Curriculum vitae

Cartier Manuel

Maître de conférences
DRM

Manuel.CARTIERping@dauphinepong.fr
Bureau : A 123

Publications

Articles

Cartier M., Liarte S. (2012), Impact of Underlying Demand and Agglomeration of Supply on Seasonality: the Case of the Hollywood Film Industry, International Journal of Arts Management, 14, 2

Cet article soutient qu'il est possible de décomposer la demande pour les films en deux types : la demande sous-jacente imputable au comportement des spectateurs lié à des événements extérieurs à l'industrie cinématographique (vacances, climat, etc.) et la demande existante liée à la concentration de l'offre des studios au moyen de dates de sortie rapprochées. En effet, afin d'assurer le succès de leur film, ceux-ci cherchent à exploiter les pics de demande. Cette concentration accroît la saisonnalité et peut conduire les studios à surestimer le niveau réel de la demande sous-jacente de certaines périodes. L'objectif de cet article est donc d'isoler la demande sous-jacente afin de pouvoir juger les choix des studios en matière de dates de sortie. Il apparaît alors que deux périodes, le début d'année et l'été, s'avèrent sous-exploitées, c'est-à-dire accueillant moins de films que le marché pourrait en absorber, alors que deux autres, le printemps et la fin de l'année, sont surexploitées. Le choix de la date de sortie à partir de ce critère apparaît ainsi comme un prédicteur de la performance d'un film.

The authors argue that it is possible to break the demand for films into two types: the underlying demand accounted for by audiences' behaviours owing to events outside the film industry (vacations, climate, etc.); and demand due to the agglomeration of supply by studios due to release dates selected close to each other. To ensure the success of their films, movie studios exploit peaks in demand. Such agglomeration increases seasonality and could lead studios to overestimate the true level of underlying demand at particular times. The aim of this article is to isolate the underlying demand in order to assess studios' choices in terms of release dates. The authors show that two periods - the beginning of the year and summer - are underutilized, with the release of fewer films than the market is able to absorb, while two other periods - spring and year's end - are overexploited. The choice of release date based on this criterion is a good predictor of a film's performance.

Cartier M., Liarte S. (2010), Market entry timing, uncertainty and temporal agglomeration: The case of the Hollywood cinema industry, M@n@gement, 13, 2, p. 70-98

L'objectif de cet article est de montrer que les entreprises optent pour l'agglomération temporelle (en entrant sur un marché au même moment que leurs concurrents) lorsque l'incertitude concernant le succès de leurs produits est particulièrement importante. En effet, l'analyse des majors hollywoodiennes de 2000 à 2006 montre que ces entreprises limitent l'incertitude en adoptant des comportements similaires. Plus précisément, les résultats montrent que c'est une combinaison de facteurs qui conduit à l'agglomération des dates de sorties de films. Les budgets, les genres et la présence d'institutions temporelles (jours fériés, cérémonies, festivals, etc.) sont, en effet, utilisés comme des points de référence par les acteurs de l'industrie. Au final, plus qu'une stratégie délibérée, l'agglomération temporelle semble émerger d'interactions complexes, augmentant la compétition et réduisant ainsi la performance des films.

The aim of this article is to show that firms choose temporal agglomeration (entering the market at the same time as their competitors) when the uncertainty concerning the success of their products is particularly important. Indeed, the analysis of the major Hollywood studios from 2000 till 2006 shows that these firms limit uncertainty by adopting similar behaviours. More precisely, results show that a combination of factors lead to agglomeration of film release dates. Budgets, genres and temporal institutions (day-offs, award ceremonies, festivals, etc.) are used as reference points by actors of the industry. More than a deliberate strategy, temporal agglomeration seems to emerge from complex interactions, increasing competition and so decreasing the movie performances.

Colovic A., Cartier M. (2006), Coévolution et adaptabilité des réseaux. Etudes de cas et simulation, Revue Française de Gestion, 164, 5, p. 119-140

Quel rôle joue la coévolution dans l'adaptation d'une population d'entreprises à un environnement hostile ? Pour répondre à cette question, la sociologie des réseaux est revisitée à partir du modèle biologique de Kauffman. Une méthodologie qualitative est déployée, mettant à jour les mécanismes d'exploitation et d'exploration dans neuf réseaux japonais d'entreprises. À partir de ces résultats, cet article dresse une typologie des modalités d'adaptation, distinguant les réseaux « meute », « migrateur », « troupeau » et « colonie ».

What is the role of co-evolution in a population of firms'adaptation to a hostile environment? To answer this question, the network sociology is revisited starting from the Kauffman's biological computer model. A qualitative methodology is used, updating the mechanisms of exploitation and exploration in nine Japanese corporate networks. From these results, this article draws up a typology of the adaptation forms, distinguishing "pack", "migrating", "herd" and "colony" networks.

Cartier M., Forgues B. (2006), Intérêt de la simulation pour les sciences de gestion, Revue Française de Gestion, 165, 32, p. 125-137

Si Dooley (2002, p. 829) considère que « la simulation a une popularité croissante en tant qu'approche méthodologique auprès des chercheurs en sciences des organisations », ceci peut s'apprécier par les numéros spéciaux d'American Journal of Sociology en 2005 ou d'Academy of Management Review en 2007 et les ouvrages qui lui sont consacrés (e.g., Lomi et Larsen, 2001 ; Rouse et Boff, 2005 ; Brabazon et O'Neill, 2006). Par ce dossier, que la Revue française de gestion consacre à la simulation pour les sciences de gestion, nous visons deux objectifs. Le premier est de convaincre les chercheurs de l'intérêt de la simulation. Il s'agit en effet d'une méthode de recherche puissante et originale mais encore largement sous-exploitée. Le deuxième objectif est de présenter la méthode dans ses grandes lignes et de fournir des pistes pour aller plus loin, à destination de ceux qui se laisseraient tenter par une aventure que nous avons nous-mêmes trouvée excitante et enrichissante. Pour atteindre ces deux objectifs, nous présentons dans un premier temps les fondements de la simulation, sa logique, et un aperçu des possibilités qu'elle offre. C'est l'objet de cette introduction.

Cartier M. (2006), Alliances et diversité dans l'industrie photographique, Revue Française de Gestion, 165, p. 181-195

Ce papier étudie les alliances à travers un dispositif méthodologique reposant sur la simulation. Les résultats du modèle, comparés à l'évolution de l'industrie photographique, permettent d'en formaliser la dynamique. La diversité apparaît comme le moteur essentiel de l'adaptation, impliquant différentes stratégies d'alliances en terme de choix du partenaire et de timing.

This paper studies alliances through a methodological device based on simulation. The model results, compared to the photographic industry evolution, allows to formalize its dynamics. Diversity appears as the essential engine of the adaptation, implying various strategies of alliances in term of choice of the partner and timing.

Cartier M. (2004), Between radical and market-based innovation : simulated evolution of a project population, European journal of economic and social systems, 17, 1-2, p. 147-165

The dilemma between radical and market innovations is unlighted here by a simulation. Following evolutionist theory and innovation management, an agent-based model issued from genetic algorithm is built. In a perfect world, transformation and selection create dynamics and emergence in an agent population. Examining that population evolution which consists in a stylized representation of upcoming projects in the organization appears full of lessons. Results put into relief Lamarckian and Darwinian adaptation mechanisms, their relations with the environment and their interactions. Simulations show the existence of an optimum level of experimentation and experimentation of projects upstream the innovation process, demonstrates that the efficiency of evolutionist processes is contingent to environment complexity and allows exploring interdependencies and coexistence between two paths of evolution. The model validity is approach through similarity to admitted theory and through a study of the innovation process of Renault, a French carmaker. Innovation process of this organization appears as a wonderful field to confront our results.

Cartier M. (2004), An agent-based model of innovation emergence in organizations: Renault and Ford through the lens of evolutionism, Computational and Mathematical Organization Theory, 10, 2, p. 147-153

Based on evolutionist theories and project management knowledge, a connectionist model based on genetic algorithm is built to simulate innovation process in organizations. Transformation and selection produce micro dynamics to create macro behavior in the agents' population. Results clarify Darwinian Lamarckian adaptation mechanisms as their relation to environment and their interactions. Simulations show the existence of an optimal level of experimentation and selection of projects upstream the innovation process, demonstrate that the efficiency of evolutionist processes is contingent to environment complexity and allow exploring interdependencies and coexistence between two paths of evolution. The model validity is approached through similarity to admitted theory and through a comparative study of the innovation processes of two car makers (Renault and Ford).

Ouvrages

Cartier M., Delacour H., Joffre O. (2010), Stratégie, Paris, Dunod, X-165 p.

Cet ouvrage présente les 40 thèmes essentiels du management stratégique sous forme de fiches synthétiques, claires et structurées. Il se destine à un public d'étudiants inscrits dans un premier cours de stratégie, et/ou désireux d'acquérir rapidement les connaissances élémentaires. Chaque fiche peut être étudiée séparément.

Cartier M. (2005), La dynamique de l'adaptation d'industries, Paris, Vuibert, 276 p.

Analyse les conséquences de l'introduction des nouvelles technologies auprès des industries, des services et des produits : entrée de nouveaux concurrents, changement des positions concurrentielles, redéfinition du métier et transformation des actifs valorisés.

Cartier M. (2005), Simulation de la dynamique de l'adaptation d'industries, Paris, Vuibert, 276 p.

Analyse les conséquences de l'introduction des nouvelles technologies auprès des industries, des services et des produits : entrée de nouveaux concurrents, changement des positions concurrentielles, redéfinition du métier et transformation des actifs valorisés.

Chapitres d'ouvrage

Cartier M. (2014), Méthodes de simulation, in Thiétart R-A. (dir.), Méthodes de recherche en management, Paris?, Dunod, p. 524-550

Cartier M. (2012), Du business model du gratuit au freemium, in Pezet A., Nogatchewsky G., Dauphine Recherches en Management (DRM) . (dir.), L'état des entreprises 2013, Paris, La Découverte, p. 11-22

Cartier M. (2007), Méthodes de simulation, in Thiétart R. (dir.), Méthodes de Recherche en Management, Paris, Dunod, p. 466-491

Les divers aspects de la recherche en management ou en gestion en quatre parties : concevoir l'objet de la recherche, mettre en oeuvre la recherche par un choix méthodologique, analyser les aspects techniques, diffuser le fruit de la recherche.

Colovic A., Cartier M. (2007), Kiryu, Suwa-Okaya, Higashi Osaka et Hitachi : quatre districts industriels japonais face à la concurrence, in Simon E., Plé L., Joffre O. (dir.), Cas en management stratégique : Autour du diagnostic, Colombelles, Editions EMS, p. 191-205

Communications

Cartier M. (2008), Alliances et imitation : antagonisme ou complémentarité dans la diffusion d'une technologie ?, XVIIème Conférence Internationale de Management Stratégique (AIMS), Nice, France

Alliances et imitations sont souvent étudiées à travers le prisme de la quête individuelle de compétitivité. Cette recherche propose d'aborder ces stratégies sous un angle collectif et d'étudier leur impact sur la dynamique d'une industrie. Comment se déroule la transition d'une technologie dépassée vers un nouvel équilibre ? Quels rôles jouent les processus d'échanges et de copies de ressources entre les principaux acteurs de ce changement ? Pour répondre à ces questions, une méthodologie spécifique est déployée, à la fois inductive, puisque fondée sur la monographie de l'industrie photographique, et formelle, puisque reposant sur la construction d'un modèle de simulation. Ainsi, à partir d'une collecte de données recensant dans l'industrie photographique les trajectoires technologiques de 33 entreprises, leurs alliances et les mouvements d'imitation, un modèle multi-agents est construit. Une expérimentation réalisée à partir de ce « monde artificiel » éclaire les manifestations d'un changement de technologie, en termes de diffusion et de diversité.

Cartier M., Colovic A. (2007), Co-evolution and networks adaptation, DRUID summer conference (Danish Research Unit for Industrial Dynamics) : "appropriability, proximity, routines and innovation", Copenhague, Danemark

What is the role of co-evolution in the adaptation of a population of firms to a hostile environment ? To answer this question, we revisit network sociology starting from Kauffman s biological computer model. We apply a qualitative methodology to update exploitation and exploration mechanisms in nine Japanese interfirm networks. From these results, this article draws a typology of the adaptation forms, distinguishing pack, migratory, herd and colony networks.

Colovic A., Cartier M. (2006), Co-Evolution and Networks Adaptation: What Can We Learn from Biology ?, Academy of Management, BPS division, Atlanta, États-Unis

Colovic A., Cartier M. (2006), Co-evolution and Networks Adaptation, 22nd EGOS Colloquium : "the organizing society", Bergen, Norvège

Cartier M. (2006), Diversity and interdependence as determinants of network adaptability : qualitative case studies and agent-based modelling, Euram, Oslo, Norvège

Cartier M., Colovic A. (2006), Co-évolution et adaptabilité des réseaux : études de cas et simulation, XVème Conférence Internationale de Management Stratégique, Annecy, France

Quel rôle joue la co-évolution dans l'adaptation d'une population d'entreprises à un environnement hostile ? Pour répondre à cette question, la sociologie des réseaux est revisitée à partir du modèle biologique de Kauffman. Une méthodologie qualitative est déployée, mettant à jour les mécanismes d'exploitation et d'exploration dans neuf réseaux d'entreprises japonais. A partir de ces résultats, cet article dresse une typologie des modalités d'adaptation, distinguant les réseaux « meute », « migrateur », « troupeau » et « colonie ».

What is the role of co-evolution in a population of firms' adaptation to a hostile environment ? To answer this question, the network sociology is revisited starting from the Kauffman's biological computer model. A qualitative methodology is used, updating the mechanisms of exploitation and exploration in nine Japanese corporate networks. From these results, this article draws up a typology of the adaptation forms, distinguishing "pack", "migrating", "herd" and "colony" networks.

Cartier M. (2005), Diversity and interdependence as determinants of network adaptability: qualitative case studies and agent-based modelling, Complexity, Science & Society Conference, Liverpool, Royaume-Uni

Cartier M. (2003), Le rôle du bouche-à-oreille, de l'imitation et des externalités de réseau sur l'adoption d'un nouveau produit par le consommateur : une approche connexionniste, 9ème conférence de l'ACSEG, Nantes, France

Cartier M. (2003), An Agent-based model of innovation emergence in organizations: renault and ford through the lens of evolutionism, NAACSOS (North American Association for Computational Social and Organizational Science), Pittsburgh, États-Unis

Cartier M. (2003), Entre innovation radicale et innovation tirée par le marché : simulation de l'évolution d'une population de projets, XIIème Conférence de l'Association Internationale de Management Stratégique, Carthage, Tunisie

Le dilemme entre innovation radicale et innovation tirée par le marché est éclairé par une démarche reposant sur la simulation. A partir des théories évolutionnistes et en management de l'innovation, un modèle basé-agents dérivé de l'algorithme génétique est construit. Dans ce monde idéalisé, transformation et sélection créent dynamique et émergence dans la population d'agents. L'examen de l'évolution de cette population, représentation stylisée de projets en gestation dans l'organisation, apparaît riche d'enseignement. Des résultats éclairent les mécanismes darwinien et lamarckien d'adaptation, leur relation à l'environnement et leurs interactions. Les simulations dévoilent l'existence d'un niveau optimal d'expérimentation et de sélection des projets jugés comme les plus porteurs en amont du processus. Un niveau modéré de transformation relève ainsi d'un arbitrage optimal entre amélioration rapide et amélioration continue. Dans le cas d'un modèle de sélection pure, l'innovation émerge de l'interaction des groupes et projets divers de l'organisation. La meilleure performance suit une courbe en U en fonction du nombre d'agents. De plus, la diversité d'alternatives issue d'un niveau modéré de sélection apparaît comme un atout pour l'entreprise. Il ressort également des simulations que l'efficacité des processus évolutionnistes est influencée par la complexité de l'environnement. Enfin, le modèle permet d'explorer les interdépendances entre ces deux voies d'évolution et donne ainsi les conditions de leur coexistence. La validité du modèle est approchée par comparaison à des théories admises et à des données primaires et secondaires concernant le groupe Renault. Les projets et le processus d'innovation de cette organisation apparaissent en effet comme un terrain auquel les résultats du modèle peuvent être confrontés. La robustesse du modèle est approchée et des pistes de raffinement du modèle sont proposées en conclusion.

Cartier M. (2003), Entre innovation radicale et innovation tirée par le marché : simulation de l'évolution d'une population de projets, XII ème Conférence de l'Association Internationale de Management Stratégique (AIMS) - Les Côtes de Carthage - 3, 4, 5 et 6 juin 2003, Carthage, Tunisie

Le dilemme entre innovation radicale et innovation tirée par le marché est éclairé par une démarche reposant sur la simulation. A partir des théories évolutionnistes et en management de l'innovation, un modèle basé-agents dérivé de l'algorithme génétique est construit. Dans ce monde idéalisé, transformation et sélection créent dynamique et émergence dans la population d'agents. L'examen de l'évolution de cette population, représentation stylisée de projets en gestation dans l'organisation, apparaît riche d'enseignement. Des résultats éclairent les mécanismes darwinien et lamarckien d'adaptation, leur relation à l'environnement et leurs interactions. Les simulations dévoilent l'existence d'un niveau optimal d'expérimentation et de sélection des projets jugés comme les plus porteurs en amont du processus. Un niveau modéré de transformation relève ainsi d'un arbitrage optimal entre amélioration rapide et amélioration continue. Dans le cas d'un modèle de sélection pure, l'innovation émerge de l'interaction des groupes et projets divers de l'organisation. La meilleure performance suit une courbe en U en fonction du nombre d'agents. De plus, la diversité d'alternatives issue d'un niveau modéré de sélection apparaît comme un atout pour l'entreprise. Il ressort également des simulations que l'efficacité des processus évolutionnistes est influencée par la complexité de l'environnement. Enfin, le modèle permet d'explorer les interdépendances entre ces deux voies d'évolution et donne ainsi les conditions de leur coexistence. La validité du modèle est approchée par comparaison à des théories admises et à des données primaires et secondaires concernant le groupe Renault. Les projets et le processus d'innovation de cette organisation apparaissent en effet comme un terrain auquel les résultats du modèle peuvent être confrontés. La robustesse du modèle est approchée et des pistes de raffinement du modèle sont proposées en conclusion.

Cartier M. (2001), La dynamique de l'adaptation d'industries, Xième Conférence de l' AIMS (Association Internationale de Management Stratégique), Québec, Canada

Cette recherche plaide en faveur de la prise en compte d'un système dans son ensemble pour aborder les problématiques d'adaptation. C'est en particulier le cas de l'adaptation d'industries à une rupture technologique qui est ici étudié. Les théories traditionnelles invoquent la flexibilité des organisations et les caractéristiques de la rupture pour en comprendre l'impact. Elles découlent d'une vision statique, linéaire et non liée de l'adaptation. Pour apporter une réponse nouvelle, trois pans de recherche sont mobilisés : l'approche ressources dynamisée comme théorie de la firme, l'équilibre ponctué comme modèle de changement et les théories de la complexité comme loupe d'analyse. Ces courants convergent vers la nécessaire prise en compte de l'interdépendance. Le tout n'est pas la somme des parties, les relations sont récursives. Ces liens causaux multiples impliquent une profonde réflexion théorique et méthodologique. De nouveaux concepts sont tout d'abord mis en place : sensibilité aux conditions initiales, émergence, changement brutal d'équilibre et coévolution. Ensuite, la simulation, à partir de systèmes adaptatifs complexes, est considérée comme une alternative méthodologique innovante. Un modèle générique est proposé : l'algorithme génétique, où les compétences des organisations évoluent sous forme de chromosomes sur un « terrain d'adaptation ». Ceci devrait permettre de répondre à de nombreuses questions intégrant les interdépendance multiples au sein d'une industrie.

Documents de travail

Cartier M. (2001), L'interdépendance dans l'adaptation de systèmes : implications théoriques et méthodologiques, Cahiers DMSP, Paris, Université Paris-Dauphine, 21

Cette recherche plaide en faveur de la prise en compte d'un système dans son ensemble pour aborder les problématiques d'adaptation, et en particulier au niveau d'industries. Les théories traditionnelles découlent d'une vision statique et linéaire. Pour apporter une réponse nouvelle, trois pans de recherche sont mobilisés : l'approche ressources, l'équilibre ponctué comme modèle de changement et les théories de la complexité comme loupe d'analyse. Ces courants convergent vers la nécessaire prise en compte de l'interdépendance. Le tout n'est pas la somme des parties, les relations sont récursives. Ces liens causaux multiples impliquent une profonde réflexion théorique et méthodologique. Certains concepts sont tout d'abord mis en place : sensibilité aux conditions initiales, émergence et coévolution. Ensuite, la simulation, à partir de systèmes adaptatifs complexes, est considérée comme une alternative méthodologique. Un modèle générique est proposé : l'algorithme génétique, où les organisations évoluent sous forme de chromosomes sur un « terrain d'adaptation ».

This research insists on systems specificity in the adaptation studies, at an industry level in particular. Traditional theories follow from a static and linear vision of adaptation. To bring new answers, three research fields are mobilized: resource based-view of the firm, punctuated equilibrium as model of change, and complexity theory as paradigmatic lens. These fields converge on the concept of interdependency. System is more than sum of its parts, relations are recursive. These multiple causal links ask for a deep theoretical and methodological reflection. First, concepts are mobilized: path dependencies, emergence and co-evolution. Then, simulation, with complex adaptive system, is considered as an alternative methodology. A generic model is proposed: Genetic Algorithm, in which organizations as chromosomes evolve on a fitness landscape

Retour à la liste