prix de ces marques n'est jamais impacté. Ces résultats sont discutés du point de vue des enseignes et des Pouvoirs publics.

Retailers hold portfolios of complex and structured private labels (PL) brands from low cost positioning to premium. In addition, in recent years, the competition between these various brands with national brands invite to use many quality cues with the aim of improving the quality perceived by client. We question the appropriateness and effectiveness of this strategy of marking quality. An experiment shows that national brands are perceived as equivalent in quality to that of premium PL (PL+), both surpassing the perceived quality of classic private labels. The use of quality seals seems much more effective to improve the perceived quality of classic private label compared with PL+ and national brands, for which labels appear irrelevant. Results are discussed.

Larceneux F., Carpenter M. (2008), Third party labeling and the consumer decision process: the case of the PGI European label, Les cahiers de recherche, Jouy-en-Josas, Groupe HEC, 28 p.

The objective of this research is to explore the decision-making process of consumers when faced with food products that have values-based labels. An experimental methodology was used to test the impact of a label of origin guaranteed by the European Union, the Protected Geographic Indications (PGI) label. Consumers' reactions to two different products were investigated with four different presentations: without a specific label, with a simple regional label, with both a regional label and the PGI label and, finally, with the previous two labels along with an explanation of the nature of the PGI label. Using a semiotic perspective and based on the existing model of brand equity, a framework of label equity was constructed. An experiment was devised that tested the framework on a sample of 488 consumers. Perceptions of two food products were tested using photographs of each with different levels of regional and PGI labelling. The perception of overall quality was found to depend on both the consumer's awareness of the label and the label's subsequent ability to generate positive descriptive and inferential beliefs. Label equity thus enhanced purchasing intention. The impact on overall quality and purchase intention only emerged, however, when the relatively unrecognised PGI label was explained to consumers, thus highlighting the importance of building awareness of a values-based label. When it was explained, the values-based label was shown to operate as an effective market signal that generated both descriptive and inferential beliefs in relation to the products bearing the label. These beliefs in turn explained consumers' perception of overall quality and influenced purchasing intention. By investigating the dimensions of label equity and by explaining the mechanism whereby values-based labels are perceived by consumers, this research offers firms a methodology for improving the commercial viability of values-based labelling schemes. Policy makers can also benefit from these insights to develop clearer understanding of how labels are actually interpreted by consumers. Finally, consumers - individually and collectively - will be better served by labelling schemes that incorporate an understanding of their perspective and thus reduce misinformation.

Berger R., Larceneux F. (2006), Tests statistiques sur l'hyperchoix et les stratégies du consommateur, Cahier de recherche du CREDOC, Paris, CREDOC, 130

La société de consommation est marquée par l'hyperchoix. Désormais, le problème du consommateur est de trouver le produit, parmi une foultitude, correspondant à ses besoins. Quels que soient les secteurs, le nombre de produits disponibles progresse, plaçant le consommateur dans une situation d'hésitation et d'incompréhension de l'offre, ce qui peut même le conduire à ne plus acheter. L'analyse théorique de cette situation d'hyperchoix et des stratégies développées par les consommateurs fait l'objet d'une première partie. Dans un second temps, ces stratégies sont vérifiées expérimentalement grâce à une enquête en face-à-face auprès de 300 personnes placées dans une situation d'hyperchoix (deux biens de consommation courante ont été testés, l'un peu impliquant - le thé - l'autre fortement impliquant - le vin). Les réponses du consommateur en situation d'hyperchoix varient selon les catégories d'individus - experts ou non experts du produit concerné -, les types de produits, et surtout le nombre de produits proposés. La recherche de signaux extrinsèques de garantie ou de qualité, tels que l'avis d'experts ou de consommateurs, apparaît alors comme une réponse privilégiée.

Larceneux F. (2001), Measuring the Credibility of a Cue: Proposal of a Scale, Cahiers DMSP, Paris, Université Paris-Dauphine, 16

Retour à la liste