Qui sommes-nous?

Responsable de l’équipe : Stéphanie Dameron

Responsable administratif : Florence Parent

Gestionnaire financier: Hacène Boudjema

M&O correspond historiquement au CREPA (Centre de Recherche en Economie Pure et Appliquée) fondé dans les années 70 par le professeur Alain Cotta. Elle comprend 26 enseignants-chercheurs titulaires en sciences de gestion (en particulier en management stratégique, management des systèmes d’information et gestion des ressources humaines) et en sciences sociales. Elle a la particularité de compter deux sociologues des organisations et un anthropologue parmi ses membres.

M&O traite de l’action collective organisée et se positionne dans les domaines de la théorie des organisations et du management. Ses objets de recherche historiques sont l’organisation, le changement organisationnel et les processus décisionnels. Elle a depuis son origine une posture interdisciplinaire, considérant que la théorie des organisations comme le management doivent s’appuyer sur les champs de la sociologie, l’économie et la psychologie. M&O a pour but de devenir une structure leader en Europe dans le domaine de la théorie des organisations, un lieu de référence dans le développement de théories innovantes en lien avec les sciences sociales et les milieux économiques. La relation de M&O avec les milieux économiques se traduit à la fois par les objets de recherche (organisations à but ou sans but lucratif, pratiques de gestion, outils de gestion), le lien avec un enseignement managérial (l’équipe M&O est investie dans une dizaine de spécialités de gestion), et la volonté de participer de façon à la fois critique et constructive à des débat de société sur les nouvelles pratiques de gestion.

Pour en savoir plus sur les thématiques de recherche,

Approches pratiques : du collectif à l’action collective organisée

Les chercheurs associés à cet axe sont : Stéphanie Dameron, Michel Kalika, Lionel Garreau, Henri Isaac, Christophe Elie-Dit-Cosaque, Charlotte Fillol, Anthony Hussenot, Corinne Baujard, Nabila Boukef, Nathalie Raulet et Damien Mourey, Catherine Léger-Jarniou, Christine Triomphe, Patrick Gilbert et François-Xavier de Vaujany.

Il s’agit de comprendre comment un collectif devient « organisé ». La thèse centrale est que les pratiques (en particulier les pratiques instrumentées) constituent, renforcent et transforment l’action collective ou certaines dimensions de l’action collective. Elles sont au cœur de l’innovation sociale et du changement organisationnel.

En lien avec cet axe, on peut faire mention des thèmes suivants : la stratégie comme pratique (« Strategy as practice »), les pratiques sociomatérielles, les pratiques instrumentées (instrumentation de gestion), les pratiques spatiales dans les organisations, les pratiques scientifiques en management, la mesure de la performance économique d’un collectif organisé (organisation, réseau, alliance, entreprises familiales centenaires, entreprises dirigées par des femmes …), la coopération au sein des équipes projets et communautés de pratiques, la création de sens et l’organisant, l’appropriation et l’usage des médias et technologies de l’information.

L’équipe M&O s’intéresse plus spécifiquement aux pratiques dans et entre les organisations, et cherche à comprendre en quoi l’organisation est produite et reproduite au fil d’interactions complexes entre des acteurs divers, avec une vision par strates (top management, management intermédiaire, management opérationnel) ou par objets (organisation, projet, technologies de l’information…) et des ambitions épistémologiques (comprendre, expliquer, déconstruire, accompagner…) différentes d’un chercheur à un autre.

L’ancrage théorique est très lié aux auteurs de sciences sociales qui ont développé des « perspectives pratiques », en particulier : Bourdieu, Giddens, Latour, Weick et Simmel.

Thématiques-clés

  • La stratégie comme pratique (Stéphanie Dameron et Lionel Garreau)

  • Perspectives pratiques sur la technologie ou les outils de gestion (Patrick Gilbert et François-Xavier de Vaujany)

  • Pratiques et objets intermédiaires dans les dynamiques de projets organisationnels (Anthony Hussenot)

  • Analyse critique et historique des pratiques scientifiques et pédagogiques en management (Pierre Romelaer, Lionel Garreau, Stéphanie Dameron et François-Xavier de Vaujany)

  • Approche par les activités et management de projet (Christine Triomphe)

  • Usages des médias et TI (Christophe Elie-Dit-Cosaque et Michel Kalika)

  • Pratiques entrepreneuriales (Catherine Léger-Jarrniou)

  • Pratiques collaboratives organisationnelles et inter-organisationnelles (Stéphanie Dameron et Damien Mourey)

  • Analyse des pratiques spatiales et territoriales des organisations (Nathalie Raulet et François-Xavier de Vaujany)

Approches relationnelles et culturelles : de l’acteur à l’action collective organisée

Les chercheurs associés à cet axe sont : Jean-François Chanlat, Pierre Romelaer, Bernard de Montmorillon, Norbert Alter, Fabien Blanchot, Philippe Eynaud, Jean-Pierre Segal, Emmanuel Monod, Christophe Elie-Dit-Cosaque, Hèla Yousfi, Grégor Bouville, Eric Campoy, Daniele Picard, Lorea Hireche, Serge Perrot.

Dans le cadre de l’action collective, il s’agit ici de partir d’une unité d’analyse plus élémentaire (l’individu ou un groupe social) et de comprendre les interactions et relations qu’il/elle entretient dans ou en dehors de l’organisation, et le contexte culturel (micro ou macro-social) de cette relation. Dans certaines recherches, l’individu retenu est le dirigeant ou le créateur. On peut particulièrement faire mention des thèmes suivants : le management interculturel de l’organisation, les systèmes d’éducation nationaux (en particulier dans le domaine du management), les modèles d’affaires et l’immatériel, les transferts d’outils dans un contexte international, le management des alliances et des joint-ventures, les valeurs stratégiques et l’alignement stratégique des SI, la culture et le SI (e-heritage, e-culture), la culture, intention et processus entrepreneurial, l’éthique individuelle dans les affaires, l’adaptation individuelle des technologies de l’information, les facteurs de stress et de souffrance au travail, les relations sociales, la reconnaissance et comportement organisationnel.

A l’intérieur de ces thèmes, on trouve des recherches plus disciplinaires dans les domaines : du management stratégique, du management des systèmes d’information et de communication, de la gestion des ressources humaines. Toujours à l’intérieur de ces thèmes, plusieurs recherches réflexives ont porté sur les méthodes et le positionnement épistémologique de ces axes de recherche.

Cette thématique porte plus spécifiquement sur les individus et leur intégration dans l’action collective. Les grands auteurs de sciences sociales mobilisés sont notamment : March, Crozier, Friedberg, d’Iribarne, Sainsaulieu, Lazarus, Mauss, Schein et Strauss.

Thématiques-clés

  • Management interculturel (Jean-François Chanlat, Jean-Pierre Segal, Hèla Yousfi, Lorea Hireche)

  • Alliances, business models nationaux et internationaux (Bernard de Montmorillon, Fabien Blanchot)

  • Don et contre-don dans les organisations (Norbert Alter)

  • Management des associations (Philippe Eynaud)

  • Transgression et organisation (Charlotte Fillol)

  • TI et organisations culturelles (Emmanuel Monod)

  • Confiance et TI (Christophe Elie-Dit-Cosaque)

  • GRH et relations sociales (Eric Campoy, Grégor Bouville et Danielle Picard)

  • Management responsable (Jean-François-Chanlat et Danielle Picard)

Sur les deux axes de recherche, les méthodes mises en œuvres par les chercheurs de M&O sont diverses. L’équipe utilise des techniques aussi variées que : les équations structurelles (plutôt en gestion des ressources humaines et en SI), les approches enracinées (notamment sur des aspects stratégiques), des techniques d’anthropologie visuelle (notamment dans l’analyse des pratiques spatiales), des cas (de façon transversale), des focus groups (de façon transversale) ou des méthodes expérimentales (plutôt en gestion des SI).

Les terrains visés par les deux axes sont extrêmement divers : des grands groupes, des PME, des associations, des banques, des organisations publiques, des centres de recherche, des centrales nucléaires, des organisations religieuses, des universités, etc.

Pour en savoir plus sur les activités,

Des événements récurrents : workshops internationaux et séminaires internes

Les workshops sont au cœur de la stratégie internationale (en particulier européenne) de l’équipe. Ils permettent de multiplier les possibilités de rencontres et de coopération entre les chercheurs de M&O, les doctorants et des chercheurs internationaux. Trois workshops récurrents sont au cœur des activités internationales de l’équipe : Organizational Behaviour (co-organisé pour la troisième année par Eric Campoy et Grégor Bouville), Strategy as Practice (co-organisé pour la première année par Stéphanie Dameron et Lionel Garreau) et Organizations, Artifacts and Practices (co-organisé pour la seconde année par François-Xavier de Vaujany et Nathalie Mitev). A noter qu’OAP sera organisé en 2013 en partenariat avec la London School of Economics qui accueillera le workshop. Chaque workshop est articulé avec l’un des axes thématiques de l’équipe : si OAP et SAP sont plutôt orientés « pratiques », OB est plutôt tourné vers la compréhension de modes relationnels dans et entre les organisations.

Dans la continuité de sa stratégie, l’équipe M&O se retrouve également autour de plusieurs événements mensuels remaniés en 2010 :

  • Les « séminaires de recherche M&O ». Ouverts à tous, ils sont l’occasion de présentations par des chercheurs internes ou externes à l’équipe. La thématique générale depuis deux ans est « l’action collective organisée » (cf. la présentation du projet scientifique) ;

  • Les « séminaires ad hoc ». Destinés à l’équipe, ils concernent plus directement les professeurs invités. Le plus souvent organisés au moment du déjeuner, ils sont l’occasion d’échanges intenses qui concernent plutôt un axe disciplinaire de M&O ;

  • Les « ateliers doctoraux ». Egalement mensuels, ils permettent aux doctorants de présenter à tour de rôle l’avancement de leur recherche devant les membres de M&O ;

  • Les « ateliers d’écriture » sont organisés au cas par cas. Ils permettent d’avoir un échange collectif sur un projet de soumission ou un article en révision. Le document est mis en ligne sur la Dropbox TM avant le séminaire, ce qui permet à chacun de le commenter et de le réviser avant la réunion.

Des chaires

Deux chaires orientées recherche permettent ainsi à M&O de financer des projets de recherche, des doctorants et bientôt des post-doctorants.

  • Chaire Intelligence Economique et Stratégie des Organisations (PSA Peugeot Citroën, Sanofi, Sogeti, Total) dont la direction scientifique est assurée par Stéphanie Dameron ;

  • Chaire Management & Diversité (EADS, GDF Suez, Groupe La Poste, MACIF, SFR) dont la direction scientifique est assurée par Jean-François Chanlat

Des contrats de recherche

Les membres de l’équipe participent à de nombreux contrats de recherche (ad hoc, chaires ou ANR). A travers les contrats, M&O développe des projets qui lui permettent d’enrichir les connaissances académiques, de les diffuser, et de rester proche de la demande sociale. Ces contrats portent sur le monde des organisations, mais aussi plus largement sur l’action collective organisée (cf. notamment le projet UGTT sur les mouvements sociaux et l’organisation ou le projet CIGREF sur les modes inter-organisationnelles).

Citons notamment :

  • Projet CERECA coordonné par Eric Campoy et David Abonneau. Le projet Création et Évolution de la Relation d’Emploi dans le Cadre de l’Apprentissage (CERECA) est cofinancé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et porte sur la relation d’apprentissage (apprentis, formateurs et maîtres d’apprentissage) ;

  • Projet de recherche sur l’intelligence économique et la stratégie des organisations en lien avec une chaire dédiée (IESO) dirigée par Stéphanie Dameron ;

  • Projet de recherche coordonné par Christophe Elie-Dit-Cosaque sur l’adoption des applications sur architecture Cloud Computing (en collaboration ave l’EM Strasbourg) ;

  • Projet ISD (vague A du CIGREF) coordonné par François-Xavier de Vaujany avec la collaboration de Sabine Carton, Carine Dominguez-Péry et Emmanuelle Vaast. La recherche est centrée sur l’émergence des modes informatiques et les processus d’adoption des TIC ;

  • Projets sur le management et la diversité dans les organisations financés par la chaire diversité dirigée par Jean-François Chanlat et Mustafa Ozbilgin ;

  • Projet UGTT (coordonné par Hèla Yousfi) qui projet porte sur les relations entre les organisations (action collective organisée) et les mouvements sociaux en Tunisie (action collective émergente) ;

  • Projet Centre de recherche Public (coordonné par Anthony Hussenot) conjoint au CRP et à la Banque de Luxembourg sur la période octobre 2008-mars 2010 intitulé « Etude de la conception d'un outil de gestion des compétences au sein d'une banque » ;

  • Projet Tour de France 2015 coordonné par David Abonneau : étude qualitative (entretiens individuels et focus groups) d’une durée de 6 mois dont les principaux objectifs sont d’identifier les facteurs de réussite des carrières dans les filières dites « manuelles ».

  • Projet de Recherche sur la santé au travail (coordonné par Gregor Bouville), « La santé des éboueurs. Analyse des déterminants professionnels et organisationnels de l’absentéisme », en collaboration avec Stéphane Le Lay (sociologue, CRTD-CNAM), financé par Malakoff-Médéric.

Lien avec la formation

Sur le plan pédagogique, ces travaux alimentent les cours initiaux et exécutifs associés à l’équipe. On retrouve le même ancrage transversal (lié à l’organisation) et disciplinaire (stratégie, management des SI, RH) dans les activités de recherche et les activités pédagogiques. On peut faire mention notamment des masters Politique Générale, gestion des ressources humaines, EMBA ou conseil en management et TI. Sur l’ensemble des spécialités, le placement professionnel des étudiants est souvent excellent (CDI, emploi en moins de deux mois).

De nombreux groupes et cabinets sont associés à nos formations (notamment à la recherche). On peut faire mention notamment de : Cap Gémini, CSC, Accenture, Mazars et SAP. En 2011, un prix du meilleur mémoire de recherche a été mis en place avec le Master 128. La même année, un prix du meilleur mémoire d’Intelligence Economique (en lien avec la Chaire) a été développé par le Master 101. Il associe les groupes Total, Sanofi, Sogéti et PSA.

Par ailleurs, deux masters recherche (le 101 « Politique Générale » et le 128 « Conseil en management et TI ») permettent de développer un flux doctoral de grande qualité en lien avec les axes de l’équipe.

Le Master 101 est un des plus anciens masters de Dauphine. Il est co-dirigé par Stéphanie Dameron et Pierre Romelaer. Le Master 128, est en partenariat avec Georgia State University, université leader sur le plan mondial dans la recherche en management des SI. Un accord de dual PhD existe depuis plusieurs années et a été renouvelé en octobre 2011 (pour 4 ans). Il est co-dirigé par François-Xavier de Vaujany et Anthony Hussenot.

Collaborations internationales

Participations régulières à des conférences internationales majeures sur les trois disciplines de l’équipe, et plus généralement, la théorie des organisations : EURAM, AOM, SMS, ICIS, AMCIS, EGOS, PROS, Organization Studies Summer Workshop, ICSB et ECSB ;

  • Renforcement des publications internationales classées par le CNRS ;

  • Organisation d’une conférence internationale en management (octobre 2010) à l’occasion de l’exposition universelle de Shangaï en lien avec Shangaï Jiaotong University ;

  • Invitations de professeurs étrangers en management stratégique, management des systèmes d’information, RH et plus généralement théorie des organisations ;

  • Participation aux comités éditoriaux et activités de relecture dans des revues internationales leaders en management ou management des systèmes d’information;

  • Partenariat étroit avec Georgia State University (renouvellement de la convention de partenariat sur un dual PhD en 2011). Au 31 décembre 2011, 8 étudiants ont fait une thèse en co-tutelle, et 6 ont soutenu leur double doctorat. Par ailleurs, chaque année, deux à trois académiques de GSU viennent pour une période de visiting dans l’équipe M&O ;

  • Développement de mobilités internationales pendant la thèse (notamment sur la LSE pour deux doctorants : Pierre Laniray et Hélène Lambrix).